En ce moment

    03 / 02 / 2017

    L’énumération de Mélenchon ou l’antithèse de Dupont-Aignan

    Figure, l’émission youtube qui décrypte les mots des politiques

    Par Lucas Chedeville

    Le youtubueur Linguisticae a lancé son émission « Figure ». Il y décortique la rhétorique des candidats à la présidentielle.

    Stalingrad, le 5 juin dernier – Jean-Luc Mélenchon en campagne se lance dans une longue énumération de plusieurs minutes :

    « Salut les sans Rolex, les étourdis à la grenade, les nassés désencerclés, les larmoyants aux lacrymos […] Salut aux syndicalistes insultés par les médiacrates, Salut les t-shirts sans costards ! »

    C’est cette tirade qui donne l’idée à Romain, aka Linguisticae sur Youtube , de se lancer dans l’analyse sémantique des paroles politiques.

    Chaque candidat à la moulinette

    Le 20 décembre, il publie une vidéo consacrée à Méluche. La première d’une série. Il cherche à « décrypter l’utilisation d’une figure rhétorique à travers une figure politique » :

    « Ce qui m’intéresse, c’est la forme du discours plus que le fond. Je suis un mordu d’actualité politique, mais surtout de la communication qui gravite autour de ça. »

    En évitant de prendre partie pour l’un ou l’autre :

    « On me fait souvent le procès d’être subjectif, mais les gens de gauche pensent que je suis de droite et inversement. C’est que je fais du bon boulot. »

    Depuis, il a passé au scalpel les discours de Dupont-Aignan et de Fillon, en attendant de faire tous les candidats à la présidentielle. Un travail laborieux qui nécessite des dizaines d’heures de visionnages de meetings, de discours et d’émissions politiques :

    « Je suis en train de terminer l’émission sur Macron, et je dois dire qu’il m’a déçu. En termes de discours, de choix des mots et tout ça, ce n’est pas très développé. »

    Passion linguistique

    En un peu plus d’un mois, sa vidéo sur Mélenchon a dépassé les 65.000 vues. L’étudiant de 25 balais à la barbe bien fournie a un master de linguistique à l’université de Vienne en Autriche. Depuis gamin, il a développé une passion tenace pour l’analyse des mots et des figures grammaticales.

    « J’ai commencé avec un blog quand j’étais étudiant, puis l’idée de monter une chaîne YouTube est venue. En fait, je voulais faire ce que je ne voyais pas sur la plateforme. »

    Avec environ une émission par semaine, sur des thèmes aussi variés que « L’histoire des langues juives » ou « Pourquoi Google traduction est aussi nul », sa chaîne Youtube créée en 2014 cartonne, culminant à quelque 140.000 abonnés.

    Pas de quoi lui amener beaucoup de revenus publicitaires. Alors le gus a lancé sa page Tipee , le site qui permet de donner un peu d’argent à son créateur de contenus préféré. Résultat, un peu plus de 650 euros récoltés par mois :

    « Pour le moment, je n’arrive pas à en vivre pleinement, c’est un métier qui est compliqué. Surtout quand on fait de la linguistique. »

    On a choisi de faire bouger les lignes. Vous validez ?

    Depuis plus de 10 ans, nous assumons un regard et des engagements. Aujourd’hui, notre mission c’est d’avoir de l’impact. Particulièrement dans la crise actuelle, où les premiers à morfler sont les plus fragiles. Face à la pandémie, au confinement et à la crise économique qui l'accompagne, nous croyons encore plus à la nécessité de ce travail.

    Forcer le ministre de l’Intérieur à saisir la justice en mettant au jour les messages racistes échangés par des milliers de policiers sur des groupes Facebook. Provoquer une enquête de justice suite à la révélation d’un système de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris. Contraindre Franprix à cesser l’usage quasi illégal d'auto entrepreneurs durant le confinement...

    Nous recevons de plus en plus de pistes sur des sujets brûlants, mais nous manquons encore de moyens pour tout couvrir. L’idée n’est pas de se faire racheter par un milliardaire. Mais simplement de pouvoir faire appel à du renfort, lorsqu’un sujet le nécessite.

    Pour que cela continue, malgré la crise, nous avons sincèrement besoin de votre soutien.

    StreetPress doit réunir au moins 27.000€, avant le 4 décembre.
    Soutenez un média d’impact qui fait bouger les lignes.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER