Aulnay-sous-Bois, on vit le mépris de la police au quotidien

Aulnay-sous-Bois, on vit le mépris de la police au quotidien

Coups, insultes racistes et bruits de cochon

Ma cité a cramé | Reportages | par , Maxime Grimbert | 8 Février 2017

Aulnay-sous-Bois, on vit le mépris de la police au quotidien

L'agression de Théo est « la goutte d'eau qui fait déborder le vase ». Aux 3000, on raconte les contrôles musclés, les claques et les insultes récurrents de la police.

Aulnay-sous-bois, 15h - « Tu vois cette Peugeot blanche là, ça c’est la police. » Slimane et ses potes suivent discrètement le véhicule banalisé des yeux avant qu’il ne passe le rond-point et disparaisse. Dans la demi-heure, le grand bonhomme en doudoune rouge aperçoit des policiers en civil une deuxième puis une troisième fois, du coin de trottoir où il mâchouille une tige de bois. « On les reconnaît », assure Abdoullah, 20 ans, veste de foot rouge sur le dos. « Ils ont des 308, des Clio, des Peugeot et des Ford Mondéo et se baladent par trois ou quatre. Et on voit à leur tête qu’ils ne sont pas d’ici. » La surveillance et les contrôles de police sont le lot quotidien entre les barres d’immeubles d’Aulnay nord. Mais depuis samedi 4 février, la pression est montée d’un cran :

« Lundi soir, dès 18h, ils avaient quadrillé toute la zone pour imposer leur présence. Tout est dans la défiance et la provocation. C’est toujours le même procédé depuis samedi. »

Voilà plusieurs nuits que le quartier s’embrase en réaction à l’agression par les forces de l’ordre de Théo, un jeune du coin, samedi 4 février. Les quatre policiers, qui ont grièvement blessé le garçon de 22 ans, ont été mis en examen, dont un pour viol. L’interpellation est sur toutes les lèvres aux 3000. « Ils sont de trop ici. Ils ont merdé avec Théo, qu’est ce qu’ils viennent encore en rajouter ?! » Anis, capuche noir sur la tête et petite barbiche, assure que Théo est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Beaucoup ont le sentiment d’un durcissement depuis l’été. Pêle-mêle, ils évoquent l’arrivée du maire Bruno Beschizza, son passé de flic, une prise de liberté de la police. « Ils se permettent tout. »

« Les contrôles, ça peut être 3 à 4 fois par semaine. »

« Quand je vois passer une voiture de flics, je ne la regarde pas. Je fais ce qu’il faut pour éviter leur regard. Si tu les regardes, ils s’arrêtent. Tu peux te retrouver au commissariat pour rien. » D’après Slimane, emmitouflé jusqu’au nez dans son col de manteau, il suffit d’être posé en bas d’une tour pour se faire contrôler. Rares sont les fois où il a oublié ses papiers chez lui. « Les contrôles, ça peut être 3 à 4 fois par semaine. » Et c’est d’autant plus vrai depuis qu’il a terminé son contrat comme agent de sûreté à Roissy. Alors le matin, il se lève et cherche du travail. Il fait toutes les démarches qu’il faut au Pôle emploi. « Et l’après-midi, qu’est-ce qu’il se passe ? Je dois rester chez moi ? » Le jeune homme de 24 ans descend de son appart’ et voit des copains. Mais fouler le bitume des 3000 signifie aussi croiser davantage la police :

« Quand je suis en uniforme à Roissy, la PAF [Police aux Frontières] vient me dire bonjour, me serre la main. Quand je rentre chez moi et que j’enlève l’uniforme, je redeviens un Sarrasin. Je me fais contrôler pour rien. À chaque fois, ils me retournent la voiture comme si j’étais un bandit. Ils m’ont arraché la banquette de la 206 et cassé la plage arrière en deux. Et ils repartent en te disant ‘Au revoir bonne journée’. C’est pas normal. »

3000 gens
"Ici, je suis un sarrasins. Et c'est tout ce qu'il voit." /

Et Anis de préciser : « On est conscients que tous les policiers ne sont pas mauvais. Certains font un travail consciencieux. Mais pour d’autres, c’est le défouloir. »

« Si tu te défends, t’es mort »

Ce mardi après-midi, dans les dédales de rues des 3000, les mamans sortent faire des courses avec leur poussette et leurs petits. C’est les vacances. Quelques collégiens et lycéens se baladent par 2 ou 3 et traversent discrètement les rues. Chacun y va de sa petite histoire avec la police. Tous expliquent s’être déjà fait contrôler plusieurs fois. Idrissa, 17 ans, assure être le gars posé de sa bande. Ce qui ne l’empêche pas de devoir présenter ses papiers. Si lui y a échappé, il assure que son frère et des copains se sont déjà fait gifler par la police. « Franchement, à part rigoler un peu trop fort, ils n’avaient rien fait. » Un peu plus loin, Rachid confirme avec dédain :

« C’est normal les gifles. »

Le garçon au bonnet noir et à la doudoune bleue, 17 ans également, s’en est déjà pris. Il parle aussi de bousculades par des brigades :

« Quand le ton monte, on ne se laisse pas faire. Si tu te défends, t’es mort. Mais, si tu as de la chance, ça ne va pas jusque-là. En général, il te lave [utilise la bombe lacrymo, ndlr] et ça se calme. »

3000 nique
Devant le commissariat. /

Des insultes, il en a également entendues. « Sale Arabe, sale noir, ferme ta gueule, des trucs sur les mères », énumère-t-il calmement devant les hochements de tête de son camarade Issa, 18 ans, un grand homme longiligne en trottinette. Tout le monde a en tête l’agression d’un autre garçon, une semaine avant Théo. Il se serait fait passer à tabac par des policiers. Issa balance, le regard dans le vide, sur un ton monocorde :

« Théo sans la matraque, c’est régulier. C’est normal ici. »

Bruits de cochon pendant le ramadan

Accoudé à sa voiture, Abdoullah montre des vidéos du quartier. Comme tous les autres, il exprime son ras-le-bol du climat actuel, même s’il « y échappe » avec son petit boulot. Il travaille dans un fast-food en bordure de l’autoroute A3. Le reste du temps, il est étudiant en commerce international. « Quand je termine les cours et le travail, je ne reste plus en bas pour voir les potes. Je rentre direct. » Il ajoute :

« Depuis quelques mois, on dirait que les policiers veulent nous chasser d’ici. Comme s’ils voulaient nous montrer qu’on n’est pas chez nous. »

« Ils mettent tout le monde dans le même sac. Ici, il y a des gamins qui se bougent, qui viennent d’un milieu difficile mais qui donnent tout pour s’en sortir. » Brahim est éducateur à la salle de danse du Galion, un des plus vieux centres du quartier. Depuis 22 ans, le lieu accueille les danseurs les plus talentueux du département. Il a grandi dans le quartier, une partie de sa famille y habite encore. Il n’occulte pas le deal qui existe depuis des années dans le nord de la ville. Comme le reste des personnes interrogées par StreetPress. « Mais on n’est pas tous les mêmes. Et la police joue les cowboys. Ils cherchent les gamins. »

3000 Galion
Les commerces du Galion ont presque tous fermé. /

Entre deux anecdotes, il revient sur un épisode au cœur du Galion. « C’était pendant le ramadan des dernières grandes vacances. » Ça devait être un mercredi ou un week-end d’été, les familles faisaient leurs courses en prévision de casser le jeûne quelques heures plus tard. Brahim était à la boucherie. Autour de lui, il y a surtout des mamans. 3 ou 4 policiers passent alors entre les commerces :

« Ils étaient en patrouille, normal. Et en passant, ils ont fait des bruits de cochon… »

L’éducateur aux cheveux noirs gominés et plaqués sur le côté en parle encore tout estomaqué. « Et après, on nous dit de les appeler si on a un problème. Comment tu veux qu’on explique ça aux petits… »

Silence radio du côté de la police

Le soleil décline sur les 3000. À deux pas de la galerie des Galions, où la plupart des commerces ont fermé, un attroupement de gendarmes marque le coin de la rue. Ils sont une douzaine autour de deux voitures, matraques en main. Deux sont à cheval, et tranchent avec les blocs d’asphalte. Derrière eux, le commissariat et son rideau cassé à moitié baissé font grise mine. En face, sur le mur jauni, un « nique la police » a été graffé. Du côté des forces de l’ordre, c’est le black-out médiatique. Le commissariat, le poste et le bureau de police d’Aulnay-sous-Bois n’ont pas souhaité répondre à nos questions. Comme la Mairie, qui explique :

« Nous sommes dans le temps de l’opérationnel, le temps politique viendra plus tard.»

3000 gendarmerie
Une douzaine de policiers étaient postés devant le commissariat. /


L'actu
En poursuivant votre navigation, vous participez à un test en cours sur StreetPress, visant à préserver l'indépendance de notre rédaction et à financer le média. En savoir plus.