En ce moment

    14 / 02 / 2017

    «Dans les affaires de violences policières, la victime devient souvent l'accusé»

    Par Aline Daillère , Aladine Zaïane

    L’ACAT a publié un rapport d’enquête sur les violences policières en France ces dix dernières années qui montre qu'il existe de graves défaillances dans les enquêtes judiciaires effectuées à la suite de plaintes pour violences policières.

    Dans les affaires de violences policières c’est souvent la parole des citoyens contre celle de l’institution policière. Et à ce jeu, les premiers sont souvent perdants. Pire, ils passent du statut de victime à celui d’accusé. On leur fait porter un délit d’outrage ou encore de rebellion.
    Aline Daillère de l’ACAT souligne également l’omerta qui règnerait au sein de la justice. Des juges d’instructions seraient réticents à mettre en cause des policiers de peur qu’ils soient «blacklistés» par l’institution policière.

    « La police a des comptes à rendre, des “dérapages” ne doivent pas arriver », Aline Daillère de l’ACAT.

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit.

    Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société.

    Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, devenez supporter de StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER