En ce moment

    03 / 04 / 2017

    « Pendez-les, qu’on en finisse ! »

    Têtes coupées et urnes brulées, un carnaval populaire contre les élections

    Par Pierre Gautheron

    À l'appel du collectif de gauche radical, Génération Ingouvernable, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées à Ménilmontant. Au programme carnaval potache et exécutions symboliques.

    13 heures, Ménilmontant – « Précisez-moi ce que l’Etat a fait de bon ces 150 dernières années. Rien ! » Une sorcière invective une poignée de militants de Benoit Hamon, qui s’empressent de remballer leur matériel. Devant la station de métro, plusieurs centaines de personnes sont venues crier leur ras-le-bol des élections.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/karnaval_anti-elections-14.jpg

    Fox the police ! / Crédits : Pierre Gautheron / Hans Lucas

    « Moi, je suis déguisé en filloniste », lâche un jeune, chemise rose et polo bleu sur les épaules.

    Caor est venu avec des amis : lunettes rondes et manteau de fourrure synthétique, elle entend « dénoncer le ridicule des politiques en s’abaissant à leur niveau » :

    « On porte des masques de renard. Parce que Fox the police. »

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/karnaval_anti-elections-15_0.jpg

    Un sacré diable / Crédits : Pierre Gautheron / Hans Lucas

    Opération guillotine

    Alors que la place se remplit et que certains picorent une assiette de pâtes à prix libre, quelques jeunes partent chercher la guillotine. Une jeune militante explique :

    « Je n’ai dormi que deux heures pour qu’elle soit prête, on y a passé la nuit ! »

    Après quelques détours pour éviter la police, présente en nombre, la guillotine débarque, sous les acclamations.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/karnaval_anti-elections-2.jpg

    « Je n’ai dormi que deux heures pour qu’elle soit prête » / Crédits : Pierre Gautheron / Hans Lucas

    Quelques minutes plus tard, des têtes de papier mâché arrivent au loin. Les 5 candidats aux élections sont amenés face au tribunal populaire qui applaudit. Une voix crie au loin :

    « Pendez-les, qu’on en finisse ! »

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/karnaval_anti-elections-4.jpg

    Copie conforme / Crédits : Pierre Gautheron / Hans Lucas

    Une urne géante, dénommée le « Char-lie » est installée à côté de la foule. Chacun vient voter. « Ici au moins, tout le monde peut voter, même plusieurs fois. Ça, c’est libertaire », rigole un jeune à la chevelure bouclée et à la veste de cuir délavée.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/karnaval_anti-elections-5.jpg

    « Ici au moins, tout le monde peut voter, même plusieurs fois. Ca, c’est libertaire » / Crédits : Pierre Gautheron / Hans Lucas

    Macron décapité

    Soudain, le bourreau bat le rappel. La foule s’amasse autour de la guillotine. Il prend la parole sous les confettis. Emmanuel Macron est le premier à y passer.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/karnaval_anti-elections-6.jpg

    Chacun son tour / Crédits : Pierre Gautheron / Hans Lucas

    La lame s’abaisse et une giclée de sirop de grenadine vient colorer le bitume.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/karnaval_anti-elections-8.jpg

    Comme Louis XVI / Crédits : Pierre Gautheron / Hans Lucas

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/karnaval_anti-elections-9.jpg

    La grenadine coule à flot / Crédits : Pierre Gautheron / Hans Lucas

    Les manifestants jubilent et scandent :

    « Tout le monde déteste les élections ! »

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/karnaval_anti-elections-7.jpg

    On se paye la tête de Fillon / Crédits : Pierre Gautheron / Hans Lucas

    Une fois la besogne effectuée, les manifestants s’engagent Rue Oberkampf pour une petite manif’ sauvage. Les têtes de candidats se balancent sur des piques.

    A peine quelques mètres parcourus et les CRS encerclent les joyeux lurons, très déçus de voir leur carnaval tomber à l’eau. Peu importe, le petit cortège est à la fête. Nouveau slogan :

    « Il fait beau, il fait chaud, on veut des canons à eau ! »

    Pour tromper l’ennui, certains entament un volleyball avec la tête de Marine Le Pen, sous le regard interloqué des habitants.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/karnaval_anti-elections-13.jpg

    Petit volley improvisé / Crédits : Pierre Gautheron / Hans Lucas

    Quelques jeunes commencent le dépouillement :

    « Une voix pour personne. Une voix pour Coupat. Une voix pour Diam’s, génération nan nan. Une voix pour François Fishlaguons. »

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/karnaval_anti-elections-12.jpg

    C'est leur du dépouillement / Crédits : Pierre Gautheron / Hans Lucas

    Finalement, le cortège est escorté jusqu’à République. Le carnaval finit par une dance maléfique autour de l’urne en feu.

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit.

    Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société.

    Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, devenez supporter de StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER