Hayange : Bienvenue dans la France FN

26 Avril 2017

par Gilles Wobedo, 29 ans, infirmier, président de l’association Hayange plus belle ma ville, qui a pour objectif de rassembler les Hayangeois en résistance contre la politique d'extrême droite du maire, Fabien Engelmann.

Durant la campagne présidentielle, Marine Le Pen a très peu parlé du bilan des mairies FN. Pourquoi ? Parce qu’il est désastreux, témoigne Gilles, citoyen en résistance dans cette ville de Moselle.

Je suis infirmier au Luxembourg, à vingt minutes d’Hayange (Moselle). Je fais partie du tiers de la population active de cette ville de 15.000 habitants qui travaille à la frontière luxembourgeoise.

Je suis président de l’association Hayange, plus belle ma ville. C’est un collectif de citoyens, d’habitants hayangeois, qui s’est formé au lendemain des élections municipales 2014, quand le candidat Front National, Fabien Engelmann, a remporté notre ville. L’association est apolitique, ce n’est pas la chapelle d’un parti.

Nous organisons des rencontres, des débats, créons une autre activité citoyenne que celles défendues par la mairie FN. Nous parlons culture, écologie, urbanisme, démocratie… Nous luttons pour préserver la mémoire du multiculturalisme local. C’est un héritage, une fierté, une particularité de la vallée ouvrière depuis des siècles. On reconstruit la dimension sociale, civique et culturelle d’Hayange, loin du Front National en place.


« J’en viens à me demander si les animaux à Hayange ne sont pas mieux traités que les êtres humains qui n’ont pas de papiers français. »

Gilles Wobedo, citoyen en résistance

Des animaux et des hommes

De mon point de vue, la gestion de notre ville est absolument chaotique depuis cette élection. Je suis en colère. Le maire tient des propos infâmes : il sous-entend que les 150 réfugiés environ, répartis dans deux foyers, polluent visuellement le centre-ville et mettent en péril son attractivité.

Sur les réseaux sociaux, certains internautes suivent son raisonnement sur les réfugiés qui seraient privilégiés par rapport aux SDF de la ville. L’association se tue à essayer d’argumenter en leur conseillant de s’informer : qui sont ces exilés et combien coûtent-ils à la société ? Quand on s’intéresse à leurs ressources, on apprend qu’ils perçoivent 4 euros par jour et par personne, et qu’ils dépensent forcément cette somme dans les commerces du centre-ville, donc qu’ils génèrent de l’activité !

Je suis vraiment en colère. En parallèle, le maire est militant à 30 Millions d’Amis chez Bardot. Il consacre un budget monstre à la protection animale, au moins le double de l’ancienne municipalité. Auparavant, nous avions un contrat avec une fourrière associative du secteur de 16.000 euros annuels, aujourd’hui nous payons l’équivalent en soins vétérinaires de toutes sortes, sans contrôle, avec en plus, un investissement dans une fourrière municipale neuve, l’emploi d’un salarié à temps plein, et les frais inhérents à son fonctionnement.

J’en viens à me demander si les animaux ne sont pas mieux traités à Hayange, que les êtres humains qui n’ont pas de papiers français.

Des associations coupées de toute ressource

Dans son argumentaire, le maire dit en substance :

« Que fait la France pour nos SDF ? »

Il y a quelques mois, il a tenté d’expulser le Secours populaire qui vient en aide à 800 Hayangeois, à 300 gamins et des centaines de familles. L’association ne perçoit plus ses subventions depuis le mois d’octobre. Le chauffage et l’électricité ont été coupés. Les bénévoles ont passé l’hiver à faire des distributions dans le froid. Bref, c’est clairement une association humanitaire qui aide les personnes touchées par la précarité.

Et là, Fabien Engelmann vient donner des leçons en répétant : « Mais que fait l’État pour aider nos précaires ? ». C’est d’un ridicule, c’est consternant !

Il a envoyé un huissier au Secours populaire. Les bénévoles ont refusé de lui rendre les clefs. La tentative d’expulsion a échoué. L’équipe est en résistance et elle continue tant bien que mal d’offrir une aide alimentaire et vestimentaire.

Réseaux sociaux sous surveillance

Il me revient en mémoire une anecdote qui témoigne de l’extrême surveillance des habitants sur Internet. Un ami a publié sur son compte privé Facebook la nouvelle affiche de la mairie sur laquelle il est inscrit : « Hayange, ici bat le cœur de la vallée. ». J’ai commenté sa publication pour lui faire remarquer que la police utilisée était la même que celle de l’affiche présidentielle de Marine Le Pen, « Au nom du peuple. ». La directrice de la communication du maire m’a contacté pour me demander de retirer mes propos.

D’ailleurs, les employés de la mairie sont les premières victimes de la politique du Front National. Au quotidien, ce sont eux qui subissent le maire et son équipe. Il leur impose un devoir de réserve, exagéré et à deux vitesses : ceux qui soutiennent, partagent, commentent, les publications de Marine Le Pen sur les réseaux sociaux n’ont aucun problème avec lui. En revanche, pour le moindre « like » sur notre page Facebook, Hayange, en résistance ou celle d’un opposant politique, d’autres sont convoqués dans le bureau du maire.

Nous recevons de nombreux courriers de travailleurs hayangeois qui n’en peuvent plus, des personnes qui ont un permis poids-lourd se retrouvent à balayer les trottoirs. Le maire pratique les mises au placard et la discrimination syndicale. Il a d’ailleurs été condamné en août dernier pour diffamation envers le leader syndical de la ville.

Le grand classique du processus de victimisation

Le mandat de Fabien Engelmann est une succession de provocations. Faire le buzz, il ne fait que ça. Il ne cherche que ça : faire parler de lui, se créer une petite notoriété.

Je dénonce le fait qu’il manipule les habitants et réussit à chaque fois à retomber sur ses pattes. Par exemple en 2015, quelques semaines après le rejet de ses comptes de campagne, il aurait signé un contrat de location de 100.000 euros pour 6 photocopieuses, une somme 10 fois plus élevée que la normale selon les enquêteurs. Il a été mis en examen (le 18 février 2017) sur dénonciation d’un personnel de la mairie.

Trois jours plus tard, il se pointe à la radio locale pour dire :

« Vous voyez bien qu’on m’en veut parce que je suis Front National ! On vient me faire chier pour des photocopieuses alors que des Fillon détournent des millions. »

Il est toujours dans un processus de provocation et de victimisation à la fois.


« Le bilan des mairies FN est un échec. Marine Le Pen ne s’en vante pas. Elle ne le montre pas. »

Gilles Wobedo, citoyen en résistance

Pourquoi Marine Le Pen ne vante-t-elle pas la réussite de ses communes frontistes ?

Oui, le FN peut faire le bilan de son exercice du pouvoir. C’est un échec. Marine Le Pen se vante de ne pas avoir un lourd bilan, en comparaison avec les partis traditionnels qui ont déjà accédé au pouvoir, mais on peut évidemment prendre en compte le bilan local.

La douzaine de villes FN était destinée à être une vitrine du parti. Mais pendant sa campagne, Marine Le Pen n’a pas du tout mis en valeur les maires élus, mis à part ceux de Fréjus et Hénin-Beaumont. Sinon, on n’entend pas du tout parler des autres maires, parce que ça se passe mal dans leurs villes.

Hayange, plus belle ma ville appartient à la coordination nationale des collectifs citoyens (CNCC) qui met en relation les associations citoyennes de l’opposition dans les villes FN. Bien souvent, lorsqu’on discute de nos municipalités, on retrouve des coïncidences, des méthodes qui sont les mêmes. Alors on réfléchit à nos techniques de résistance. On se soutient mutuellement. On se comprend. On est peu à pouvoir se comprendre en réalité.

Le bilan des mairies FN est un échec. Marine Le Pen ne s’en vante pas. Elle ne le montre pas. Nos associations sur le terrain montrent ses contradictions : nous prouvons, par le local, que ce parti est dangereux.

Gilles Wobedo, est poursuivi en diffamation par le maire frontiste pour avoir qualifié ce dernier « d’apprenti-dictateur » dans un message posté en juin 2015 sur la page Facebook Hayange en Résistance. L’affaire est en attente de jugement.

Photo : Page Facebook Hayange en Résistance

Propos recueillis par Juliette Hochberg