Il posait travesti sur une affiche de campagne, EELV lui retire son investiture

Il posait travesti sur une affiche de campagne, EELV lui retire son investiture

Thierry Schaffauser devait être suppléant aux législatives à Paris

House of EELV | Contre enquête | par | 15 Mai 2017

Il posait travesti sur une affiche de campagne, EELV lui retire son investiture

Le 10 mai l’affiche de campagne avec Thierry Schaffauser en robe et perruque sort sur le web. Mais le look du suppléant aux législatives dans le 18e et le 19e arrondissement de Paris n’a pas plu à EELV, qui a retiré 3 jours plus tard son investiture.

« Un visuel circule concernant mon éventuelle candidature sur la circonscription […] Je ne l’ai évidemment pas approuvé et elle ne sera jamais utilisée. » Le tweet est signé Douchka Markovic, actuelle adjointe à la mairie du 18e arrondissement sous l’étiquette EELV. Elle fait référence à son affiche de campagne pour les législatives, où elle pose avec Thierry Schaffauser. Ce travailleur du sexe, syndiqué au Strass, lui aussi encarté chez les Verts, devait être son suppléant. Le problème de l’élue, sur cette fameuse affiche ? Thierry Schaffauser porte une robe noire moulante, une perruque et son bouledogue, Baby Butch, à bouts de bras. « C’est un fake et heureusement ! », commente-t-elle encore sur Twitter.


L’affiche serait-elle un montage ? Pas du tout, puisque Douchka Markovic a bel et bien posé pour cette photo. « Ma tenue ne lui posait d’ailleurs pas de problème pendant le shooting », rembobine Thierry Schaffauser, quand StreetPress l’appelle.

« J’ai couru pour lui trouver un rouge à lèvres »

Retour le 6 mai, dans le 11e arrondissement. Tous les candidats EELV se pressent devant l’objectif de Xavier Cantat, ex-mari de Cécile Duflot. Le photographe est chargé de réaliser les affiches des législatives du parti en Île-de-France. « Il y avait une centaine de personnes entre les titulaires et les suppléants », se souvient Philippe Stanisière, venu également se faire tirer le portrait. Membre du conseil fédéral d’EELV, il est lui candidat suppléant sur le 4e et le 11e arrondissement de Paris. D’après le politique, ni la robe, ni la perruque de Thierry Schaffauser n’avaient ému les élus présents. Au contraire, il aurait même reçu des retours positifs. Philippe Stanisière se rappelle :

« Thierry se changeait dans les escaliers de secours et n’avait pas de maquillage. J’ai couru derrière Antoinette Guhl [adjointe à la maire de Paris, chargée de l’Economie Sociale et Solidaire, ndlr] pour avoir son tube de rouge à lèvres. »

Et Philippe Stanisière d’ajouter :

« Juste avant d’entamer la séance photo, quelqu’un avait une deuxième cravate et l’a proposée à Douchka pour mettre en lumière le contre-genre. Cela s’est passé dans l’amusement et la franche amitié. »

Thierry Schaffauser y voit une visée politique. « Je voulais porter les causes d’auto-détermination de genre et sortir de la binarité homme et femme. Je revendique la même chose que Cécile Duflot : le droit de siéger en robe à l’Assemblée sans être ni sifflé ni discriminé », insiste le militant du Strass. Le jour J, il a même pensé au combat politique de sa titulaire, également co-fondatrice du parti animaliste, qui se fait porte-voix de la cause animale :

« J’ai posé avec mon bouledogue, Baby Dutch, pour faire le lien avec cette cause chère à Douchka. »

EELV supprime la photo de son site

Si la photo a été prise dans la franche amitié, sa publication a vite laissé place aux vieilles querelles de parti. Thierry Schaffauser, qui découvre la photo sur le site officiel de Europe Ecologie les Verts, décide de la partager sur son Twitter. Un élan réfréné par le parti, qui la supprime aussitôt de son site.

L’affiche fait monter la mayonnaise au sein du parti. Pour les uns, c’est un bon coup de com’. Pour les autres, une fausse bonne idée. C’est cette dernière option que retient Douchka Markovic, lorsqu’elle envoie ce SMS que Thierry Schaffauser nous lit :

« Il y a un problème avec notre photo. Plusieurs personnes m’ont dit qu’on allait perdre des voix. Or, il y a un risque de descendre en dessous de 5% donc je veux refaire une photo plus soft. Car il y a trop d’enjeux. Je t’avertis en premier. »

La candidate titulaire menace de se retirer…

Pour le suppléant, sa titulaire a subi « des pressions par les apparatchiks du parti, qui auraient du mal avec les causes LGBTI ». Cette dernière reconnaît simplement avoir pris en compte des conseils de plusieurs élus du 18e arrondissement :

« J’étais dubitative et quand tout le monde m’a dit que c’était une idée foireuse… Il ne m’a pas fallu beaucoup de temps pour m’opposer. »

Les jours suivants, l’affiche continue à faire débat en interne. Douchka Markovic est excédée. Après plusieurs échanges houleux par mail, elle annonce finalement sa démission :

« Je vous informe que je ne candidaterai pas avec EELV. Pour les raisons de stratégies évoquées par le groupe local du 18e, à cause d’un délai de campagne trop raccourci, un score supérieur à 5% non assuré et une campagne devenue trop incertaine avec un suppléant (non validé) incontrôlable et irrespectueux. Un ensemble de facteurs qui me pousse à prendre mes responsabilités. Je vous informe également de ma démission du parti. »

Elle assure à StreetPress que Thierry « a flingué [sa] candidature ». Pas découragée pour un sou, elle se remet vite en selle et décide de se présenter sous l’étiquette du parti animaliste.


… Mais c’est le suppléant travailleur du sexe qui est éjecté

Quand Thierry Schaffauser apprend la nouvelle, il pense alors devenir titulaire. La nouvelle doit tomber le 13 mai, jour de la commission permanente électorale, chargée de statuer définitivement sur les candidats. A ce moment, ni son statut de suppléant ni sa possible nomination comme numéro 1 de la liste ne sont certains.

Coup de théâtre. Après la tenue de la réunion en question, Thierry apprend que son investiture lui a été retirée. Douchka Markovic, contactée par David Cormand, secrétaire général d’EELV, revient sur sa démission. Elle est à nouveau candidate sous les couleurs d’EELVavec une nouvelle suppléante : Alice Timsit, actuelle co-secrétaire du comité local du 19e.

Ni vu, ni connu, la candidature de Thierry Schaffauser passe à la trappe. « On ne m’a donné aucune explication ni écrite ni orale », assure ce dernier, qui l’a su par l’intermédiaire d’autres candidats présents à la commission. Il crie à l’injustice :

« Ils disent que ma candidature n’est pas validée. Ça leur évite de parler de retrait d’investiture et d’avoir à se justifier. J’envisage un dépôt de plainte pour discrimination. »