Au commissariat, le policier m’a dit que je serai « sa pute » et m'a éclaté la gueule

17 Mai 2017

par Ikael, 16 ans, lycéen en Seconde, Villemomble (93)

Ikael, 16 ans, raconte comment son passage au commissariat du Raincy (93) a tourné au cauchemar : passage à tabac, insultes… avec 3 jours d’ITT à la clé. C’est la seconde bavure au sein de ce commissariat, que rapporte StreetVox cette année.

Je m’appelle Ikael, j’ai 16 ans, j’habite le quartier Beno à Villemomble (93). Le lundi 8 mai, je suis sorti pour aller voir un ami vers 14h. Arrivé en bas de chez lui, rue de la Grande rue, je tombe sur deux connaissances du lycée. Je me pose avec eux pour l’attendre. Mon pote, c’est le genre de mec qui te fait toujours galérer quand tu viens le chercher.

Cette fois encore, il a tardé à descendre. Au bout de trente minutes, je m’ennuyais, et comme les deux gars c’est pas vraiment des potes, j’ai commencé à griffonner sur le mur « Moogli », mon surnom. Le tag faisait la taille d’un portable pas plus.

On nous embarque pour un petit graffiti

La ville de Villemomble est placée sous télésurveillance. Il y a une caméra juste au-dessus de là où on était. Une voiture de la police nationale s’est arrêtée à notre niveau. Les policiers sont descendus et nous ont fouillés. Je pensais que c’était un simple contrôle, mais non. Une seconde voiture de la police nationale est arrivée. Ils nous ont embarqués au commissariat du Raincy.

« Bande de batards » a lâché le conducteur en voyant le tag, posé à côté d’un « Nike la BAC ».

J’ai compris que c’était à cause du graff qu’on nous embarquait.

C’est au commissariat que le cauchemar a commencé.

« Tiens y’a Lolo »

Le policier qui était en train de se garer venait de voir un collègue dans sa voiture personnelle. Je me retourne pour regarder. L’un des policiers avec moi à l’arrière me met une grosse gifle de cowboy :

« Pourquoi tu regardes sa plaque ? »

Le policier pensait que je cherchais à identifier la plaque d’immatriculation de son collègue. Pas du tout ! J’ai tourné la tête de manière presque automatique. Je m’en foutais de sa plaque.

Lolo, un flic de la BAC connu pour être violent, me passe à tabac

On nous a fait descendre de la voiture et on est entrés dans le commissariat. On nous a fouillés une seconde fois. Détail important pour la suite de ce qui va se passer, une caméra filme en direction de l’endroit, où l’on nous fouille pour la seconde fois. Elle était juste en face de moi ; je la fixais, comme si je pressentais ce qui allait se passer.

Ce fameux Lolo est connu dans la ville et notamment dans un des quartiers de la ville, la cité de la Sablière, où il a l’habitude de tabasser les jeunes. Le frère d’un de mes potes s’est même battu avec lui pour défendre son petit frère.

Pendant que l’on attendait, assis sur un banc à l’entrée du commissariat, le fameux Lolo est arrivé, imposant, grand, le crâne rasé, un petit bouc au menton. Il s’est tout de suite dirigé vers moi et m’a collé une baffe devant mes amis.

« Alors comme ça tu regardes ma plaque ?! »

Ses collègues lui ont raconté que j’aurais essayé de mémoriser sa plaque. Une pluie de baffes s’abat alors sur moi. Tout ça devant mes potes et les autres policiers. Et surtout la caméra qui filmait toute la scène. Donc il doit y avoir une trace forcément :

« Allez, je t’emmène en salle de fouille, viens avec moi ! »

Lolo m’embarque et demande à un de ses collègues de fermer la fenêtre de la salle qui donne sur le couloir. J’étais là dans cette petite pièce, à l’abri des regards de témoins, à la merci de ce flic. Une fois qu’il a fermé la porte, il s’est tourné vers moi et j’ai compris ce qui allait m’arriver. Je me suis fait éclater la tête, comme jamais.

On m’a entendu crier de douleur dans tout le commissariat

Mes potes, assis sur le banc du commissariat, m’ont entendu pousser des cris de douleurs. C’est vous dire la violence de ce que j’ai subi durant de longues minutes. Combien de temps ça a duré ? Aucune idée. Une éternité pour moi. Des baffes et encore des baffes. Interminables. Sur la joue, sur les oreilles. Puis, il m’a saisit par la gorge et m’a monté en l’air. Je suffoquais jusqu’à ne plus pouvoir respirer. Je me sentais partir, alors je me suis appuyé sur le mur avec mes pieds pour diminuer la pression de ses mains sur ma gorge. J’ai réussi à retrouvé mon souffle.

Au moment où je retrouvais mes esprits, il m’a jeté par terre. Ma tête et mon ventre ont réceptionné ses énormes coups de pieds qu’il m’a envoyés sans aucunes retenues. Je me suis fait laminer.

Une fois qu’il a terminé, il m’a sorti et assis sur le banc à côté de mes potes. Comme si ce n’était pas assez, il m’a encore mis des baffes pleines de haine, en hurlant :

« Tu vas être ma pute de Beno (le quartier où j’habite) ! Pendant tes 24h de GAV, tu vas être ma pute ! »

J’ai jamais fumé, ni bu, ni vendu de drogue. Et je ne savais pas ce qu’il voulait que je balance. Je suis loin de ces histoires. Certes j’aime pas l’école, c’est pas mon truc. Mais ça s’arrête là. Je ne suis pas un voyou.

J’avais peur. J’étais sous le choc. Et surtout j’avais vraiment mal aux tympans, à cause de ses baffes. Mon objectif était de sortir vite de ce commissariat et m’éloigner de ce flic. Mais c’était loin d’être fini pour moi.

On me colle 20 g de cannabis sur le dos

On nous a emmenés pour être auditionnés par l’officier de police judiciaire (OPJ). Pendant que les autres étaient entendus, un des policiers qui nous a interpellés est venu me voir avec un sachet. Dedans, il y avait 20 g de cannabis.

« Tu connais ça, hein ?! »

Le policier faisait balancer le sachet devant mes yeux. J’ai pas cherché à lui répondre.

Quand c’était mon tour, je n’ai pas fait mention de ce qui venait de m’arriver.

« A qui il est ce shit ? », me demande l’officier.
« Votre collègue vous a dit qu’il était à moi et là vous me demandez à qui il est ? »

Je me retrouve face à cet officier pour détention de produit stupéfiant et pour avoir gribouillé mon surnom sur un mur. L’un des deux « amis » leur a dit que c’était moi.

Je voulais en finir au plus vite. J’ai à peine cherché à me défendre.

« C’est à toi. On t’a vu le jeter ! », me répond l’officier
« Vous m’avez arrêté pour avoir tagué sur le mur à la base et maintenant vous dites m’avoir vu jeter le shit ? »

À partir de là, j’ai été placé en garde à vue. Il était 17h55.
On m’a emmené voir un médecin. Comme avec l’OPJ, je n’ai rien dit au sujet des violences. J’avais peur qu’il balance aux flics que j’avais parlé. C’était une erreur. J’avais peur.

Pour ne pas inquiéter ma mère, mon pote lui a envoyé un sms pour lui dire que j’allais dormir chez lui ce soir là. Le lendemain, quand ils m’ont relâché, j’ai appelé ma soeur, majeure, pour venir me chercher. Malgré tout, ma mère est tombée sur ma convocation au tribunal. J’ai dû tout lui raconter.

J’attends donc de comparaître le 20 juin 2017, devant le tribunal de Bobigny. Je flippe, là. J’ai jamais eu affaire à la justice et je me retrouve dans un véritable bourbier.

Le commissariat du Raincy encore impliqué dans des bavures


En janvier, StreetVox rapportait le témoignage de Maxen « J’ai 16 ans, je me suis fait tabasser par la police, alors que je n’avais rien fait », qui racontait les insultes et son passage à tabac par la BAC, au Raincy. Un récit, à base de coups et d’injures, à rapprocher de celui d’Ikael, que nous publions aujourd’hui : la description physique de l’agent de la BAC auteur des coups et des insultes, laisse également penser qu’il s’agit du même officier de police.

En plus de publier aujourd’hui le témoignage d’Ikael, StreetVox a pu consulter ses certificats médicaux avec les ITT, ainsi que plusieurs éléments du dossier. Nous avons également pu recouper son témoignage auprès de différents témoins. Ikael a effectué un signalement à l’IGPN et devait déposer plainte ce jour auprès du procureur de la République. Le commissaire du Raincy, joint par téléphone, n’a pas souhaité répondre aux questions précises que nous souhaitions lui poser.

Propos recueillis par Aladine Zaïane