En ce moment

    03/10/2017

    Mais qu’est-ce qu’il va faire de tout cet oseille ?

    La Banque postale ferme les comptes d’Alain Soral

    Par Mathieu Molard

    Début septembre, La Banque Postale signifiait par courrier la fermeture prochaine des comptes (bien remplis) d’Egalité & Réconciliation, l’asso d’Alain Soral et de sa PME, Culture pour tous.

    L’argent d’Alain Soral n’est plus le bienvenu à la Poste. Deux courriers mis en ligne sur le site d’Egalité & Réconciliation, l’asso dirigée par le polémiste d’extrême droite, lui signifient la fermeture prochaine de ses comptes :

    « Nous vous informons que La Banque Postale a décidé de clôturer ces comptes dans un délai de 60 jours »

    Jointe par StreetPress, La Banque Postale confirme la clôture imminente des différents comptes. Elle précise que le contrat signé au moment de l’ouverture dudit compte lui permet de le fermer, sans avoir à donner d’explications. Nous n’en saurons pas plus quant à leurs motivations. Sont concernés par ces clôtures les comptes détenus par la société Culture pour tous et l’association Égalité & Réconciliation.

    Culture pour tous, la PME de Soral

    La SARL Culture pour tous est détenue à 80% pour Alain Soral. Cette société lui permet de gérer des business en tout genre : éditions de livres, DVD, mais aussi vente de produits bio via la marque Au Bon Sens (qui reprend les initiales d’Alain Bonnet de Soral). Comme nous le révélions dans le livre Le système Soral, enquête sur un facho business, la petite entreprise ne connaît pas la crise :

    « En 2012, elle déclarait un chiffre d’affaires de 640 400 euros. Les années suivantes, l’entreprise s’est affranchie de l’obligation de communiquer ses résultats. Mais un relevé détaillé de son compte courant [celui-là même qui va être clôturé], portant sur octobre 2014, révèle que, ce mois-là, elle a encaissé 170.000 euros. (…) Ce qui, sur un an, équivaudrait à plus de 2 millions d’euros de chiffre d’affaires. »

    En plus de dividendes – 10.000 euros en 2011 et 24.000 euros en 2012 – Culture pour tous verse chaque mois un salaire de 2.500 euros à Alain Soral. Des revenus auxquels il faut ajouter les droits d’auteurs liés à la vente de ses livres et ses (petits) revenus fonciers.

    Egalité & Réconciliation, l’asso à sa gloire

    Les comptes en banque de l’association Egalité & Réconciliation vont également être clôturés. Et eux aussi doivent être bien remplis. Toujours dans le livre Le système Soral, enquête sur un facho business, nous avions, en septembre 2015, tenté de faire le calcul :

    « Grâce à ses 5.000 adhérents [estimation basse], titulaires d’une adhésion obligatoire d’au minimum 20 euros, Egalité & Réconciliation aurait donc gagné en 2014 plus de 100.000 euros. »

    Les adhésions ne sont pas les seules sources d’entrée de cash. Dailymotion, qui héberge leur chaîne vidéo, reverse une partie des bénéfices provenant des annonceurs :

    « Si, depuis le début de la monétisation de sa chaîne, Egalité & Réconciliation aurait encaissé moins de 40.000 euros au titre de la publicité, la vidéo à la demande est, quant à elle, beaucoup plus rentable. (…) Entre juillet 2014 et mars 2015, au rythme d’un entretien vidéo par mois, Egalité & Réconciliation aurait encaissé environ 50.000 euros. »

    Où garder l’argent ?

    Alain Soral disposait, à compter de début septembre 2017, de 60 jours pour trouver une autre banque susceptible de l’accueillir. Mais la rente de son facho business n’est visiblement pas la bienvenue dans les banques françaises : selon Egalité & Réconciliation, en 2013, ils auraient contacté 6 établissements différents, afin d’y ouvrir des comptes. Aucun n’avait accepté.

    Cet article est à prix libre. Pour continuer la lecture, vous pouvez faire un don.

    StreetPress est un média indépendant qui repose sur les dons de ses lecteurs et lectrices. Pour bien finir l’année, aidez-nous à atteindre les 100 000 euros avant le 11 décembre. En savoir plus →

    Après déduction fiscale, un don de 30€ vous reviendra à 10€.

    Soutenir Streetpress Je fais un don
    mode payements
    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soient ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. StreetPress, c'est une équipe de 13 journalistes permanents, auxquels s'ajoute plusieurs dizaines de pigistes, photographes et illustrateurs.
    Soutenez StreetPress, faites un don à partir de 1 euro 💪🙏

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER