En ce moment

    04 / 01 / 2018

    Le ministère de la santé a tranché

    Les hôpitaux psychiatriques ne participeront finalement pas à l'expulsion des sans-papiers

    Par Tomas Statius

    Face à la grogne, le ministère de la Santé a décidé d'annuler une circulaire polémique envoyée à plusieurs hôpitaux psychiatriques de la région PACA. Elle prévoyait que les médecins participent à l'expulsion des sans-papiers en leur délivrant des OQTF.

    Face à la grogne des psychiatres, le ministère de la Santé a tranché. Selon des informations de LCI, confirmées à StreetPress par le syndicat des psychiatres hospitaliers (SPH), la circulaire qui prévoyait que les personnels de santé délivrent des obligations de quitter le territoire français (OQTF) aux patients sans-papiers a été annulé ce matin par Agnès Buzyn, la Ministre. Ce document, publié depuis sur Twitter, dont StreetPress vous parlait, avait été envoyée aux directeurs d’établissements psychiatriques et de santé mentale de la région PACA par l’agence régionale de santé (ARS). Difficile de savoir qui se cache derrière cette mesure polémique. « L’ARS avait-elle reçu des pressions de la part de la préfecture ? On n’en sait rien », note Libération dans un article publiée dans la matinée.

    La nouvelle avait provoqué un lever de bouclier général des personnels hospitaliers et de plusieurs responsables politiques. « Où-va-t-on ? L’ARS-PACA demande aux hôpitaux psy de remettre des OQTF aux patients sortants ! », s’est par exemple indigné Dominique Versini, adjointe à la Mairie de Paris en charge de la solidarité et de la lutte contre l’exclusion. « C’était une réglementation qui existait déjà, on n’a fait que la rappeler », oppose de son côté l’ARS PACA.

    On a choisi de faire bouger les lignes. Vous validez ?

    Depuis plus de 10 ans, nous assumons un regard et des engagements. Aujourd’hui, notre mission c’est d’avoir de l’impact. Particulièrement dans la crise actuelle, où les premiers à morfler sont les plus fragiles. Face à la pandémie, au confinement et à la crise économique qui l'accompagne, nous croyons encore plus à la nécessité de ce travail.

    Forcer le ministre de l’Intérieur à saisir la justice en mettant au jour les messages racistes échangés par des milliers de policiers sur des groupes Facebook. Provoquer une enquête de justice suite à la révélation d’un système de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris. Contraindre Franprix à cesser l’usage quasi illégal d'auto entrepreneurs durant le confinement...

    Nous recevons de plus en plus de pistes sur des sujets brûlants, mais nous manquons encore de moyens pour tout couvrir. L’idée n’est pas de se faire racheter par un milliardaire. Mais simplement de pouvoir faire appel à du renfort, lorsqu’un sujet le nécessite.

    Pour que cela continue, malgré la crise, nous avons sincèrement besoin de votre soutien.

    StreetPress doit réunir au moins 27.000€, avant le 4 décembre.
    Soutenez un média d’impact qui fait bouger les lignes.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER