Meurtre, harcèlement sexuel et vaudou dans un centre d'hébergement d’urgence pour migrants

Meurtre, harcèlement sexuel et vaudou dans un centre d'hébergement d’urgence pour migrants

Employés et hébergés mettent en cause la direction

J'Péte les plombs | Infos StreetPress | par | 31 Janvier 2018

Meurtre, harcèlement sexuel et vaudou dans un centre d'hébergement d’urgence pour migrants

Meurtre d’un hébergé, violence contre des réfugiés, employés victimes de harcèlement sexuel, de menaces, ou en burn-out… Le centre d’hébergement pour migrants d’Aubervilliers est au bord de l’explosion.

Aubervilliers (93) - Le 27 décembre 2017 à 7h30, Ahmadi M. pénètre dans la chambre de Hassanzad P. et lui assène 7 coups de couteaux. Après avoir accompli son méfait, Ahmadi prend la fuite. Il laisse derrière lui l’arme du crime, enfoncée dans la poitrine d’une seconde victime qui sera admise à l’hôpital. Mais qu’est-il passé par la tête de cet Afghan, hébergé depuis quelque temps déjà dans ce centre d’hébergement ? L’enquête livrera peut-être le fin de mot de l’histoire. Reste le point de départ : Ahmadi et Hassanzad se connaissaient bien. Les deux hommes étaient voisins de chambre dans ce foyer pour migrants à Aubervilliers. Selon des documents internes, que StreetPress a pu consulter, ces tensions étaient récurrentes dans le centre. Plusieurs hébergés avaient déjà alerté la direction sur l’ambiance délétère qui y régnait.

En 2017, le centre d’hébergement d’urgence (Chu) d’Aubervilliers a accueilli 501 migrants. Il est l’un des fleurons du principal bailleur social français, Adoma. Mais depuis plusieurs mois, le navire amiral du descendant de la Sonacotra est à l’agonie. Le 12 octobre 2017, le syndicat Sud avait interrogé la direction d’Adoma sur la situation chaotique de ce centre d’hébergement. Mi-janvier, six intervenants sociaux ont alerté la direction pour dénoncer des dérives : soupçon de harcèlement sexuel et moral, violences contre des hébergés et contre certains personnels, climat de terreur, punitions iniques et incantations vaudou… Le défenseur des droits et l’inspection du travail ont été saisis. Plusieurs plaintes pour violences ont également été déposées.

Violences contre les hébergés

Dans une petite lettre manuscrite, Adam (1), hébergé soudanais, raconte son passage au Chu. Il organise son récit autour de 14 points. Neuf critiques à l’encontre des conditions d’hébergement et cinq propositions de solution. Tout en haut de ses griefs se trouve la violence qui règne dans le centre d’hébergement. Celle-ci est l’oeuvre d’une partie de l’équipe, en charge de la sécurité du bâtiment, témoigne Adam :

« Il y a un très mauvais comportement de la part de l’accueil et de la direction au niveau de la violence verbale et même physique. Ils nous donnent des coups. »

Sophie (1) et Rachel (1), intervenantes sociales, ont été témoins de l’une de ces altercations violentes. « Un agent polyvalent [en charge de la maintenance] a pris un hébergé, Ahmed (1), à la gorge et l’a plaqué contre le mur », se souvient Sophie. L’employé d’Adoma prend le jeune homme pour un « squatteur », il pense qu’il n’habite pas le centre. Ce qui n’est pas le cas. Dans un témoignage écrit, que nous avons également pu consulter, ce dernier détaille le déroulé de cette agression :

« L’un des agents m’a empoigné et poussé de force violemment vers la sortie. Deux autres agents m’ont pris en charge à la sortie du bureau, me poussant violemment, me faisant une clef de bras, me mettant le doigt dans l’œil dans le feu de l’action. »

L’altercation n’a pour l’instant pas fait l’objet d’un dépôt de plainte. Pour l’ensemble de intervenants sociaux que nous avons pu rencontrer, ces violences sont quotidiennes au Chu d’Aubervilliers. « Les hébergés nous disaient que le week-end, il y avait plus de violence parce qu’aucun intervenant social n’est là », soutient Marion (1), l’une des membres de l’équipe. Chaque lundi, les hébergés se massent devant son bureau pour rapporter de nouvelles agressions. L’équipe a saisi à de nombreuses reprises la hiérarchie à ce sujet. Sans succès. Selon des informations de Streetpress, le défenseur des droits a été saisi mi-janvier pour enquêter sur les accusations répétées de violence.

Les squatteurs

Pour Adam, cette situation découle du « racisme de la part de la direction elle-même contre les réfugiés. » « Dès le départ, on nous a dit que les hébergés étaient des profiteurs, qu’ils ne fallaient pas leur faire confiance », se souvient Jeanne (1), elle aussi employée à Aubervilliers. Certains cadres de l’entreprise, notamment l’un des directeurs John M., n’hésitent pas à hausser le ton à l’égard des hébergés. « Ils sont sans cesse humiliés et rabaissés », renchérit Jeanne :

« Une fois j’ai accompagné un hebergé dans le bureau de John M. pour qu’il récupère les clés qui lui avaient été confisquées. Le directeur l’a obligé à s’excuser à plusieurs reprises. Il lui disait sans cesse “regarde-moi”, “parle français”, alors que l’hébergé ne parlait pas français. »

Au Chu, la direction érige cette méfiance à l’égard des réfugiés en mode de fonctionnement, expliquent les intervenants sociaux. Les distributions de tickets service, la seule source de revenu pour les hébergés qui ne perçoivent pas encore l’aide aux demandeurs d’asile (28 euros par semaine en bon d’achat) font l’objet d’un contrôle rigoureux. De leur côté, les agents polyvalents font la chasse aux « squatteurs » – ces hébergés qui invitent dans leurs chambres des amis en galère de logement. Une pratique interdite par le règlement intérieur. Pour chaque « squatteur » attrapé, la sanction est la même : l’expulsion manu militari de l’intrus et la confiscation des clés de la chambre de celui qui lui a offert le gîte. Le procédé est particulièrement mal vécu par les hébergés. D’autant plus qu’il pose des problèmes récurrent dans leur vie quotidienne, explique Marion :

« Un de mes suivis est resté pendant quatre heures dans le froid parce qu’on lui avait confisqué ses clés et qu’il n’y avait personne pour lui ouvrir. »

L’ennemi intime

Les hébergés ne sont pas les seuls à subir les quolibets et les brimades. Depuis septembre, deux intervenants sociaux, Marc et Sophie, ont été agressés physiquement par un agent polyvalent et un ouvrier de maintenance. Le premier a déposé une main courante après avoir été insulté de « sale clochard » et saisi à la gorge. La seconde a porté plainte au commissariat d’Aubervilliers après avoir été agressée violemment à la porte de son bureau.

Dans les deux cas, leurs collègues soupçonnent la direction d’avoir soufflé sur les braises. Car au Chu d’Aubervilliers, les intervenants sociaux se vivent comme l’ennemi intime, face à une direction intransigeante. « On avait l’impression qu’il y avait des représailles », raconte Audrey (1) en évoquant le cas de Marc. L’homme a été agressé alors qu’il défendait une collègue prise à partie par l’un des agents polyvalents. Depuis plusieurs mois, il était vu comme le mouton noir. On le soupçonnait de parler aux syndicats de la situation au Chu. « La direction sous-entendait que si on parlait à certaines personnes, dont Marc, nos contrats ne seraient pas renouvelés », témoigne Audrey. « Tous les jours, on venait nous demander qui parlait aux syndicats », renchérit Jeanne.

Sophie, elle aussi, n’avait pas franchement les faveurs de la direction. Son agression se déroule après plusieurs mois de pression de la part de la hiérarchie, note l’inspection du travail. La médecin qui l’a examiné conclut que la jeune femme souffre d’un « symptôme post-traumatique ». Son agresseur, un agent de maintenance, lui a reproché d’avoir écrit dans son cahier de liaison, au stylo rouge. « Dans l’énervement, il m’a pris à la gorge ». La jeune femme a immédiatement signalé l’incident à sa hiérarchie via une plate-forme interne. Pourtant, après son agression, aucune mesure n’a été prise pour que Sophie ne croise pas son agresseur dans les couloirs. Pire, la direction minimise. « Ils me prennent pour une folle », se lamente la jeune femme.

D’autres intervenantes sociales, dans des courriers envoyés à la direction que nous avons pu consulter, témoignent de remarques sexistes récurrentes confinant au harcèlement sexuel, de la part de plusieurs membres de l’équipe. « Tu as de beaux seins, je peux toucher ? », aurait demandé un agent polyvalent à l’une d’entre elles. « Tu veux venir chez moi le soir ? Moi aussi j’habite à Barbès », aurait interrogé un autre. Plus original, l’un des directeurs John M. se vantait régulièrement de maîtriser le « vaudou », devant plusieurs employés. L’homme brandissait ce « savoir » comme une menace. « Une fois, il m’a parlé d’une prière d’incantation que l’on pouvait réaliser si l’on voulait du mal à quelqu’un, en me parlant de Marc », se souvient Jeanne:

« Il m’a aussi dit : “Moi je souris, je dis bonjour mais derrière je le poignarde. »

Personnels au bord du burn-out

Trop de dossiers, pas assez de moyens, au Chu d’Aubervilliers, les personnels d’Adoma sont au bord du burn-out. Deux d’entre eux ont d’ores et déjà saisi l’inspection du travail. « Cela a suscité chez moi un stress quasi permanent », détaille Marc dans une lettre qu’il a écrite à la médecine du travail. « Insomnie, fatigue permanente, forte irritabilité, tremblements »… L’homme a morflé de la situation sur place :

« Au départ il était prévu que chaque intervenant social suive 42 personnes au centre. »

Or, selon des documents que StreetPress a pu se procurer, la règle n’est quasiment jamais respectée. 70, dossiers, 54 ou 60… Les intervenants sociaux d’Aubervilliers croulent sous le boulot, sans que leur hiérarchie ne leur permette de faire des heures supplémentaires. Et c’est sans compter les absences ponctuelles de certains collègues qui fait exploser la charge de travail… et entame la qualité du suivi. Conséquence : en 2017, 10 hébergés n’ont pas été suivis par un travailleur social lors de leurs premiers mois au Chu.

Collaboration avec la préf

Le Chu d’Adoma est l’un des plus grands centres d’Île-de-France ce qui lui confère une place particulière dans le dispositif d’accueil. Le centre a récemment reçu la visite d’une délégation du GIP, le groupement d’intérêt public, chargé, tout comme les missions d’identification de l’OFII, de recenser les exilés présents dans les structures d’hébergements ainsi que leur situation administrative. Mais la direction fait du zèle dans sa collaboration avec les autorités, quitte à outrepasser parfois son mandat. « Une fois, la directrice nous a demandé de faire une liste des personnes en fuite [qui ne se sont pas présentées à un rendez-vous à la préfecture] pour la transmettre à la préfecture », se souvient Marc :

« On a refusé. »

La direction entrave également certaines démarches administratives, témoignent les intervenants sociaux. Surtout quand elles ne vont pas dans le sens des autorités. « On nous interdisait de faire des recours au tribunal administratif. À chaque fois que c’était contre l’Etat, on n’avait pas le droit », s’énerve Jeanne. « On nous disait qu’on était pas là pour embêter la préfecture », rebondit Marc. Quitte à être déloyal, renchérit Léa :

« Un hébergé devait être transféré au Cra. On m’a demandé de lui faire croire qu’il était juste envoyé dans un autre centre. »

(1) Prénoms modifiés à la demande de l’interviewé

La réponse d’Adoma

Contactée par StreetPress, la direction d’Adoma nous indique « avoir été alertée [de la situation à Aubervilliers] il y a quelques jours par des salariés » :

« Devant les propos tenus, nous avons diligenté une enquête interne. Les conclusions de cette enquête sont annoncées pour le 2 février. En fonction de celles-ci, Adoma prendra dans la foulée les mesures appropriées. »

De son côté, ni la direction du Chu d’Aubervilliers, ni celle de l’entreprise en Seine-Saint-Denis n’a donné suite à nos demandes d’interview.

Illustration de une tirée de l’article Le boom des assignations à résidence de sans-papiers


L'actu