En ce moment

    07 / 03 / 2018

    « J’ai fait 8 championnats de France, j’ai demandé des contrôles, ça n’a jamais été fait »

    Suspension de Tony Yoka : la réaction de son adversaire Cyril Léonet

    Par Matthieu Bidan , Inès Belgacem

    Tony Yoka a écopé d'une suspension d'un an avec sursis pour manquement à des contrôles antidopage. StreetPress a recueilli la réaction de son futur adversaire, Cyril Léonet. Ce dernier pointe les faiblesses de la lutte antidopage dans la boxe française.

    La nouvelle est tombée par une alerte de l’Equipe, mardi 6 mars, en fin d’après-midi. Selon le quotidien sportif, le boxeur Tony Yoka a écopé d’un an de suspension avec sursis par la Fédération française de boxe. Le champion olympique aurait manqué trois convocations pour des contrôles antidopage, en l’espace de douze mois.

    Le combat contre Cyril Léonet maintenu

    Cette sanction ne remettrait pas en cause son combat contre Cyril Léonet, alias Aldo, prévu le 7 avril prochain. Le boxeur de Limoges, auquel StreetPress a consacré un documentaire, préfère ne pas mettre d’huile sur le feu :

    « Honnêtement, j’ai pas eu trop de réaction en apprenant la nouvelle, il aurait dû se présenter aux contrôles, c’est sûr. Maintenant, je ne veux pas polémiquer. C’est un garçon intelligent, bien entouré, il sait qu’une carrière n’est pas un long fleuve tranquille. »

    Sur la question du dopage, Aldo, quintuple champion de France poids lourds, pointe tout de même des failles dans le système français :

    « J’ai fait 8 championnats de France, j’ai demandé des contrôles pour moi et mes adversaires, ça n’a jamais été fait. Après mon combat contre Raphaël Tronché en novembre dernier, il n’y a pas eu de contrôle. C’est dommage pour la boxe française, ce n’est pas normal. »

    En attendant le combat entre Yoka et Aldo, le 7 avril prochain, retrouvez notre documentaire.

    On a choisi de faire bouger les lignes. Vous validez ?

    Depuis plus de 10 ans, nous assumons un regard et des engagements. Aujourd’hui, notre mission c’est d’avoir de l’impact. Particulièrement dans la crise actuelle, où les premiers à morfler sont les plus fragiles. Face à la pandémie, au confinement et à la crise économique qui l'accompagne, nous croyons encore plus à la nécessité de ce travail.

    Forcer le ministre de l’Intérieur à saisir la justice en mettant au jour les messages racistes échangés par des milliers de policiers sur des groupes Facebook. Provoquer une enquête de justice suite à la révélation d’un système de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris. Contraindre Franprix à cesser l’usage quasi illégal d'auto entrepreneurs durant le confinement...

    Nous recevons de plus en plus de pistes sur des sujets brûlants, mais nous manquons encore de moyens pour tout couvrir. L’idée n’est pas de se faire racheter par un milliardaire. Mais simplement de pouvoir faire appel à du renfort, lorsqu’un sujet le nécessite.

    Pour que cela continue, malgré la crise, nous avons sincèrement besoin de votre soutien.

    StreetPress doit réunir au moins 27.000€, avant le 4 décembre.
    Soutenez un média d’impact qui fait bouger les lignes.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER