En ce moment

    12 / 01 / 2011

    StreetPress n'a rien à craindre, le président des Jeunes Pops a « toujours un regard sympathique sur votre site »

    Observatoire des mensonges de la gauche: Lancar veut « rétablir la vérité » sur le web

    Par Robin D'Angelo

    Benjamin Lancar lance mercredi 12 janvier l'Observatoire des mensonges de la gauche, un réseau social pour «dénoncer, là où il y a mensonge». Youpi la « iRiposte » sera prête pour 2012.

    Benjamin Lancar, le président de Jeunes Pops de l’UMP lancera mercredi 12 janvier dans la soirée l’Observatoire des mensonges de la gauche . Invité mardi soir des vœux de Pierre Lellouche (voir ci-contre) aux militants UMP de la 1ère circonscription de Paris, « le représentant le plus connu de la droitosphère », dixit Nicolas Poincaré , a expliqué à StreetPress que le site abrégé « OMG comme Oh My God, recensera tous les thèmes où la gauche ment ».

    Lancar n’a aucun problème avec Rue89 et LePost et il like StreetPress

    Concrètement à chaque article « mensonger » posté sur un site d’info, l’alerte sera donnée sur www.o-m-g.fr pour que les militants UMP 2.0 aillent « commenter et rétablir la vérité ». « Là où il y a mensonge, il faut dénoncer » a insisté le jeune Pop.

    Rue89 et LePost – que Jonathan Pinet, membre du bureau national des Jeunes UMP, a pointé du doigt – doivent-ils s’attendre à voir leur rubrique « commentaire » spammée par des jeunes de droite en furie ? « On n’a pas de problèmes avec tel ou tel site », assure Lancar. « Vous aimez Internet, nous aussi. Après on a envie de faire passer nos valeurs. »

    StreetPress, auteur de plusieurs enquêtes sur les difficultés du président des Jeunes UMP , ne doit pas non plus s’inquiéter de spammeurs potentiels. Lancar y va même de sa bénédiction: « J’ai vu StreetPress naître donc j’ai toujours un regard sympathique sur votre site (…) j’ai beaucoup de plaisir à vous rencontrer » Avant d’ajouter une réserve: « Je pense que parfois vous n’y allez pas de main morte ».

    Les vœux de Pierre Lellouche … au Rex Club !

    Le secrétaire d’État chargé du commerce extérieur Pierre Lellouche avait choisi le temple de l’électro – la boite de nuit le Rex Club – pour souhaiter ses meilleurs vœux aux militants UMP de la 1ère circonscription de Paris. Les retraités – venus en nombre – ont remplacé pour un soir les teffeurs tandis qu’une galette de rois trônait en lieu et place des pilules parfois consommées en ces lieux.

    Dans ses voeux, Lellouche a insisté sur le besoin « d’unité » et de « réunir l’UMP » en vue du « combat des présidentielles ». Des piques adressées au tandem Jacob/Copé ? « Moi Monsieur, je ne fais pas de la politique à commenter les déclarations de tel ou tel. Je ne vois pas l’intérêt. Ce que je vois, c’est que nous avons un candidat et un chef » a répondit l’ex de Harvard à StreetPress.

    La petite centaine de têtes grises s’est dispersée peu après 19h30 tandis que les jeunes Pops ont veillé jusqu’à 20h.

    « Se donner le temps » pour être efficace pendant la campagne présidentielle

    O-M-G est la face émergée de la politique de « iRiposte » lancée par Lancar à l’été 2010. « Ça fait 4 mois qu’on forme nos militants à créer des comptes Facebook, des comptes Twitter, des blogs », détaille l’ex-étudiant de HEC à StreetPress.

    Le lancement en fanfare aura lieu ce soir lors des vœux de Jean-François Copé aux Jeunes Pops. Lancar se garde de vouloir faire le buzz: «  Le but n’est pas un buzz tout de suite [mais de] se donner le temps pour que ça marche. » La deadline: 18 mois pour être efficace au moment du rush présidentiel. Reste à savoir si l‘ « Observatoire des mensonges de la gauche » connaîtra le même succès que les Créateurs de possibles , le « Facebook de l’UMP » prochainement fermé par Jean-François Copé.

    Edit Retrouvez dans la soirée la vidéo des voeux et les interviews

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit.

    Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société.

    Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, devenez supporter de StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements