Délit de faciès : un prof de fac sénégalais arrêté et enfermé à Roissy

Délit de faciès : un prof de fac sénégalais arrêté et enfermé à Roissy

Il est en France pour un voyage d’études

Welcome | News | par | 4 Octobre 2018

Délit de faciès : un prof de fac sénégalais arrêté et enfermé à Roissy

Karamoko Kallouga Demba enseigne le droit à l’université de Dakar. Le 17 septembre, il débarque à Paris pour mener des recherches. Un enseignant-chercheur noir et en règle ? Pas très crédible pour les policiers.

Karamoko Kallouga Demba, professeur de droit à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar, se souviendra toute sa vie de sa semaine dans les filets de la police aux frontières françaises. « Je me suis senti humilié », lâche l’universitaire, quand on le rencontre à deux pas du Panthéon. Il potasse des ouvrages de droit patrimonial, sa spécialité, à la bibliothèque Cujas.

Venu en France pour un voyage d’études d’un mois organisé par sa faculté, Monsieur Demba a été arrêté puis envoyé à la zone d’attente de Roissy, cette prison pour sans-papiers au pied des pistes de l’aéroport. L’homme dispose pourtant de tous les documents nécessaires à son entrée sur le territoire français. « Ça ressemble à du racisme », finit-il par concéder :

« C’est une façon de ne pas respecter les hommes africains que nous sommes. »

Erreur de casting

Le 17 septembre dernier, le professeur Karamoko Demba débarque à Charles-de-Gaulle en provenance de l’aéroport de Dakar. Dans sa poche, 500 euros en liquide et un visa délivré par l’ambassade de France au Sénégal, un mois plus tôt. Dans ses valises, un relevé de comptes pour justifier de fonds suffisants pour vivre en France (3.500 euros), une lettre de mission signée de la main du recteur de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar, pour un voyage d’études d’un mois et un billet retour… L’homme est méticuleux : il sait que la police aux frontières peut se montrer suspicieuse.

Pourtant, à la douane, le dossier de Monsieur Kallouga Demba coince. « Dans ma demande de visa, j’avais indiqué que je passerai les premiers jours de mon séjour chez ma sœur, en banlieue parisienne, avant d’être logé à la Cité U », se rappelle l’homme en costard crème et lunette fumée :

« Le douanier a demandé une attestation de ma sœur, que je n’avais pas. Puis il m’a dit que je n’avais pas l’argent nécessaire pour assurer ma subsistance lors de mon voyage d’études. »

L’officier Philippe P. interroge ensuite le prof de fac sur les raisons de son voyage. « J’ai dit que je faisais un voyage d’études, que je passerai la plus grande partie de mon temps à la bibliothèque Cujas, où je consulterai des ouvrages ». Ce dernier appelle la bibliothèque pour savoir s’il est convié par l’institution, qui dépend de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ce qu’elle dément, puisque l’accès est libre. Il n’est donc pas nécessaire d’être invité. L’officier lui demande ensuite si des professeurs de droit français le connaissent :

« Je lui réponds que notre labo est en contact avec plusieurs chercheurs français, dont je donne les noms. Je précise que je ne les connais pas personnellement. »

L’OPJ contacte l’un d’eux, qui sans surprise explique ne pas connaître l’universitaire. À aucun moment, le policier ne contacte ni l’université Cheikh Anta Diop, ni l’ambassade de France au Sénégal, explique Monsieur Demba :

« J’ai senti que ça ressemblait à un règlement de comptes. »

Les policiers ne croient pas à ses explications. Et le soupçonnent de vouloir émigrer illégalement sur le territoire. « Son chef est arrivé. Il m’a demandé : “C’est quoi ton histoire ?”. J’ai répondu que j’étais enseignant, que j’avais un travail. » « Je crois plutôt que tu en cherches un ici », aurait-il rétorqué.

Liberté d’appréciation

Karamoko est placé en zone d’attente. On lui confisque ses effets personnels. Dans un procès-verbal que StreetPress a pu consulter, la police indique que les raisons du voyage de Karamoko ne sont pas suffisamment claires, et qu’il n’a pas assez d’argent pour pénétrer sur le territoire français. Ce que l’intéressé conteste. Dans le PV, l’homme est présenté comme étudiant :

« Je leur ai dit que ce n’était pas vrai. Ils m’ont dit soit vous signez, et vous pouvez appeler votre famille. Soit on vous remet dans l’avion. »

En zone d’attente, la situation du juriste ne s’améliore pas. Alors que plusieurs universitaires français se démènent pour le faire sortir, le consulat du Sénégal à Paris s’en mêle. Une délégation a même visité l’homme à Roissy. Mais la police française campe sur ses positions. « Ils m’ont dit que ça ne changeait rien. Qu’ils avaient une liberté d’appréciation et que je ne pouvais toujours pas rentrer en France » :

« Ils m’ont assuré qu’un vol partait. Que si je ne montais pas dans l’avion, j’irai au procès. »

« Tout ça est une aberration »

Le 21 septembre, Karamoko Demba se présente devant le juge des libertés et de la détention. Il conteste son enfermement. Le juge tranche en faveur du prof, comme le montre une ordonnance datée du même jour :

« La prolongation du maintien [en détention] de Monsieur Demba ne constitue pas une mesure restrictive de liberté proportionnée aux objectifs de contrôle aux frontières. »

En clair, les pandores ont fait du zèle. L’avocate de Karomoko se confond en excuse. « Au nom du peuple français », se souvient-il. L’homme est libéré dans la foulée.

Contactées par StreetPress, ni la Direction générale de la police nationale (DGPN), ni la Direction générale des étrangers en France (DGEF) n’ont donné suite à nos demandes d’interview.


L'actu