En ce moment

    29 / 03 / 2013

    Quelle est la bibliothèque la plus hot de Paris?

    Drague : 5 bibliothèques au crash-test

    Par Elodie Branson

    Les techniques, les meilleurs spots, le dress-code : Elodie s'est faite belle pour aller émoustiller du sorbonnard. La jeune célibataire passe 5 bibliothèques au crash-test pour trouver un mec. And the winner is…


    Pour afficher un lieu sur la carte, passez la souris sur l’icône et cliquez sur le nom du lieu pour afficher le descriptif complet.

    La bibliothèque Sainte-Barbe

    font color=red>Le test : 12h30, je campe à l’étage philo. En face de moi, un garçon maigrichon, cheveux gras, s’assoit maladroitement. Son visage est bientôt assorti au code civil de son voisin. L’étudiant délaisse la métaphysique et me fixe tel un vautour guettant sa proie. Tactique de drague directe ou manque de pratique ? L’apprenti philosophe aux lunettes rondes semble n’avoir jamais été aussi serré dans son tee-shirt Adidas. « Ca t’ennuierais de me garder mon ordinateur à la pause déj ? » je murmure, avec un sourire en coin. Il rougit. Je lui souris encore plus. « Euh, mais d’accord» bafouille-t- il. On est mal barré. Je préfère mater les deux pigeons qui roucoulent, eux, sur le bord de la fenêtre. Après 4 heures d’hésitations Harry Potter gribouille son numéro sur le reçu d’un bouquin. Il sert fort le papier, hésite. Je prends un visage sympathique pour calmer ses angoisses. Il passe derrière moi, jette le papier sur la table et s’en va presque en courant. Pas un mot, juste un numéro inscrit timidement au crayon à papier. Tactique du coyote, efficace mais risqué. Ajouter un prénom n’aurait pas été de trop…

    font color=red>Le style des étudiants : Rien n’est laissé au hasard : « Lunettes en écailles marrons et barbe de trois jours pour les garçons.» Jeanne aime leurs airs « intello mais pas trop ». Côté filles, suivez le regard aiguisé du documentariste. Au menu : jupes et robes assez courtes.

    Ça t’ennuierais de me garder mon ordinateur à la pause déj ?

    font color=red>A éviter : Débarquer l’après-midi, c’est prendre le risque de voir une file d’attente digne d’un Space Mountain à Disney.

    Lire la suite ici.

    La bibliothèque Assas

    font color=red>Le test : Dans ce silence assassien, je repère les poufs multicolores. Ça sent le repère à glandeurs. Un jeune étudiant frisé, polo col relevé, me sourit. Ça démarre plutôt bien. Mais après 20 minutes, insensible à mes signaux, il s’enfonce dans son pouf rouge pour pioncer. Visiblement je n’arrive même pas à rivaliser avec le Code civil. Louis, un pote croisé par hasard me balance la technique de drague maison : « Tu ne connais pas spotted, le groupe Facebook ? » Ceci explique peut-être cela… Sur Facebook, les habitués de la bibli font part de leurs « crush » dans un groupe dédié. Me voilà rassurée quand à mon potentiel de séduction !

    font color=red>Le style des étudiants : Le combo chemise griffée et mocassins à glands fait encore fureur chez les mecs. Les filles, elles, balancent négligemment leur sac à l’extrémité du poignet. Ça sent la desperate housewife en puissance.

    font color=red>Le problème : Il n’y a pas de grandes allées pour bien mater. Les brochettes de juristes installés en groupe ne plaisantent pas, et les surveillants sont aux aguets. Si vous voulez passer à l’action il faudra être cash, sinon aucune chance. Et si comme moi vous n’êtes pas étudiante à Assas, il faut vous infiltrez discrètement. Enfin, ça c’était avant. Depuis deux jours plus moyen de passer les portes…

    Lire la suite ici…

    Et aussi (cliquez pour en savoir plus)

    > La bibliothèque Sainte-Geneviève

    > La bibliothèque de l’Hotel de Ville

    > La bibliothèque municipale Georges Brassens.

    Tu ne connais pas spotted, le groupe Facebook ?

    On a choisi de faire bouger les lignes. Vous validez ?

    Depuis plus de 10 ans, nous assumons un regard et des engagements. Aujourd’hui, notre mission c’est d’avoir de l’impact. Particulièrement dans la crise actuelle, où les premiers à morfler sont les plus fragiles. Face à la pandémie, au confinement et à la crise économique qui l'accompagne, nous croyons encore plus à la nécessité de ce travail.

    Forcer le ministre de l’Intérieur à saisir la justice en mettant au jour les messages racistes échangés par des milliers de policiers sur des groupes Facebook. Provoquer une enquête de justice suite à la révélation d’un système de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris. Contraindre Franprix à cesser l’usage quasi illégal d'auto entrepreneurs durant le confinement...

    Nous recevons de plus en plus de pistes sur des sujets brûlants, mais nous manquons encore de moyens pour tout couvrir. L’idée n’est pas de se faire racheter par un milliardaire. Mais simplement de pouvoir faire appel à du renfort, lorsqu’un sujet le nécessite.

    Pour que cela continue, malgré la crise, nous avons sincèrement besoin de votre soutien.

    StreetPress doit réunir au moins 27.000€, avant le 4 décembre.
    Soutenez un média d’impact qui fait bouger les lignes.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER