Reponse de Didier C. aux accusations de harcèlements

Reponse de Didier C. aux accusations de harcèlements

Mail | News | par | 12 Novembre 2018

Reponse de Didier C. aux accusations de harcèlements

StreetPress avait adressé par mail de nombreuses questions précises à M. C. Il a répondu à certaines d'entre elles, dans un mail que nous publions en intégralité ici.

Dans le cadre de notre enquête intitulée Accusations de harcèlement sexuel et de racisme à la mairie du 20e arrondissement de Paris StreetPress avait adressé par mail de nombreuses questions précises à M. C. Il a répondu à certaines d’entre elles, dans un mail que nous publions en intégralité ici :

Bonjour,
Je rejette fermement et en bloc ces accusations me concernant. Je vous informe avoir porté plainte pour dénonciation calomnieuse contre les auteurs des messages postés ces derniers jours sur des blogs ou des réseaux sociaux, qui attentent à mon honneur ainsi qu’à ma réputation, et qui sont contredits par tout mon parcours personnel et ma carrière professionnelle. Je continuerai de le faire pour chaque publication qui ferait prospérer ces accusations. J’ai toute confiance en la justice pour me rendre droit.
Je tiens également à porter à votre connaissance les faits suivants :

- La première plainte de 2012 de M. Boulegriblet que vous mentionnez a été classée sans suite ;
- La plainte que j’ai déposée à son encontre pour dénonciation calomnieuse, elle, a été acceptée et est en cours d’instruction ;
- J’ai effectivement appris récemment par le juge instruisant ma plainte que M. Boulegriblet a déposé une 2e plainte auprès du doyen des juges pour raisons de procédure, afin de retarder d’autant le jugement de la plainte que j’ai déposée, mais dont il m’a été confirmé que l’instruction irait jusqu’au bout ;
- L’Inspection générale de la Ville de Paris qui avait enquêté suite à ces premières accusations calomnieuses à mon encontre, a dénoncé le caractère manipulateur de M. Boulegriblet et le fait qu’il avait suscité de faux témoignages.
Par ailleurs, concernant l’article de Metronews de 2014 que vous citez, je vous renvoie vers le Communiqué de presse et le droit de réponse de la Mairie du 20e qui répondaient déjà à toutes ces accusations calomnieuses.

Le décès dans l’exercice de ses fonctions de Sabine Vorin est un drame qui m’a particulièrement affecté comme l’ensemble des agents de la Ville de Paris qui l’ont côtoyée. Je tiens à renouveler à ses proches mes condoléances. Je vous informe enfin que les enfants de Madame Vorin se sont désolidarisés par écrit auprès de ses ancien-ne-s collègues de toute manifestation ou actions liées à la mort de leur mère, qu’ils sont en plein deuil dont ils ont besoin qu’il soit respecté, et qu’ils ne souhaitent pas que le décès de leur mère soit récupéré pour des motifs qui leur échappent.

Cordialement


L'actu