En ce moment

    07 / 12 / 2018

    Un quart des rues sont concernées

    À la veille de la manif, la mairie de Paris vide les rues de poubelles, de Vélib et de barrières de chantiers

    Par Tomas Statius

    Face aux gilets jaunes, Préfecture et Mairie de Paris ont trouvé la parade : les priver de munitions. Poubelles, bennes à ordure doivent être retirées, selon un document de la pref. Un quart des rues sont concernées par cette mesure d'exception.

    La préfecture de police (PP) a bien retenu la leçon. Pour arrêter les gilets jaunes, quoi de mieux que de les priver de munitions ? Dans une réquisition datée du 4 décembre, que StreetPress a pu consulter, la préf enjoint la mairie de Paris de faire le ménage en vue des manifestations de ce samedi 8 décembre.

    De l’Étoile à la Concorde, en passant par des quartiers plus excentrés du coeur de la mobilisation comme Bastille, République, Denfert-Rochereau ou Place d’Italie : plus rien ne doit traîner. Ni bennes à ordures, ni containers, ni barrières de chantier, ni mêmes les grilles en fonte censées protéger les arbres… Tout ce qui pourrait être utilisé comme projectile doit être retiré. « Il y aura lieu sur ces sites de faire boucher et goudronner tous les trous, tranchées et autres ouvertures sur la chaussée et les trottoirs », indique même la préfecture. Pire, les pandores demandent à la municipalité d’envoyer des agents faire le tour du propriétaire, le samedi matin dès 8 heures, histoire de vérifier que tout est au cordeau :

    « Un passage des véhicules des services techniques de la mairie de Paris est sollicité pour retirer tout meuble, appareil ménager ou objet déposé par les riverains et pouvant servir de projectile ou être brûlé (y compris les poubelles publiques ou privées). »

    Un quart des rues de Paris concernées

    Si la demande est plutôt classique, indique plusieurs policiers habitués du maintien de l’ordre, elle a été étendue ce samedi 8 décembre, vu la situation. « La réquisition couvre 25% des rues de Paris », indique-t-on du côté de la mairie :

    « Lors des deux dernières manifestations, elle était bien moindre. »

    La raison ? De multiples appels à manifester, dans plusieurs quartiers de Paris, sans qu’aucune déclaration en préfecture n’ait été effectuée. « La préfecture s’est basée sur les réseaux sociaux, notamment pour établir ce périmètre ». Depuis deux jours, 300 agents de la ville de Paris sont à pied d’oeuvre :

    « Des messages ont été passés aux commerçants mais aussi aux riverains. »

    Pas facile de trouver un Vélib’ ce week-end puisque la mesure s’applique également à plusieurs centaines de bornes.

    On a choisi de faire bouger les lignes. Vous validez ?

    Depuis plus de 10 ans, nous assumons un regard et des engagements. Aujourd’hui, notre mission c’est d’avoir de l’impact. Particulièrement dans la crise actuelle, où les premiers à morfler sont les plus fragiles. Face à la pandémie, au confinement et à la crise économique qui l'accompagne, nous croyons encore plus à la nécessité de ce travail.

    Forcer le ministre de l’Intérieur à saisir la justice en mettant au jour les messages racistes échangés par des milliers de policiers sur des groupes Facebook. Provoquer une enquête de justice suite à la révélation d’un système de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris. Contraindre Franprix à cesser l’usage quasi illégal d'auto entrepreneurs durant le confinement...

    Nous recevons de plus en plus de pistes sur des sujets brûlants, mais nous manquons encore de moyens pour tout couvrir. L’idée n’est pas de se faire racheter par un milliardaire. Mais simplement de pouvoir faire appel à du renfort, lorsqu’un sujet le nécessite.

    Pour que cela continue, malgré la crise, nous avons sincèrement besoin de votre soutien.

    StreetPress doit réunir au moins 27.000€, avant le 4 décembre.
    Soutenez un média d’impact qui fait bouger les lignes.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER