En ce moment

    07 / 10 / 2019

    « Est-ce que c’est normal que ça se passe toujours en banlieue ? »

    La famille d’Ibrahima Bah, mort à moto lors d’une intervention de police, demande justice

    Par Inès Belgacem

    Ibrahima Bah est mort le 6 octobre 2019 à moto, lors d’une intervention de police à Villiers-le-Bel. La famille redoute que la police soit responsable. Elle a organisé un rassemblement pour demander justice et vérité.

    « Est-ce que c’est normal que ça se passe toujours à Villiers-le-Bel ? Est-ce que c’est normal que ça se passe toujours en banlieue ? » « Non », répond la foule, de plusieurs centaines de personnes, accablée. Certains pleurent. Au micro, Diané Bah retient ses larmes. Son frère de 22 ans, Ibrahima Ba, est décédé la veille, ce dimanche 6 octobre. Le cadet d’une famille de cinq est tombé en moto, lors d’une intervention de police, et a violemment percuté un poteau métallique. Malgré les massages cardiaques, il est mort avant d’arriver à l’hôpital. « Est-ce qu’il est normal qu’aucun élu, qu’aucune personne de la mairie, ne soit venue nous donner ses condoléances ? » « Non », réitère l’assistance. Lorsqu’il est arrivé à l’hôpital, Diané raconte que le personnel médical riait. Il a cru que tout allait bien, que son frère s’en était sorti. « Personne ne nous respecte. Pourquoi ces gens riaient ? Pourquoi personne n’est jamais là pour nous ? On est humain non ?! On est citoyen ?! Pourquoi toujours ici ? » Ce lundi 7 octobre, la famille Bah a appelé à un rassemblement, dans le quartier de la Cerisaie, à Villiers-le-Bel, où est mort Ibrahima Ba, pour rendre hommage et demander justice.

    Vidéosurveillance

    Pour le quartier, il n’y a aucun doute : c’est une violence policière. La version de la police diverge de celle des témoins du quartier. Dans un communiqué de la préfecture du Val-d’Oise, il est expliqué que la police intervenait rue Salvador-Allende pour un « conducteur, en défaut de permis de conduire, [qui] a alors abandonné son véhicule, une Peugeot 106 (…) et a tenté d’échapper à pied aux policiers ». Là arrive Ibrahima en moto. Selon ce communiqué, « l’un des policiers présents sur la chaussée a alors esquissé le geste de ralentir, en enjoignant verbalement au pilote de freiner pour éviter qu’il vienne percuter les policiers ou l’un des véhicules de police. En réaction, le pilote de la moto est monté sur le trottoir, ré-accélérant avant de freiner brutalement et de perdre le contrôle de sa machine. Dans sa chute, il a violemment percuté un poteau métallique. » Selon les témoignages récoltés par la famille, le véhicule de police a voulu couper la trajectoire d’Ibrahima qui, pour l’éviter, aurait dû dévier de la route. Raison pour laquelle il aurait percuté le poteau.

    « Ce qu’on demande, aujourd’hui, ce sont les vidéos de surveillance. On veut les voir ! », poursuit Diané Ba. Une caméra a effectivement filmé toute la scène, mais les bandes n’ont pas encore été rendues publiques. La famille va porter plainte, accompagnée par maître Yassine Bouzrou. Le même qui défend la famille d’Adama Traoré. Dans un communiqué, lu par Diané Ba, l’avocat s’étonne que « le préfet se répande dans les médias sur des faits de la procédure ». Ajoutant : « il n’est pas compétent pour interférer dans une enquête en cours ».

    Organisé

    La famille arrête les prises de parole et invite la foule à descendre un peu plus bas, du côté de Pierre-Semard, pour occuper le rond-point du 19-mars-1962. Le carrefour fait la liaison entre Villiers, Sarcelles et Gonesse. « Depuis 2007, ils sont organisés ici », confie-t-on dans la foule. C’est avec un goût amer que tout le monde se raconte les histoires de Laramy et Mouhsin, 15 et 16 ans, morts le 25 novembre 2007 lors de la collision de leur moto avec une voiture de police. De violentes émeutes avaient éclaté dans la ville. Et pour la première fois, dans une manifestation en banlieue, des émeutiers ont tiré sur des policiers. Les maires de Sarcelles et Villiers-le-Bel, tout comme la préfecture, redoutent que les faits se renouvellent.

    « Ne leur donnez pas le bâton pour nous battre. Ça ne sert à rien de casser des trucs. Après, ils nous broient. Moi, ils m’ont broyé. J’ai perdu 11 mois de ma vie », c’est au tour de Mara Kanté de prendre le micro. Il fait partie des cinq jeunes du coin qui, en 2010, ont été condamnés par la Cour d’assises du Val-d’Oise à des peines de trois à quinze ans de prison pour avoir tiré sur des policiers. Avant d’être acquitté, quelques mois plus tard. Il était innocent. « La mort, l’emprisonnement, ça n’est pas anodin. Ça ruine des vies. »

    Depuis, des militants sont nés dans le quartier et ont appris à agir lorsqu’un événement comme celui-ci arrive. Habituellement, les familles victimes de violences policières, formées en comité, viennent conseiller. Dans le cas présent, dès dimanche soir, les Bah étaient entourés de militants du coin.

    Une enquête en cours

    Au micro, tous ceux qui le veulent prennent successivement la parole, dans une émotion palpable. Lorsque quelques petits du quartiers s’échauffent et proposent d’aller devant le commissariat à quelques mètres – « pour qu’ils comprennent comment on est en colère » – Mara Kanté fait figure d’autorité, autant que la famille. « Aujourd’hui, c’est un jour de recueillement. Ce qu’on veut, ce sont les vidéos. » S’ils occupent le rond-point, c’est aussi pour se faire entendre. Plus qu’un rassemblement, ils ont décidé de bloquer pacifiquement la circulation. Si les usagers sont blasés, ils restent toutefois compréhensifs.

    Sur le carrefour, les motos vrombissent par dizaines. Ibrahima était un fan de moto et membre de plusieurs clubs. Ses amis sont venus lui rendre hommage en deux-roues. Il aurait fêté ses 23 ans à la fin du mois. « Joie de vivre », « généreux », tout le monde a un mot gentil sur Ibrahima Ba.

    Le rond point a été occupé jusque tard dans la soirée. Une enquête a été confiée à la Sûreté départementale du Val-d’Oise sous l’autorité du Procureur de la République de Pontoise.

    Voir cette publication sur Instagram

    7 Oct. 2019 à 2 :08 PDT