En ce moment

    14 / 01 / 2010

    Rony Brauman : Il n'y aura pas de Tsunami des dons pour Haïti

    Par Robin D'Angelo

    Sur StreetPress, le co-fondateur de Médecins Sans Frontières explique pourquoi les Français ne se lâcheront pas pour Haïti. A l'inverse du Tsunami, quand 8 jours après la catastrophe, MSF avait demandé l'arrêt des dons.

    Est-ce que vous allez demander d’arrêter les dons comme cela a été fait après le Tsunami ?

    Pour l’instant il n’y a aucune raison, les dons sont les bienvenus. Il y a beaucoup de blessés à opérer, contrairement au Tsunami. Ce n’est pas du tout une politique de MSF de s’opposer à la collecte de dons.

    Quelle différence entre les deux situations ?

    Il y a avait une plus grande émotion pour le Tsunami. A cause de la période de Noël, de l’importance du tourisme occidental dans la région. Ça avait enclenché une accumulation de dons absolument phénoménale.

    Pourtant la médiatisation est presque aussi intense aujourd’hui ?

    Je doute que pour un pays comme Haïti, même s’il y a beaucoup de liens, cela déclenche la même vague que pour le Tsunami. La solidarité ne va pas atteindre des valeurs aussi stratosphériques. Vous savez, le tsunami n’est pas une référence, c’était particulièrement exceptionnel.

    Pourquoi y a t-il eu une polémique Tsunami ?

    Ce qui a été épouvantable au moment du Tsunami, ce sont les énormes bobards qui ont été lancés. On entretenait l’idée d’une menace de mort qui pesait sur les survivants. On a créé des paniques pour rien. Il y a eu les conditions d’une polémique.

    Il ne se passe pas la même chose pour Haïti ?

    A ma grande surprise, non, je ne vois pas ça du tout. On ne parle pas de menace d’épidémies. On n’est pas dans un schéma démagogique.

    L’argent reçu pour Haïti va t-il servir à d’autres causes, comme dans le cas du Tsunami ?

    Là, il n’y a aucune raison d’envisager cela. Il n’y a aucune raison de penser que l’argent reçu dépasse les besoins d’action.

    Bradol a dit « Si la Croix-Rouge faisait du BTP, cela se saurait », vous en pensez quoi ?

    Bradol [Jean-Hervé Bradol était président de MSF pendant le Tsunami, ndlr] a tout à fait raison. Le gros de l’argent nécessaire à Haïti pour se relever, c’est la reconstruction qui va l’absorber, évidemment ! Nous on couvre des besoins d’urgence. Important mais à court terme et qui une fois le dispositif en place ne vont pas coûter des milles et des cents. C’est à ce moment qu’on peut arrêter la collecte de dons.

    A partir de quand passe-t-on d’une situation d’urgence à la reconstruction ?

    Ça se déroule très vite. La priorité c’est mettre en place des circuits d’évacuation de blessés et d’assurer le tout venant pour la population. Mais ça ne va pas durer. Très vite il va falloir penser à la reconstruction.

    C’est là que MSF se désengage ?

    Non parce que MSF était déjà présent depuis plusieurs années. Le seul centre chirurgical de Port au Prince, c’est MSF, de même que la seule maternité. Tout cela ne va pas s’arrêter après le tremblement de terre, c’est même une raison supplémentaire d’en amplifier la portée.

    Rony Brauman en quelques dates :

    1950 : Naissance à Jérusalem
    1982-1994 : Président de Médecins Sans Frontières
    1999 : Co-réalise Un Spécialiste, documentaire sur le procès d’Adolf Eichmann
    1999: MSF reçoit le prix nobel de la Paix
    2006 : S’embrouille avec Finkielkraut sur le conflit israélo-palestinien

    Source: StreetPress / Robin D’Angelo

    On a choisi de faire bouger les lignes. Vous validez ?

    Depuis plus de 10 ans, nous assumons un regard et des engagements. Aujourd’hui, notre mission c’est d’avoir de l’impact. Particulièrement dans la crise actuelle, où les premiers à morfler sont les plus fragiles. Face à la pandémie, au confinement et à la crise économique qui l'accompagne, nous croyons encore plus à la nécessité de ce travail.

    Forcer le ministre de l’Intérieur à saisir la justice en mettant au jour les messages racistes échangés par des milliers de policiers sur des groupes Facebook. Provoquer une enquête de justice suite à la révélation d’un système de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris. Contraindre Franprix à cesser l’usage quasi illégal d'auto entrepreneurs durant le confinement...

    Nous recevons de plus en plus de pistes sur des sujets brûlants, mais nous manquons encore de moyens pour tout couvrir. L’idée n’est pas de se faire racheter par un milliardaire. Mais simplement de pouvoir faire appel à du renfort, lorsqu’un sujet le nécessite.

    Pour que cela continue, malgré la crise, nous avons sincèrement besoin de votre soutien.

    StreetPress doit réunir au moins 27.000€, avant le 4 décembre.
    Soutenez un média d’impact qui fait bouger les lignes.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER