En ce moment

    19/04/2021

    Effet d’aubaine

    Pour faire des économies, Carrefour remplace une partie de ses CDD par des jeunes en contrat pro

    Par Robin Jafflin

    Pour aider les jeunes largement impactés par un marché de l’emploi en crise, l'État subventionne les contrats de professionnalisation. Carrefour profite de l’occasion pour remplacer ses CDD et ainsi faire des économies.

    Ève (1) n’en revient toujours pas. Depuis sept mois, elle travaillait à la caisse d’un Carrefour du Nord de la France. Son CDD s’achève dans les jours qui viennent et on lui a promis qu’il serait renouvelé. Mais son manager lui propose un drôle de deal : une prolongation au même poste… en alternance. C’est ça ou rien. « Je n’ai pas plus d’explication à te donner, ça vient de la RH », lui assure son supérieur. La jeune femme refuse finalement le contrat pro moins bien payé qui lui est proposé et se retrouve au chômage.

    Dans une autre enseigne du groupe, en Île-de-France, Marie (1), la vingtaine, travaillait en réserve. Elle n’a pas été renouvelée. Victime d’un accident du travail après avoir porté une charge importante, elle est immobilisée plusieurs semaines, peu avant le renouvellement de son CDD. Sa direction a décidé de s’en séparer, sans ménagement. Aux quatre coins de la France, plusieurs salariés décrivent les mêmes méthodes. « Depuis novembre, tout est bon pour ne pas renouveler un CDD. Ceux qui ont moins de 29 ans se voient proposer un contrat pro. S’ils refusent, ils ne sont pas renouvelés. Les autres, sans trop d’ancienneté partent », décrit Martin (1) en CDI depuis un an et demi dans un Carrefour du Nord de la France.

    Depuis décembre 2020, le groupe Carrefour communique massivement sur sa dernière campagne de recrutement. Après une année de Covid-19, le groupe enregistre une croissance de son chiffre d’affaires « jamais vue en 20 ans » : 7,8% à l’échelle mondiale, 3,6% en France. C’est dans ce contexte qu’il ouvre son recrutement à 15 000 jeunes pour l’année 2021. Officiellement pour « soutenir la génération Covid », le géant de la grande distribution française entend pérenniser 7.000 postes en CDI et en créer 8.000 nouveaux en alternance. Chez les syndicats, cette annonce a fait plus que grincer des dents. À l’unisson, ils dénoncent une méthode « perverse qui détruit des CDD déjà en place » pour les remplacer par des jeunes en alternance ou des contrats-aidés.

    Faire des économies

    Objectif selon les syndicats : faire des économies en engrangeant les subventions. Un jeune en contrat pro alterne temps de formation et temps en entreprise. Il est payé au maximum à 90% du Smic, pour un job au drive ou en caisse où il sera vite aussi performant qu’un autre. L’employeur est également exonéré, en très grande partie, de cotisations sociales et patronales. Si l’on cumule ces avantages avec l’aide exceptionnelle pour les employeurs, c’est le jackpot : Carrefour fait presque 60% d’économies, par rapport à un salarié classique au Smic.

    À LIRE AUSSI : Comment Carrefour contourne l’interdiction de vendre des produits non-essentiels

    Quant aux recrutements en CDI, Carrefour privilégie les jeunes issus de « Quartiers de la Politique de la Ville » (QPV) dont le recrutement est lui aussi subventionné par l’État. Sur un CDI Carrefour va économiser, en cumulé sur trois ans, 15.000 euros. Au total, selon nos calculs, entre les contrats pro et ces emplois aidés, Carrefour économisera environ 100 millions d’euros par an pendant trois ans.

    Faire de la place

    Dans certains hypermarchés, selon les syndicats, la direction chercherait même des prétextes pour se débarrasser de salariés en CDI pour les remplacer par ces jeunes en contrat aidé. Vanessa, une syndicaliste CGT de l’Est de la France, s’agace :

    « On a l’impression que les responsables cherchent n’importe quels moyens pour virer du monde. »

    Dans son magasin, la direction a semble-t-il une technique bien rodée. À chaque fois qu’un salarié est en arrêt maladie, Carrefour demanderait à la Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM) d’effectuer un contrôle à son domicile. Plusieurs employés de ce même hypermarché décrivent les mêmes faits. De l’accident du travail, en passant par le Covid ou un arrêt maladie pour des raisons psychologiques, tous – une dizaine de personnes au total – ont fait l’objet d’un contrôle. Contactée, la CPAM refuse de communiquer, mais la gène semble palpable.

    À LIRE AUSSI : Racisme, sexisme et absence de gestes barrières dans un Carrefour Drive

    « Aller vers un emploi plus durable et qualifiant »

    À la direction de Carrefour France, on se défend fermement de remplacer les CDD par des contrats subventionnés. Mais dans le même temps, la direction communique sur une « évolution nécessaire vers un emploi plus durable et qualifiant ».

    (1) Les prénoms ont été changés.
    Photo d’illustration d’un Carrefour à Annecy, par Guilhem Vellut via Flickr. Certains droits réservés

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit. Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société. Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, soutenez StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    En savoir plus sur Streetpress

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER