En ce moment

    20/12/2022

    L’argent ruisselle vers le haut

    Altice USA se casse la gueule mais son patron empoche plus de 80 millions d’euros

    Par Antoine Champagne

    L’action d’Altice USA, la filiale américaine de l’empire de Patrick Drahi, s’effondre sur les marchés financiers. Ça n’empêche pas son patron Dexter Goei d’encaisser des dizaines de millions d’euros.

    Le groupe Altice est-il bien géré ? En 2021, Patrick Drahi a achevé le retrait de son groupe du marché boursier d’Amsterdam. L’empire lui appartient désormais, presque en totalité. Les investissements sont-ils au rendez-vous ? Les revenus sont-ils suffisants ? Son endettement suffisamment réduit – Patrick Drahi parle de 50 milliards ? Qui pour juger de cela à part Patrick Drahi ? Qui pour « sanctionner » une gestion qui ne serait pas optimale ? « Le marché », avec tous ses défauts, permet parfois de remettre l’église au milieu du village. Dans son grand plan de 2020-2021, Patrick Drahi a séparé Altice USA du groupe Altice et l’a laissé coté sur le marché de New York. Que pensent les investisseurs de ce titre ? Pas forcément du bien, vu l’évolution de l’action qui a perdu près de 90% de sa valeur depuis 2017. Cela n’empêche pas le patron de la boîte d’encaisser des millions…

    Altice USA est dirigé par Dexter Goei : entré chez Altice en 2009 après une quinzaine d’années passées chez J.P. Morgan et Morgan Stanley, il a été propulsé à la tête de l’entreprise américaine par Patrick Drahi, en juin 2016. Il avait supervisé l’entrée d’Altice sur le marché outre-Atlantique avec l’acquisition de Cablevision Systems Corporation et de Suddenlink Communications.

    La méthode Drahi, consistant à acquérir des entreprises via des achats à effet de levier (LBO), n’est pas forcément une réussite de l’autre côté de l’océan. Le LBO consiste à reprendre des sociétés, de préférence en difficulté, via un endettement massif, avant de les utiliser pour faire remonter un maximum de dividendes vers la holding qui a piloté le LBO, de vendre des actifs et de procéder à des coupes massives dans les charges de personnel. Bref, on se paye sur la bête.

    La performance, en tant que patron, de Dexter Goei, telle que perçue par les investisseurs sur le New York Stock Exchange, n’est pas optimale. Depuis le 14 mai 2021, le titre s’effondre, littéralement. Il est passé de près de 38 dollars à 4,67 dollars. Depuis 2017, il a perdu 88 %. Qui dit mieux – ou plutôt pire ?

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/capture_decran_2022-12-20_a_10.49.20.png

    Depuis le 14 mai 2021, le titre s’effondre, littéralement. Il est passé de près de 38 dollars à 4,67 dollars. Depuis 2017, il a perdu 88 %. Qui dit mieux – ou plutôt pire ? / Crédits : Google

    Un patron très très bien payé

    En septembre dernier, Altice USA a recruté un nouveau Chief executive officer (CEO ou directeur général). Dexter Goei conserve le titre de « président exécutif ». L’homme, très proche de Patrick Drahi, a eu ces mots dans un communiqué marquant la fin de son mandat de CEO :

    « Diriger Altice USA a été l’expérience la plus enrichissante de ma carrière ».

    On peut le prendre au mot. Car si l’on en croit des documents des #DrahiLeaks, la rémunération de Dexter Goei n’est pas du tout en rapport avec la performance boursière d’Altice USA., qui a perdu 88 % depuis 2017 et 71 % sur un an au 14 décembre 2022… Remontons à la maison-mère au Luxembourg : en 2018 par exemple, il engrange un package global de 30.626.759 euros selon la valeur à date des actions qui lui sont offertes. En 2017, le total était de 52.258 millions.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/remuneration_dirigeants_2017.png

    Rémunération de Dexter Groei en 2017. / Crédits : Drahileaks

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/remuneration_dirigeants_2018.png

    Rémunération de Dexter Goei en 2018. / Crédits : Drahileaks

    L’un de ses contrats de travail, rédigé en 2014 pour un poste de chief executive officer (il a ce titre pour plusieurs entreprises au fil de sa carrière dans le groupe), prévoyait 300.000 euros de rémunération sur douze mois et un bonus maximum de 1,2 million, cette fois indexé sur les performances. Ce package s’entend hors rémunérations en titres.

    Altice Europe, c’est pareil ?

    Pour le patron d’Altice USA, l’argent coule à flots, même si la performance du titre en bourse est très mauvaise. Est-ce pareil dans le reste du groupe Altice ? En novembre 2017, à l’occasion de la nomination de Dexter Goei à la tête d’Altice USA, Les Echos écrivaient : « Patrick Drahi aime décidément les records, qui alignent à la fois ceux de l’endettement, de la perte de valeur (son action a baissé d’un tiers en huit jours) et du nombre de patrons virés ». En novembre 2017, le titre de la maison-mère Altice qui était alors toujours coté à Amsterdam était très fortement malmené. En quelques mois, la capitalisation boursière avait été diminuée de moitié, traduisant une perte de confiance des investisseurs, comme le relevait le Figaro.

    Comme l’indiquait en septembre 2020 le magazine Capital, la gestion de l’empire Drahi n’était pas très appréciée de certains investisseurs. L’Institutional Shareholder Services (ISS), qui conseille les grands groupes d’investissement et leur indique comment voter lors des conseils d’administration des sociétés dans lesquelles ils investissent, attribuait la pire note possible à Altice en matière de risques de gouvernance. Elle relevait que « les pratiques de rémunération d’Altice Europe sont moins bonnes que les pratiques standard du marché et soulèvent de nombreuses inquiétudes ». ISS regrettait que les « stock-options et actions gratuites ne soient pas toujours soumis à des conditions de performance, et a surtout jugé “excessifs” les émoluments accordés », précisait Capital. Vraiment ?

    Contactés, Patrick Drahi et Dexter Goei n’ont pas répondu à nos questions.

    Illustration de Une par Caroline Varon, enquête d’Antoine Champagne.

    Soutenez StreetPress, tant qu’il est encore temps.

    La bataille contre l’extrême droite est rude. Nous la menons de tout notre coeur, de toute notre âme, avec toute notre énergie. Rien ne nous fera reculer, ni l’adversité, ni les menaces. Car nous ne savons que trop bien ce qu’il peut arriver si Jordan Bardella prend la tête d’un gouvernement.

    Nous faisons tout notre possible pour empêcher cette bascule. Nous devons aussi anticiper le pire. Si l’extrême droite arrive au pouvoir, le travail sera encore plus important et les obstacles plus nombreux. Financiers, notamment.

    👉 Demain nous ne pourrons compter que sur votre soutien pour financer notre rédaction de 16 journalistes et vidéastes. Il nous faut convaincre dès à présent 7700 donateurs mensuels. Vous êtes à ce jour déjà 954 donateurs à nous soutenir chaque mois.

    Je fais un don mensuel à StreetPress   
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER