En ce moment

    23/05/2023

    « On ne va rien lâcher »

    Les femmes en grève de Vertbaudet descendent à Paris

    Par Inès Belgacem

    Ce mardi 23 mai, les femmes en grève de Vertbaudet et leurs soutiens se sont rassemblés devant le siège du groupe qui détient la marque de puériculture.

    Rue Kléber, Paris 16ème – Ce mardi 23 mai, quelques femmes grévistes de Vertbaudet et leurs soutiens se sont réunis devant le siège du groupe international propriétaire de la marque de puériculture, Equistone Partners Europe. « De notre entrepôt dans le Nord, on travaille pour ces gens-là. On veut leur montrer qu’on est déterminées », commente Manon Ovion, représentante syndicale CGT de Vertbaudet. Les 72 grévistes de l’usine Vertbaudet de Marquette-lez-Lille (59), principalement des femmes, sont en grève pour la première fois de leur vie depuis neuf semaines. Elles réclament une augmentation de leur salaire d’au moins 150 euros net et l’embauche d’intérimaires.

    A LIRE AUSSI : Les femmes de Vertbaudet bloquent leur usine pour une vie plus digne

    « Votre lutte est symbolique de ce qu’il se passe quand le mépris de classe se cumule au sexisme », explique au micro Sophie Binet, secrétaire générale de la CGT, qui ajoute en aparté : « Manifester ici est évidemment une visibilité supplémentaire, mais aussi un moyen de montrer que nos interlocuteurs ne sont pas les RH locaux, mais bien le groupe dirigeant. » La veille, des représentants nationaux sont montés dans le Nord pour assister aux négociations. Mais comme chaque semaine depuis le début du conflit social, seules des primes ont été proposées, et aucune augmentation de salaire brut. Insuffisant pour Sophie Binet, qui publie ce matin une tribune de soutien dans Le Monde :

    « Les ouvrières de Vertbaudet, par leur lutte exemplaire, montrent qu’elles ne se laisseront pas faire et qu’elles ont droit au respect. »

    Des personnalités politiques, des associations féministes et des figures du monde artistique – dont Adèle Haenel et Corinne Masiero – signent cette tribune.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/img_1082.jpeg

    Ce mardi 23 mai, les femmes en grève de Vertbaudet et leurs soutiens se sont rassemblés devant le siège du groupe qui détient la marque de puériculture. / Crédits : Ines Belgacem

    Une semaine difficile

    Au micro, des femmes de groupes locaux de la CGT et de différents corps de métier se succèdent. « C’est une grève féministe, merci de tenir ce combat », « toutes les femmes qui travaillent dans la précarité devraient être entendues », « nous devrions toutes faire comme vous ». Anaïs Vanneuville, gréviste de Vertbaudet commente :

    « Sans tout ce soutien, on ne pourrait pas continuer. Grâce à Sophie Binet et à toutes celles qui nous soutiennent, c’est un sacré coup de pression qui a été mis. »

    La semaine dernière, deux soutiens ont été emmenés en garde à vue, le piquet a été démantelé par des CRS, qui ont violenté Claudia, une gréviste, comme l’a raconté StreetPress. Un autre aurait été frappé à son domicile. Les agresseurs, masqués, ne sont pas connus. Et six salariées ont été convoquées pour un entretien préalable. « Ça serait mentir de dire qu’on n’a pas eu peur. Mais on ne va rien lâcher », assure Anaïs Vanneuville.

    « Si d’ici vendredi soir [jour de la prochaine négociation] il n’y a pas d’accord de fin de conflit sur les revendications des grévistes, nous allons franchir un nouveau cap dans la mobilisation. Les 600.000 syndiqués de la CGT se mettront en action », menace Sophie Binet. La tribune publiée dans Le Monde va devenir une pétition, qui sera publiée en fin de journée. Le 14 avril dernier, sur le piquet de grève, elle avait promis de bloquer les magasins Vertbaudet de région parisienne :

    « Pour des raisons de confidentialité des actions, je n’en dirai pas plus. Mais nous sommes aussi motivés que les grévistes de Vertbaudet. »

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/img_1095.jpeg

    Les 72 grévistes de l’usine Vertbaudet de Marquette-lez-Lille (59), principalement des femmes, sont en grève pour la première fois de leur vie depuis neuf semaines. / Crédits : Ines Belgacem

    A LIRE AUSSI : Une gréviste de Vertbaudet porte plainte contre un policier qui l’a étranglée

    Soutenez StreetPress, tant qu’il est encore temps.

    La bataille contre l’extrême droite est rude. Nous la menons de tout notre coeur, de toute notre âme, avec toute notre énergie. Rien ne nous fera reculer, ni l’adversité, ni les menaces. Car nous ne savons que trop bien ce qu’il peut arriver si Jordan Bardella prend la tête d’un gouvernement.

    Nous faisons tout notre possible pour empêcher cette bascule. Nous devons aussi anticiper le pire. Si l’extrême droite arrive au pouvoir, le travail sera encore plus important et les obstacles plus nombreux. Financiers, notamment.

    👉 Demain nous ne pourrons compter que sur votre soutien pour financer notre rédaction de 16 journalistes et vidéastes. Il nous faut convaincre dès à présent 7700 donateurs mensuels. Vous êtes à ce jour déjà 954 donateurs à nous soutenir chaque mois.

    Je fais un don mensuel à StreetPress   
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER