En ce moment

    16/01/2010

    Le Frère de Hakim: "Hakim n'aurait pas voulu de vengeance"

    Vidéo : Les réactions après la marche pour Hakim Maddi, le lycéen poignardé au Kremlin-Bicêtre

    Par StreetPress

    Hakim a été poignardé à mort vendredi dernier devant son lycée. Hier, près de 3000 personnes ont participé à une marche silencieuse dans les rues du Kremlin-Bicêtre. Les principaux discours, en vidéo

    Karim Maddi : Frère de Hakim

    Au terme de la marche entre l’avenue Charles-Gide et la rue Kennedy, le frère de Hakim s’exprime dans le stade des Esselières, en face du lycée Darius Milhaud, où l’élève a été poignardé à mort, vendredi 8 janvier :

    “Ce matin là, Hakim s’est réveillé tout seul. Mon père, surpris, lui demande:” tu es déjà réveillé Hakim?!” Il lui répond, “j’ai fait mes ablutions, on se retrouvera à la mosquée.” Mon père comprendra plus tard que c’était les dernières paroles d’Hakim pour lui.

    Le jour du drame Akram son grand-frère, et son frère Amin, sont allés le retrouver au lycée. Hakim était par terre, étendu, se vidait de son sang. Ils demandaient aux pompiers de le lâcher, qu’il allait bien, qu’il n’avait pas mal. On pensait qu’il allait s’en sortir. Au bloc opératoire, on nous a appris qu’il était en train de mourir.

    Hakim … jamais une bagarre, toujours un sourire, toujours prêt à porter les courses du voisin. Il aurait voulu qu’on garde le sourire. Paix à son âme.”

    Ghislaine Hudson: Proviseur du Lycée Darius Milhaud

    Ghislaine Hudson a pris la parole après Karim dans le stade. Elle est la proviseur du lycée Darius Milhaud où étudiait Hakim.

    « Nous aimions Hakim, son éternel sourire, son « bonjour m’dam, bonjour m’sieur, comment allez-vous ». Sa mort nous lance un signal d’alarme. Elle nous donne un devoir: celui de refuser la vengeance, de respecter l’autre, de parler, de s’expliquer plutôt que de donner des coups, de demander de l’aide, d’apporter de l’aide, de comprendre, d’accepter la différence de l’autre.

    Écoutons Ghandi lorsqu’il dit, œil pour œil, et le monde sera aveugle. L’arbre que nous avons planté, les ballons que nous allons lancé sont une porte ouverte vers un avenir où nous serons grandis, plus mûrs, plus responsables, plus citoyens : pour toi, Hakim.»

    Source:Marie Molinario / StreetPress

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit. Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société. Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, soutenez StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    En savoir plus sur Streetpress

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER