En ce moment

    01/02/2012

    Feat. Bruno Gollnisch & Robert Ménard

    Le worst-of hebdo de la presse d'extrême droite

    Par Johan Weisz

    Parce que tu n'as jamais osé demander Minute à ton kiosquier, StreetPress te livre chaque semaine la revue de presse de l'extrême droite. Au menu cette semaine : une interview de Bruno Gollnisch et une éloge de Robert Ménard.

    L’article le plus frontiste est dans Minute de ce mercredi, qui publie un passionnant entretien avec Bruno Gollnisch , parachuté pour les législatives dans la 3e circonscription du Var. Parachuté le Gollnisch ? « Dans le cadre d’une candidature nationale, je suis chez moi partout en France », répond l’ancien candidat à la présidence du Front qui va quitter son fief historique (Lyon) pour l’ancienne circonscription de Yann Piat.

    Bruno Gollnisch qui avait été le directeur de la campagne de Le Pen en 2002 assure que le Front « n’a jamais exagéré sur les difficultés » à recueillir des signatures . Il voit « parfaitement » Marine présente au second tour des présidentielles, mais « après, la partie ne sera pas simple ». Et lorsque Minute l’interroge pour savoir s’il « se sent toujours bien au Front National », il répond : « Oui ». Ouf !

    L’article le plus muslim friendly est dans Présent de la semaine dernière. Alain Sanders s’agace qu’à l’Eglise de Saint-Maurice (67) dimanche 15 janvier, la messe de 11h a été remplacée par une visite à la mosquée. Le journaliste s’est procuré le bulletin paroissial :

    « Pas de messe de 11h à Saint Maurice. Après la messe de 9h30, départ pour la mosquée. S’inscrire pour le covoiturage. Parking à la mosquée. »

    Et présent de se payer la tête du curé :

    « Le curé de Saint-Maurice, situé au … [Présent donne l’adresse du curé] est l’abbé Vincent Steyert. Son nom méritera de rester dans les annales d’une dhimmitude annoncée ».

    Dans le cadre d’une candidature nationale, je suis chez moi partout en France

    L’article le plus panégyrique est dans Minute pour qui l’homme « en forme » de la semaine est Robert Ménard. L’ex-boss de Reporters sans frontières officie depuis la rentrée à l’antenne de Sud Radio. C’est « un esprit libre à 100% » s’enthousiasme Minute qui l’a entendu « déclarer sa flamme à Jeanne d’Arc ». Ménard donne la parole aux anti-avortement, note par exemple le journal qui conclue : « T’inquiète pas Bob, nous on t’aime comme tu es ! »

    La nécro de la semaine est dans l’Action Française qui rend hommage à une figure de la presse d’extrême droite, Pierre Chaumeil, ancien président de « l’Association professionnelle de la presse monarchiste et catholique », figure de l’AF, d’Aspects de France, qui a signé également dans le Crapouillot, Ici Paris, L’Auvergnat de Paris (Chaumeil était auvergnat ), Présent, Le Fig Mag ou Minute. Un beau CV pour celui qui fut aussi chroniqueur gastronomique et qu’on pouvait aussi voir traîner dans les « bistrots gauchistes » :

    « Son goût de la provocation le faisait s’aventurer dans les bistrots gauchistes où il arborait une énorme fleur de lys sur sa veste de velours. Il entonnait “La Royale” ou “Maréchal nous voilà”. On lui répondait par “L’Internationale”. Mais quand tout le monde avait calé au deuxième couplet, il était le seul à entamer le troisième. »

    L’article caniveau de la semaine est dans Minute qui se pique (sur le mode de l’interrogation) de rapporter des informations précises mais non sourcées sur la vie conjugale de Luc Châtel, dont l’épouse s’est suicidée le 22 janvier. Gloups.

    T’inquiète pas Bob, nous on t’aime comme tu es !

    bqhidden. Chaumeil s’aventurait dans les bistrots gauchistes pour chanter “Maréchal, nous voilà”

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit. Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société. Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, soutenez StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    En savoir plus sur Streetpress

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER