En ce moment

    20 / 01 / 2010

    Jeudi Noir : "C'est la guerre !"

    Par Noémie Toledano

    Lundi : Jeudi Noir a été sommé de quitter son squat de la Place des Vosges par le Tribunal d'Instance du 5ème arrondissement. Mais le collectif n'a aucune intention d'évacuer les lieux. StreetPress était à leur conférence de presse.

    Un jugement très sévère

    Dans la cour de l’hôtel particulier de la place des Vosges qu’il occupe depuis trois mois, Jeudi Noir a organisé une conférence de presse sur le “jugement très sévère” qui a été rendu : Le collectif vient d’être condamnée à verser 3.400 euros par mois d’occupation, soit plus de 10.000 euros au total. S’il n’évacue pas les lieux avant le 25 Janvier, les indemnités passeront à 25.000 euros par mois. Stéphane Roques, le porte-parole de Jeudi Noir a réclamé une médiation de la mairie pour que les squatteurs “ne se retrouvent pas endettés à vie”. “Dans six mois, si on en est encore là et qu’on n’est pas expulsés, on aura des centaines de milliers d’euros à payer” a-t-il expliqué.

    “C’est la guerre”

    Parmi les nombreux soutiens du collectif, Augustin Legrand des Enfants de Don Quichotte, Monseigneur Gaillot et Denis Baupin, chef de file des Verts au conseil de Paris. Christophe Robert de la fondation Abbé Pierre a tiré la sonnette d’alarme : “Ca fait 25 ans qu’on a une politique du logement qui est à côté de la plaque.” a-t-il déclaré avant de lancer véhément “c’est la guerre!”

    Jean-Yves Mano (PS), l’adjoint au logement de la Mairie de Paris, a considéré “ce jugement scandaleux”, estimant que “dans une ville où il y a tant de difficultés à trouver un logement l’action de Jeudi Noir est totalement légitime”. Pour lui “ces revendications populaires” sont “écrasées par des amendes injustifiées”. Il s’est engagé à reprendre le dialogue avec la tutelle de la propriétaire du lieu mais n’a pas pu promettre de reloger les étudiants en cas d’expulsion. Il a également appelé l’État à exercer son droit de réquisition.

    Des étudiants qui ne quitteront pas la Marquise

    Stéphane Roques, porte-parole de Jeudi Noir a insisté sur le fait qu’il était “hors de question d’organiser un départ qui signifierait la fin de l’année scolaire” pour la plupart des squatteurs. La majorité d’entre eux sont des étudiants, une tranche de la population particulièrement touchée par la crise du logement. “On ne peut pas faire comme si ces gens n’existaient pas” a conclu le porte parole de Jeudi Noir, “ce sont des sans-domicile-fixe”.

    Damien, 27 ans, en dernière année d’architecture vit à “la Marquise” depuis la rentrée universitaire. Avant de se retrouver à la rue, il a dormi pendant près de huit mois sur les canapés de ses potes. S’il se fait expulser, la fin de ses études sera compromise.


    Afficher Jeudi Noir sur une carte plus grande

    Source: Noémie Toledano / StreetPress

    On a choisi de faire bouger les lignes. Vous validez ?

    Depuis plus de 10 ans, nous assumons un regard et des engagements. Aujourd’hui, notre mission c’est d’avoir de l’impact. Particulièrement dans la crise actuelle, où les premiers à morfler sont les plus fragiles. Face à la pandémie, au confinement et à la crise économique qui l'accompagne, nous croyons encore plus à la nécessité de ce travail.

    Forcer le ministre de l’Intérieur à saisir la justice en mettant au jour les messages racistes échangés par des milliers de policiers sur des groupes Facebook. Provoquer une enquête de justice suite à la révélation d’un système de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris. Contraindre Franprix à cesser l’usage quasi illégal d'auto entrepreneurs durant le confinement...

    Nous recevons de plus en plus de pistes sur des sujets brûlants, mais nous manquons encore de moyens pour tout couvrir. L’idée n’est pas de se faire racheter par un milliardaire. Mais simplement de pouvoir faire appel à du renfort, lorsqu’un sujet le nécessite.

    Pour que cela continue, malgré la crise, nous avons sincèrement besoin de votre soutien.

    StreetPress doit réunir au moins 27.000€, avant le 4 décembre.
    Soutenez un média d’impact qui fait bouger les lignes.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER