En ce moment

    04/02/2010

    Photos: Midlake au Nouveau Casino

    Par Michela _Cuccagna

    Report photo du concert de Midlake au Nouveau Casino (Paris), mardi 2 février. Une série de clichés signés Michela Cuccagna pour StreetPress.

    L’album photos du concert

    Retour aux premiers amours

    Le nouveau Casino a acueilli ce mardi 2 février, le groupe Midlake, dont les racines se situent au Denton (Texas). Formé en 1999 le groupe présentait au début un son jazz-funk, avant de se développer vers une tendance indie-rock, plus proche de leurs influences musicales, tels que Radiohead ou Grandaddy.
    Leur premier opus sort en 2004 “Bamnan and Silvercorck”( une pop alors electronique et osée) suivi, après un dur travail, par le très réussi “The Trials of Van Occupanther” en 2006, signé chez Bella Union (Cooperative Music).

    Quel point commun entre Pantera et Destiny’s child…

    Le Texas, n’est pas seulement le plus vaste Etat, après l’Alaska, des Etas-Unis. Il a toujours été un lieu d’innovations musicales. La diversité de sa population et le mélange de multiples traditions ont contribué à la formation de vrais génies de la musique. Parmi les plus célèbres, dans cet étrange monde peuplé de cowboys et protecteur de la peine de mort, sont nés Janis Joplin, Roy Orbison, Meat Loaf, Buddy Holly, Daniel Johnston ou encore des groupes comme Pantera et Destiny’s child.

    Midlake, un groupe définitivement intelligent

    Dans l’album “The courage of others” (2010), Tim Smith compose des chansons accessibles qui ne sont pas sans rappeler les hits géniaux du précédent album: “Roscoe” (une douce mélancolie rhytmée) et “Young bride”, où la sublime voix du chanteur trouve écho dans les choeurs additionels.
    Cette soirée n’était pas une date “promo” comme les autres. Le goût de l’experimentation pousse la voix du chanteur dans tous les espaces, parfois repétitive mais définitivement le fil conducteur de l’album. La méloncolie, typique de cette partie contradictoire de l’Amérique, est bien présente tout au long de ce dernier opus. On sent que la clef de cette nouvelle réussite se trouve quelque part entre la beauté de sa douce voix (Tim Smith) et les mouvements de flûtes évoquateurs. Chaque instrument trouve sa place, l’ordre est symetrique et on s’aperçoit que Midlake est un groupe intelligent.

    Source: Michela Cuccagna / StreetPress

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit. Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société. Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, soutenez StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    En savoir plus sur Streetpress

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER