En ce moment

    13 / 04 / 2011

    « La rue Saint-Denis elle est là, et elle sera toujours là! »

    Punir les clients de la prostitution: et pourquoi pas un permis à points ?

    Par M G

    Un texte de loi pour pénaliser les clients de la prostitution devrait bientôt être présenté à l'Assemblée. Et si Roselyne Bachelot imaginait un permis à point anti-prostitutionnel? Inspiré par notre cher permis de conduire.

    S’inspirant du modèle Suédois, où faire appel au service d’une prostituée est interdit depuis 1999 et passible d’une peine de prison allant jusqu’à 6 mois, Roselyne Bachelot souhaite punir les clients de la prostitution. Nous, on lui propose d’instaurer un permis à points. Simple, rapide, le modèle a déjà été testé avec succès dans le domaine de la sécurité routière.

    Exemple de barème pour ce nouveau permis rose

    -12 points crédités pour tout homme le jour de son 18e anniversaire. On verra plus tard pour le permis probatoire.
    -Retrait de 2 points pour les hommes mariés pris en flagrant délit. Non mais oh!
    -Retrait de 4 points pour un flag avec une Rom. “On a dit dehors les Roms!”
    -Retrait immédiat pour un flag avec une mineure ou avec une femme issue d’un réseau mafieux. Pour la bonne conscience.
    -Stage obligatoire à 4 points restants avec: cours de bonnes moeurs, visionnage d’images sacrées, un confesse, éventuellement deux jours en cellule monastique.

    Qui gardera son permis le plus longtemps : Ribéry ou Berlusconi ?

    5 bonnes raisons pour ne pas punir les clients de la prostitution selon nos riverains:

    « Ya pas de honte, c’est vital ». « Des clients il y en aura toujours ». « Ca évite les viols ». « Ce sera un déséquilibre total, c’est un régulateur! » « La rue Saint-Denis elle est toujours là, et elle sera toujours là! »
    « Des clients, il y en aura toujours »

    Chez StreetPress, aucun milliardaire n'est aux commandes et ne nous dit quoi écrire. Nous sommes un média financé par des lecteurs, comme vous. Devenez supporter de StreetPress, maintenant.

    Je soutiens StreetPress