En ce moment

    22 / 04 / 2011

    Depuis plusieurs jours les CRS n'ont plus droit à leur ¼ de vin le midi

    Le syndicat Unité: « On doit laisser aux CRS l'opportunité de prendre son verre de vin, sa bière ou son coca-cola ! »

    Par Robin D'Angelo

    « Un côté inhumain ». Yannick Danio du syndicat de policiers Unité en a gros sur la patate depuis que la direction veut retirer le verre de vin du menu du midi des CRS: « Ça voudrait dire que tous tous les flicards se mettent au Coca-Cola ! »

    Alors comme ça, on essaie de vous supprimer votre ballon de rouge le midi ?

    C’est une note du directeur central des CRS qui date d’il y a quelques jour qui supprime effectivement la bière ou le vin lors d’un repas froid. Ça va a l’encontre du règlement général de la Police Nationale, d’une circulaire du ministre de l’Intérieur Pierre Joxe de 1989 et du code de travail. Comme tous les travailleurs nous ne voyons pas pourquoi les CRS ne peuvent pas bénéficier de leur boisson prévue règlementairement et fournie par l’administration dans leurs heures de service.

    Est-ce qu’il n’y a pas de bonnes raisons à ce retrait ?

    Parce que vous pensez que ?!… Non ! C’est la dose « réglementaire » qui est prévue pour l’ensemble des salariés. Ça voudrait dire que toutes les personnes qui consomment un verre de vin le midi à table ne seraient plus aptes à travailler l’après-midi ? En 20 ans de conseil de discipline je n’ai jamais vu comparaître un collègue pour un motif lié à l’alcool.

    Le verre de vin du midi a t-il quelque chose de sacré pour le CRS?

    Non pas du tout. C’est pas une tradition: si mon voisin de table veut boire un verre de coca, ben il boit un verre de coca ! C’est pas moi qui vais aller en uniforme aller au McDo m’acheter ma cannette de bière ou mon sandwich ! C’est comme tous les salariés: On a le droit à notre pause déjeuner. Et en plus c’est dans des conditions précaires car c’est souvent à l’intérieur d’un car ou sur la voie publique. Par contre que la consommation soit prise hors la vue du public ça c’est une nécessité.

    C’est pas moi qui vais aller en uniforme aller au McDo m’acheter ma cannette de bière

    Est-ce qu’on n’essaie pas de vous transformer en Robocop en vous supprimant le quart de vin ?

    On est en train d’abêtir tous les fonctionnaires. C’est propre à l’ensemble de la fonction publique. Un côté inhumain, peut-être. Pourquoi pas prendre la potion magique ou le verre de lait ? Avec un peu d’humour !

    Vous reste t-il des petits plaisirs dans le cadre de vos fonctions ?

    A part le plaisir de travailler pour ma part avec des journalistes ? Non pas vraiment ! Mais un moment de pause pendant une période de stress au travail, c’est pas désagréable. C’est un plaisir: Moi je bois un verre de vin ou un verre de bière le midi à table.

    Est-ce que vous avez le soutien de vos collègues policiers ?

    Bien évidemment ! Y’a une solidarité. Ça voudrait dire que tous – excusez-moi mais ça c’est une expression de notre jargon – que tous les les flicards se mettent au Coca-Cola ! On doit laisser comme à tous les travailleurs l’opportunité de se prendre son verre de vin, sa bière ou son coca-cola !

    Vous pourriez aller jusqu’où pour défendre cet acquis ?

    La décision du directeur centrale a été prise à l’encontre de tous les textes prévus ! Il doit y avoir un débat au sein du comité hygiène et sécurité. Bon après on peut avoir recourt à la justice administrative.

    Sinon c’était du bon vin ?

    C’est pas un cru bourgeois ne vous inquiétez pas ! C’est la cantine, c’est comme à l’armée !

    Pourquoi pas prendre la potion magique ou le verre de lait ? Avec un peu d’humour !

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit.

    Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société.

    Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, devenez supporter de StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER