En ce moment

    04/05/2011

    « Pourquoi pas des quotas laitiers aussi ! »

    Faut-il des quotas pour plus de députés Noirs et Arabes à l'Assemblée Nationale ?

    Par Pierre-Jean Doriax

    Après Laurent Blanc qui veut instaurer des quotas en équipe de France, pourquoi ne pas introduire des quotas l'Assemblée Nationale pour plus de représentativité ?

    1 Les faits

    «  Qu’est-ce qu’il y a actuellement comme grands, costauds, puissants ? Les blacks. Et c’est comme ça. C’est un fait actuel. Dieu sait que dans les centres de formation, dans les écoles de football, ben y en a beaucoup. Je crois qu’il faut recentrer, surtout pour des garçons de 13-14 ans, 12-13 ans, avoir d’autres critères, modifiés avec notre propre culture. Les Espagnols, ils m’ont dit : “Nous, on n’a pas de problème. Nous, des blacks, on n’en a pas“».

    Boum: Médiapart lance une bombe jeudi 28 avril en publiant la retranscription d’une discussion entre Laurent Blanc et le staff de la Fédération Française de Football. Il y est question « de quotas » – pour limiter l’accès des bi-nationaux aux centres de formation selon les défenseurs de Laurent Blanc , pour « recentrer » sur « notre propre culture » diront ses détracteurs .

    2 Le contexte

    Le scandale intervient moins de 10 mois après le « traumatisme » de Knysna . Après la grève des joueurs de l’équipe de France de football, les hommes politiques s’étaient saisis de l’affaire mettant en cause le comportement de « racailles », « de caïds », de « voyous » des joueurs de la sélection nationale qui « se foutent de la France » au lieu de la représenter. Au même moment débutait le débat sur l’identité nationale tandis que la question de « la représentativé » de l’équipe France est régulièrement mise sur la table ici et .

    Pourtant une autre institution républicaine souffre d’un manque de « représentativité » de la société française. A l’Assemblée Nationale, il n’y a qu’une seule députée noire ( hors Dom-Tom), George Pau-Langevin.

    Les députés – qui défendent pour certains l’initiative de Laurent Blanc – seraient-il prêt à faire comme lui en appliquant des quotas dans l’hémicycle pour plus de représentativité ? D’autant plus que la loi sur la parité fait office de cas d’école, souvent à la gauche de l’échiquier.

    C’était Ben Ali qui faisait ça en Afrique, en Tunisie: écouter des gens dans des cafés

    3 La question de StreetPress

    Faut-il des quotas pour plus de Noirs et d’Arabes à l’Assemblée Nationale?

    4 La réponse des députés

    Oui à un coup de pouce de la loi, comme pour la parité:

    Roland Muzeau – PC – Hauts-de-Seine: Vous avez bien vu qu’à un moment donné il a fallu faire une loi pour faire rentrer un peu plus de femme dans cet hémicycle et dans d’autres d’ailleurs (…)

    George Pau-Langevin – PS – Paris: Pendant très longtemps on a expliqué aux femmes que si elles n’étaient pas aux responsabilités c’est parce qu’elles n’étaient pas capables. Après on s’est rendu compte qu’il y avait un système qui les écartait de la sélection

    Patrick Braouzec – PC – Seine-Saint-Denis: Le quota est un aveu de faiblesse, après qu’on soit obligé d’en arriver aux quotas par rapport à la représentation de l’Assemblée Nationale, ça prouve que y’a encore du chemin à faire dans les mentalités.

    A un moment donné il a fallu faire une loi pour faire rentrer plus de femmes dans cet hémicycle

    Anti-quota tu perds ton sang-froid !

    Jean-Louis Léonard – UMP – Charente-Maritime: Il n’y a pas de minorités ethniques en France ! N’importe comment ! On a mis des quotas pour les dames parce qu’effectivement je crois qu’il fallait féminiser, équilibrer entre les femmes et les hommes. Mais on va mettre des quotas de coiffeurs, des quotas d’experts-comptables, des quotas d’ouvriers ?

    Bernard Reynès – UMP – Bouches-du-Rhône: Pourquoi pas aussi des quotas laitiers, hein ?

    Hervé Mariton – UMP – Drôme: Cette affaire tout à fait funeste au sein de l’équipe de foot ne serait pas arrivée si on n’avait pas mis dans la tête des gens qu’il pouvait y avoir des quotas, de quelque nature qu’il soit. Je suis contre tous les quotas.

    Didier Julia – UMP – Hauts-de-Seine: « Il n’y a pas eu de quota pour qu’Obama soit président des États-Unis ! (…) Je suis scandalisé que n’importe quelle discussion informelle entre des gens dans la rue, au café, puisse faire l’objet d’un enregistrement, d’un verbatim pour ensuite dire aux gens vous n’avez pas seulement déconné, vous êtes des coupables. Moi je refuse ce genre de comportement qui est fasciste. C’était Ben Ali qui faisait ça en Afrique, en Tunisie: écouter des gens dans des cafés. Quand on parle dans un café on a le droit de tout dire, même des conneries !

    Nicolas Dupont-Aignan – Debout la République – Essonne: « Il y a deux partis qui monopolisent tout. C’est d’autant plus grave que la couleur de la peau. Le principe même d’un élu ça veut dire qu’il doit transcender. On ne va pas faire des parts de gâteau pile-poil (…) Quand on lit le texte on comprend très bien qu’il n’y a rien de raciste chez Patrick Ro… Laurent Blanc.

    Jean-Pierre Brard – Divers gauche – Seine-Saint-Denis: C’est aussi stupide et aussi raciste et discriminant (…) Si il y a eu la volonté de discriminer d’après les origines, cela mérite des sanctions pour les coupables.

    Christiane Taubira – Divers gauche – Guyane: « Ça humilie aussi. Donc je n’ai jamais été favorable aux quotas (…) Je ne sais pas si Laurent Blanc est anti-républicain mais en tout cas cet acte et ces revendications sont absolument contraires à la devise de la République. Si les actes sont constitués, il est possible qu’il relève du code pénal. »

    Jean-Paul Garraud – UMP – Gironde: On va se retrouver dans une situation, où finalement on ne pourra plus rien dire dans ce pays !

    On va mettre des quotas de coiffeurs, des quotas d’experts-comptables, des quotas d’ouvriers ?

    Il est possible que Laurent Blanc relève du code pénal

    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soit ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. A titre d’exemple, nous avons calculé les moyens engagés pour une enquête écrite et vidéo consacrée aux soutiens armés d’Eric Zemmour.

    campagne 2021 Je soutiens StreetPress  
    mode payements