En ce moment

    03/05/2012

    Parce qu'il n'y a pas que Ponce Pilate dans la vie

    Les 10 insultes les plus inattendues balancées en débat

    Par Elodie Font

    « Petit calomniateur ! » Impossible pour les politiques de se traiter de co… ou d'enc… alors pour s'insulter, ils se balancent souvent des mots un peu chelou, voire jamais employés. « Matamore », « Tartuffe » ou « roquet ».

    1 Matamore !


    Retour sur debat / clash Le Pen Tapie [news] Fr2… par peanutsie

    Le contexte : En 1989, un duel entre Jean-Marie Le Pen et Bernard Tapie (alors considéré comme une étoile montante de la gauche, comme quoi les temps changent).

    L’insulte qui tue : « Vous êtes un matamore ! » (suivi de « vous êtes un Tartarin ») Pour t’épargner d’aller ouvrir un dico, matamore signifie « faux brave, vantard plus courageux en paroles qu’en actes. » À utiliser sans modération, de toute façon personne ne te comprendra.

    A ne pas confondre avec Une chanson de M.

    2 Ponce Pilate !

    Le contexte : Débat de l’entre-deux-tours de la présidentielle 2012 entre François Hollande et Nicolas Sarkozy. Hier soir, quoi.

    L’insulte qui tue : Ponce Pilate. À dire sur un ton très calme, en mode prof d’Histoire.

    À ne pas confondre avec une marque de perceuse.

    3 Tartuffe

    Le contexte : Mars 2012, débat entre Laurent Fabius et Nicolas Sarkozy.

    L’insulte qui tue : Tartuffe. À répéter deux fois, pour que l’effet soit plus important, en n’oubliant pas de placer le mot « cuistre » trois phrases plus tard pour achever l’adversaire.

    À ne pas confondre avec Une marque de truffes au chocolat.

    4 Minable

    Le contexte : Élections européennes de 2009, clash entre François Bayrou et Daniel Cohn-Bendit. (à la 2’02)

    L’insulte qui tue : « Tu es trop minable. » Note pour plus tard : pensez à bien insister sur le « a » de minable pour faire durer le plaisir.

    À ne pas confondre avec Un étudiant de l’École des Mines (oui, c’est tiré par les cheveux.)

    5 Roquet

    Le contexte : Législatives de 1986, duel entre Laurent Fabius, petite chemise rose de circonstance et Jacques Chirac qui, quelques jours plus tard, deviendra Premier ministre.

    L’insulte qui tue : « Cessez d’intervenir incessamment, un peu comme le roquet, n’est-ce pas. » Très important, le « n’est-ce pas », ça place cette insulte dans une sphère parallèle quasi inaccessible.

    À ne pas confondre avec De la salade.

    6 Semi-démente

    Le contexte : Campagne présidentielle 2012, débat (enfin tentative de) entre Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon.

    L’insulte qui tue : « Vous m’avez traitée de semi-démente. » « Ça vous laisse une bonne moitié. » Le plus dur quand tu insultes quelqu’un ? Faire rire ton entourage. Ça peut fonctionner avec cette vanne.

    À ne pas confondre avec Un camion de menthe.

    7 Pourquoi tu ne te la boucles pas

    Le contexte : 2007, sommet ibéro-américain de Santiago au Chili. Altercation entre le roi d’Espagne, Juan Carlos, et le président vénézuélien, Hugo Chavez.

    L’insulte qui tue : « Pourquoi tu ne la boucles pas ? » Le dire très froidement, comme si tu demandais pourquoi ton adversaire ne porte pas d’écharpe. L’idéal est de rafraîchir l’ambiance pour une bonne heure derrière.

    À ne pas confondre avec Une ceinture de sécurité.

    8 Un verre d’eau dans ta gueule

    Le contexte : 2008, élections en Roumanie. Un débat entre un ancien bodybuilder (miam) et une femme qui ressemble à Arlette Laguiller jeune.

    L’insulte qui tue : Honnêtement, on ne comprend rien, personne ne parle roumain à la rédac. Mais on apprend ici une belle leçon de vie : quand tu n’as plus rien à dire, balance un verre d’eau sur ton voisin. Effet garanti.

    À ne pas confondre avec Lancelot du lac.

    9 Vous êtes plus belle qu’intelligente

    Le contexte : 2009, allons faire un tour chez nos voisins italiens. Silvio Berlusconi appelle par téléphone une députée du parti démocrate (la gauche italienne), Rosy Bindi.

    L’insulte qui tue : « Vous êtes plus belle qu’intelligente. » À placer quand tu trouves ton adversaire particulièrement moche, ça fera davantage d’effet. À noter : le vouvoiement qui apporte un peu de hauteur.

    À ne pas confondre avec Vous êtes plus intelligente que belle.

    10 Jean-Marie Li Poud

    Le contexte : Pour le plaisir, un vrai débat, avec du fond, entre un partisan de Jean-Marie Li Poud et un autre de François Mitron.

    L’insulte qui tue : « Quand on est incapable d’articuler, on peut s’abstenir de faire de la politique. » Pour bien faire, élève le débat au-dessus des pâquerettes « et des coquelicots. »

    À ne pas confondre avec un iPod.

    Soutenez StreetPress, tant qu’il est encore temps.

    La bataille contre l’extrême droite est rude. Nous la menons de tout notre coeur, de toute notre âme, avec toute notre énergie. Rien ne nous fera reculer, ni l’adversité, ni les menaces. Car nous ne savons que trop bien ce qu’il peut arriver si Jordan Bardella prend la tête d’un gouvernement.

    Nous faisons tout notre possible pour empêcher cette bascule. Nous devons aussi anticiper le pire. Si l’extrême droite arrive au pouvoir, le travail sera encore plus important et les obstacles plus nombreux. Financiers, notamment.

    👉 Demain nous ne pourrons compter que sur votre soutien pour financer notre rédaction de 16 journalistes et vidéastes. Il nous faut convaincre dès à présent 7700 donateurs mensuels. Vous êtes à ce jour déjà 954 donateurs à nous soutenir chaque mois.

    Je fais un don mensuel à StreetPress   
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER