En ce moment

    20 / 05 / 2011

    Pour toutes les filles, une photo avec un beau mec offerte par la maison

    A l'ouverture du shop Abercrombie & Fitch : corps huilés, mini shorts et jeunes éphèbes

    Par Eléonore Friess

    La célèbre marque américaine Abercrombie & Fitch a ouvert sa première boutique française ce jeudi. Il fallait créer le buzz, voilà qui est fait, au 23 avenue des Champs Elysées. On a testé le branding made in America.

    Atteinte à la pudeur Destinée aux 18-22 ans la marque de vêtements au style américain très décontracté n’a pas cessé de reculer la date d’ouverture de sa plus grande boutique au monde. Elle a finalement élu domicile sur les Champs Elysées en présence des « 101 mannequins les plus sexy de la marque » rien que ça! Depuis une semaine déjà les beaux gosses d’Abercrombie faisaient le show sur la plus belle avenue de monde.

    Tout droit importés des États-Unis, d’Angleterre ou d’Italie, ces charmants jeunes hommes bodybuildés ont défilé torse nu devant la boutique, exhibant leur plastique de rêve, tout au long de la semaine précédant l’ouverture du magasin. Criant à l’atteinte à la pudeur, la police nationale les a gentiment priés de se rhabiller. Le jour de l’ouverture, c’est donc en chemise que les mannequins ont accueilli les centaines de clients qui se pressaient devant les grilles.

    Des élans dans la queue Un maximum de personnes étant attendues sur les Champs pour cet événement exceptionnel, une horde de vigiles avait été déployée devant la boutique. Il n’en fallait pas moins pour canaliser la foule venue se presser devant le n°23 dès le petit matin. Les responsables de la sécurité ont été totalement relookés pour l’occasion, afin de coller au mieux à l’image de la marque: jean, Converse noires et polo blanc, sans oublier l’indispensable sweat à capuche signé Abercrombie. 

    Les nanas sont au rendez-vous

    Dans la queue aussi les véritables Abercrombie addicts ont sorti toute la panoplie. T-shirts, sweats, casquettes…Tous arborent avec fierté le petit élan, symbole de la marque. Les vrais fans sont ceux qui ont eu la chance de découvrir la boutique sur la 5ème avenue à New York.

    Mais quel est le secret de la célèbre marque pour créer un tel engouement autour de ses boutiques? La réponse nous est venue de l’attaché de presse d’ Abercrombie: « Entretenir le mystère ». Pas de vitrine, fenêtres opaques, aucune photo de l’intérieur publiée dans la presse. Tout est concocté pour susciter la curiosité des passants et des touristes qui se promènent.

    Levées à 6 heures Ouverture des portes du Paradis à 10 heures. Les beaux vendeurs au physique d’Apollon ouvrent les lourdes portes de l’imposant portail à dorures pour accueillir les premiers clients, sourire ultra bright et gueules d’ange sont au rendez-vous.  Au même instant, une vingtaine de vendeurs apparaît sur le toit de la boutique, tels des saints sur un nuage. Ils saluent et applaudissent la foule à grand renfort de hourras.

    Les yeux rivés sur eux, les minettes dans la queue dégainent leurs appareils photos. Ça crie, ça piaille, ça pousse. Victoire à celle qui aura le plus gros zoom! Et pas question de se faire doubler dans la file. Les premiers sont sur le pied de guerre depuis 6 heures du mat.

    A la même heure, 2 copines montaient dans leur train à Nancy, bien décidées à troquer une journée de cours pour une virée shopping à Paris. Une mère et sa fille ont même fait le trajet de nuit depuis Bruxelles pour être sûres d’être devant la boutique à 7 heures.

    Ma tof avec Apollon Parce que la marque tient à traiter les journalistes à la même enseigne que ses clients, c’est après plus d’ une heure de queue que l’on accède à l’entrée de la boutique par l’allée d’un petit jardin secret. Les détails ont été soignés, pas un brin d’herbe ne dépasse, véritable jardin d’Éden. Là encore, il faut faire la queue. Tout est mis en scène pour faire de la boutique un lieu sélect’ et branché. Et voilà, nous y sommes, l’instant clé à ne surtout pas manquer: La photo avec Monsieur Muscle!


    09h45: la queue sur les Champs


    10h00: Ouverture des portes

    Devant une fresque peinte de corps nus, un mannequin au corps huilé exhibe ses biceps et ses tablettes de chocolat, au plus grand bonheur des demoiselles. Le mannequin c’est Chris, fraîchement arrivé de Grande-Bretagne juste pour l’occasion. Vêtu d’un simple jean taille basse, il vous accueille d’une accolade pas vraiment spontanée et dégaine son plus beau sourire pour immortaliser ce moment unique avec vous. Une vendeuse tout aussi mignonne se charge de prendre des clichés et vous remet le précieux polaroid où vous figurez au bras du bel Apollon. 

    Mini shorts en jean Photo en poche, on entre enfin dans la mystérieuse boutique. De prime abord, on a plus l’impression de rentrer en boîte de nuit que dans un magasin.  Plongés dans la pénombre, seul un subtil jeu de lumières permet de voir où l’on met les pieds. Cher et Lady Gaga diffusées à fond donnent le rythme aux vendeurs qui se déhanchent. Oui, c’est aussi ça Abercrombie. Les managers tiennent à  l’image décontract’ et branchée de la marque. Ici, les vendeuses (100% françaises) vous accueillent à grands coups de « Hey! What’s going on? ».

    Leçon n°1 de leur journée de formation: garder l’ambiance cool de New York. L’anglais est donc de rigueur, tout comme le mini-short en jean. Postées en haut de chaque escalier, les vendeuses se trémoussent devant les clients ébahis par tant de canons de beauté. Le physique étant bien sûr le critère premier du recrutement.

    La boutique s’étend sur 4 étages et peut se vanter de dépasser la taille de la maison-mère new-yorkaise. Des fresques de dieux grecs ornent les murs et des statues géantes d’hommes nus agrémentent les recoins sombres. Tout fait référence aux dieux et à la beauté. Vous l’aurez bien compris, ici, vous êtes au Paradis.

    Plus cher qu’aux US Passée l’euphorie des premiers instants, on se plonge dans le vif du sujet. Rapide tour d’horizon des jeans, polos et autres produits phares de la marque. En s’exportant outre-Atlantique, Abercrombie n’a pas omis de rehausser ses prix. Comptez environ 95€ pour un jean, 140€ pour le fameux sweat et 150€ pour une petite jupe en dentelle.

    Au passage en caisse, le vendeur asperge chaque produit acheté de Fierce, la fragrance chère à Abercrombie. Aussi en rentrant chez vous, au moment de déballer vos achats, vous vous replongerez dans l’atmosphère unique de la boutique.

    Au final, les clients repartent les bras chargés de sacs sur lesquels des silhouettes de rêve concluent en beauté la stratégie marketing de la marque portée sur l’homme-objet. Les cartes bleues ont bien chauffé: 800 euros au total pour un  des fans de la marque, qui se promet de revenir dès le mois prochain.

    De notre côté, on ressort de là cassés et saoulés par la foule, la musique à fond et les effluves de parfum incrustés dans nos vêtements pour les semaines à venir. Chapeau tout de même à la marque américaine qui est bien partie pour imposer sa boutique comme la plus fashion des Champs Elysées.


    10h30: “Ouhou! Les filles! On est là”


    10h45: Les vigiles, so sexy


    11h30: Résultat: -1000 euros sur le compte en banque

    Chez StreetPress, aucun milliardaire n'est aux commandes et ne nous dit quoi écrire. Nous sommes un média financé par des lecteurs, comme vous. Devenez supporter de StreetPress, maintenant.

    Je soutiens StreetPress