En ce moment

    20/05/2011

    « Un jour de deuil et on repart ! »

    A la section PS du 18ème arrondissement: Les militants ont fait le deuil de DSK, les notables préfèrent attendre

    Par Robin D'Angelo

    Jeudi 19 mai, les militants socialistes votaient le projet pour 2012 en pleine affaire Strauss-Kahn. Si certains « ne pactisent pas avec le diable » DSK, le maire du XVIIIème Daniel Vaillant « souhaite que les défenseurs soient entendus. »

    7 bis rue de Trétaigne – Paris 18ème. Les posters du livre de Daniel Vaillant « PS: 40 ans d’histoire(s) » accueillent les militants de la section PS du 18ème venus voter le projet socialiste pour la présidentielle ce jeudi 19 mai. Dessus, immanquable, le visage de Dominique Strauss-Kahn souriant d’un air coquin qui regarde les bulletins pénétrer l’urne. Comme si rien ne c’était passé le dimanche 15 juin à New-York .

    Déni Daniel Vaillant venu voter en scred à 17h45 – happy hour des retraités au bureau de vote – minimise d’ailleurs l’ampleur du séisme qui frappe le PS: « Ce n’est pas un coup de tonnerre comme le 21 avril ! C’est un an avant l’élection ! ». Quand on lui demande si le Parti Socialiste doit tirer un trait sur DSK, l’ex-ministre de l’Intérieur qui veut légaliser le cannabis surprend par sa réponse: « Pourquoi tirer des traits ? Le dépôt de candidatures c’est le 28 juin. (…) Je souhaite que les défenseurs soient entendus ». Avant de préciser en jugeant quand même « compromise » une candidature de l’accusé le plus célèbre de France.

    Médias Jean-Philippe Daviaud, chef de la section PS du 18ème, ne croit pas au complot comme a pu le sous-entendre Claude Bartolone . Mais il tient à indiquer « qu’à ce stade on est incapable de se faire son avis ». « D’ailleurs la montée de Barto et Harlem , c’était sur les médias, pas le fond de l’affaire. Ça ne vise pas à défendre DSK mais c’est une indignation face aux médias ». A la section PS du 18ème arrondissement – vers laquelle pourtant sont souvent orientés les journalistes – on a ainsi fait « le choix de dire aux militants de ne pas s’exprimer ».

    Caca Ceux qui s’autorisent à parler à la presse ne sont pas tendres avec l’ex-maire de Sarcelles: « J’ai appris à connaître DSK avec cette révélation », balance amère Raymond un militant bien connu de la section. « Un jour de deuil et on repart. Je ne pactise pas avec le diable. » Pour Michel, retraité au faux-airs de Belmondo, DSK « s’est mis les deux pieds dans la merde. C’est un peu lui quand même ! C’est à lui de se débrouiller. Et il a une formation d’avocat. » Des paroles qui tranchent avec celles de l’appareil socialiste. Daniel Vaillant le maire du XVIIIème préfère « attendre » et ajoute « on a un devoir de solidarité, au moins avec les proches ».

    Un jour de deuil et on repart. Je ne pactise pas avec le diable

    Soutenez StreetPress, tant qu’il est encore temps.

    La bataille contre l’extrême droite est rude. Nous la menons de tout notre coeur, de toute notre âme, avec toute notre énergie. Rien ne nous fera reculer, ni l’adversité, ni les menaces. Car nous ne savons que trop bien ce qu’il peut arriver si Jordan Bardella prend la tête d’un gouvernement.

    Nous faisons tout notre possible pour empêcher cette bascule. Nous devons aussi anticiper le pire. Si l’extrême droite arrive au pouvoir, le travail sera encore plus important et les obstacles plus nombreux. Financiers, notamment.

    👉 Demain nous ne pourrons compter que sur votre soutien pour financer notre rédaction de 16 journalistes et vidéastes. Il nous faut convaincre dès à présent 7700 donateurs mensuels. Vous êtes à ce jour déjà 954 donateurs à nous soutenir chaque mois.

    Je fais un don mensuel à StreetPress   
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER