En ce moment

    19 / 03 / 2010

    Simone Veil ? « Ce n’est même pas un grand écrivain »

    Les anti-IVG manifestent contre l'entrée de Simone Veil à l'Académie française

    Par François Nazon

    Reportage en face de l'Académie française, ou une petite centaine de catholiques intégristes manifestaient jeudi après-midi contre l'intronisation de Simone Veil sous la coupole. Les plus radicaux des anti-IVG avaient fait le déplacement.

    Il est 14h, devant l’Institut de France. Simone Veil doit être intronisée à l’Académie française. A bonne distance, de l’autre côté de la Seine, 80 militants anti-avortement manifestent. Même moyenne d’âge que chez les Académiciens, environ 70 ans.

    « Pas d’avortueuse à l’Académie »

    Parmi les manifestants, un homme très en colère crie sa haine de la « maléfique » Simone Veil, qui « n’est même pas un grand écrivain ». Une banderole proclame : « Pas d’avortueuse à l’Académie ».
    C’est l’arrière ban des catholiques intégristes qui a répondu présent à l’appel de SOS Tout Petits, Renaissance catholique ou Laissez les vivre.

    Les journalistes, pas forcément bienvenus non plus

    Déjà très marqués par l’intronisation sous la Coupole de la ministre de la Santé qui a autorisé l’avortement en France, en 1975, les militants anti-IVG s’en prennent aux journalistes présents. Au mieux, on refuse de nous parler, « de peur de se salir ». Sinon, on nous insulte, nous les « vauriens, les laquais à la solde du pouvoir ».

    « Excessivement rare qu’un viol aboutisse à une grossesse »

    Pour les manifestants anti-IVG, même un viol ne peut justifier un avortement : Aussi, en cas de viol ou d’inceste, on ne saurait non plus « légiférer sur des exceptions, ajouter un crime à un crime. » Et puis, il est « excessivement rare qu’un viol aboutisse à une grossesse », nous affirme une militante (sans regarder la caméra, comme si elle était impure).

    La ferveur et la foi sans limite de ces manifestants n’y changeront rien : Simone Veil est désormais une « immortelle ».


    View Manifestation anti-IVG, face à l’Académie in a larger map

    Source: François Nazon, Maxime Jacquet | StreetPress

    On a choisi de faire bouger les lignes. Vous validez ?

    Depuis plus de 10 ans, nous assumons un regard et des engagements. Aujourd’hui, notre mission c’est d’avoir de l’impact. Particulièrement dans la crise actuelle, où les premiers à morfler sont les plus fragiles. Face à la pandémie, au confinement et à la crise économique qui l'accompagne, nous croyons encore plus à la nécessité de ce travail.

    Forcer le ministre de l’Intérieur à saisir la justice en mettant au jour les messages racistes échangés par des milliers de policiers sur des groupes Facebook. Provoquer une enquête de justice suite à la révélation d’un système de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris. Contraindre Franprix à cesser l’usage quasi illégal d'auto entrepreneurs durant le confinement...

    Nous recevons de plus en plus de pistes sur des sujets brûlants, mais nous manquons encore de moyens pour tout couvrir. L’idée n’est pas de se faire racheter par un milliardaire. Mais simplement de pouvoir faire appel à du renfort, lorsqu’un sujet le nécessite.

    Pour que cela continue, malgré la crise, nous avons sincèrement besoin de votre soutien.

    StreetPress doit réunir au moins 27.000€, avant le 4 décembre.
    Soutenez un média d’impact qui fait bouger les lignes.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER