En ce moment

    23/05/2011

    Où l'on apprend que Frédéric François n'a pas beaucoup d'humour

    Action Discrète : « On joue des connards, enfin des Français quoi… »

    Par Nicolas Quirion

    Action Discrète «n'envoie jamais de démenti» après ses sketchs. « Comme ça la méprise est totale » se marre le producteur Yves le Rolland. Te voilà prévenu si 3 mecs soi-disant de l'UMP t'embrouillent au prochain salon de l'agriculture.

    Humour trash « Rôti de porc… Je fais un effort ! » s’exclame un jeune beur sur une affiche placardée à l’entrée du réfectoire d’un lycée de banlieue par deux énergumènes se prétendant membres d’une assez particulière « mission parlementaire autour du groupe UMP ». « Là on est en croisade, ne nous mentons pas ! » s’emporte l’un d’eux devant le directeur de l’établissement, éberlué, qui pourtant emmène le duo d’imposteurs à travers une visite du bahut.

    Cet humour trash en caméra cachée, à peine plus vrai que nature, c’est ce qui attend le spectateur sur Canal+ tous les dimanches. « Comme d’hab’ nous on joue des connards, enfin des français quoi… », explique Sébastien Thoen, comme pour nous rassurer.

    Caméra cachée Formés au théâtre d’improvisation, le gang composé des cinq humoristes Sébastien Thoen, Julien Cazarre, Pierre Samuel, Patrice Mercier et Thomas Seraphine se plait à jouer avec la patience des gens en les confrontant à des situations où l’outrance se dispute à l’absurde.

    « L’objectif n’est jamais de se foutre de la gueule de l’interlocuteur pendant la caméra cachée, poursuit Thoen (réaction rigolarde des quatre autres : « Oh ça arrive quand même !») Enfin peut-être quand on est face à des puissants, se reprend-il, mais ce qui nous intéresse surtout c’est la réaction de la personne vis-à-vis de ce que l’on dit. »

    La Croix Pas toujours facile en effet de faire la différence entre le happening et la réalité tant les performances d’acteurs mises en place par les cinq trublions s’avèrent convaincantes. Et ils furent nombreux à s’y laisser prendre ces dernières années, avec parfois un écho médiatique inespéré. On se rappellera de cette fameuse Une du magazine la Croix en 2007 sur laquelle s’étaient incrustés deux comédiens du groupe, grimés en syndicalistes vociférant ; ou encore de la colère de Georges Frêche et de certaines associations après un happening particulièrement bourrin à Montpellier.

    DSK On saluera encore a posteriori le talent visionnaire mis à l’œuvre dans un sketch datant de 2008…Afin de préparer le terrain pour la venue à Reims de DSK (l’ex-boss du FMI était alors empêtré dans une affaire d’adultère) un pseudo groupe de communication du PS était allé exiger au responsable d’un sex-shop de baisser les rideaux de son commerce et même à un marchand de jouets de retirer les poupées féminines de sa vitrine afin « d’éviter les situations chaudes avec Dominique ». On se dit parfois que la réalité dépasse la comédie, de loin.

    La fameuse vidéo sur DSK réalisée en 2008

    Comme on n’envoie jamais de démentis dans la foulée, la méprise est totale

    Florence Cassez Plus récemment, Action Discrète s’est même payé le luxe de causer un certain émoi bien au-delà des frontières de notre pays. Début mars, en pleine crise diplomatique entre la France et le Mexique, les comiques, prétextant une nouvelle fois œuvrer pour le gouvernement français, s’invitent à l’inauguration de l’exposition d’un jeune artiste mexicain dans une galerie Parisienne. Rapidement la situation bascule puisque les fonctionnaires zélés incarnés par trois acteurs insistent pour coller sur les tableaux de l’artiste des images de Florence Cassez (jeune française emprisonnée au Mexique et pomme de discorde entre les deux pays).

    Rapidement la situation s’envenime et les importuns seront finalement éjectés fermement de l’expo après avoir brandi des images d’enfants obèses et de violences liées à la drogue, censées montrer « le vrai visage du Mexique ». Jugé faiblard, le gag ne sera pas retenu dans le montage final de l’émission ; mais l’évènement, relaté au premier degré par les victimes du sketch auprès de la presse mexicaine fera les gros titres de plusieurs journaux. Pendant quelques jours, dans un contexte de grande susceptibilité nationaliste, les journalistes mexicains décrivent l’épisode comme une « agression fasciste et raciste contre un mexicain à Paris ».

    Dindons de la farce A la décharge de tous ceux qui se sont vus un jour transformés en dindons de la farce par les humoristes de Canal, il faut bien révéler ici l’un des secrets de fabrication de l’émission : les victimes ne sont que très rarement prévenues d’avoir été la cible d’une blague télévisuelle. « Comme on n’envoie jamais de démentis dans la foulée, la méprise est totale » nous confirme Yves le Rolland, producteur de l’émission. Pas un peu violent comme procédé ?

    « Ça vaut le coup de rien dire ! » s’enthousiasme Thomas Seraphine. « Bien sûr on devrait s’excuser après coup mais c’est tellement génial, tellement plus drôle de voir ce qu’il se passe ensuite si on ne dit rien… Nous c’est Action Discrète, faut qu’il y ait de l’action, que ça fasse bouger les lignes ! Mais on reste discrets, hyper discrets. »

    « En fait c’est seulement quand on révèle le pot au rose que les gens s’énervent, parce qu’ils ont l’impression qu’on s’est foutu de leur gueule. » Renchérit Thoen. « Comme généralement on incarne des personnages un peu surréalistes, les gens se sentent juste désarmés et ça passe ».

    « Une fois, au salon de l’agriculture, on est allé voir le mec et on lui a dit que c’était une caméra cachée, ça l’a rendu fou le gars ! » Se rappelle douloureusement Patrice Mercier « En fait ça n’arrange pas du tout les choses de révéler le pot aux roses» conclut-il.

    Sous pression Mais derrière ces précautions qu’on imagine nécessaires pour éviter aux acteurs de pâtir d’un malheureux accident du travail, il existe une autre réalité encore plus terre à terre :

    « On pourrait les prévenir le lendemain, mais y’a deux trois fois où on l’a fait et les gens ont appelé Canal pour que ça ne soit pas diffusé. On veut éviter que les gens de la chaîne reçoivent 26 mille coups de fils par semaine et nous disent au bout d’un moment “écoutez c’est bien sympa votre truc, mais on en a un peu marre.” C’est assez facile de mettre la pression avant la diffusion. » Admet Julien Cazarre.

    Jamais d’autorisation de diffusion donc. A la place, un floutage systématique des visages et un cadrage ne permettant normalement pas d’identifier le lieu et la personne. Mais des fois « c’est quand même un peu chaud » reconnait Pierre Samuel qui, interrogé sur d’éventuels cas de conscience, finira par confesser -affichant sa mine la plus théâtralement dépitée : « Mais tu crois qu’on dort bien la nuit, nous ? »

    Frédéric François piégé L’équipe d’Action Discrète a d’ailleurs tourné l’année dernière un long métrage réalisé à bord d’un navire de croisière. Or l’œuvre n’a toujours pas pu être diffusée à ce jour à cause d’une plainte déposée par l’un des illustres passagers… Confirmation auprès du producteur de l’émission :

    « Les gars jouaient des passagers, il y a un belge, un mythomane, un guitariste et un chanteur. Le but était de chanter avec Frédéric Francois qui était présent lors de la croisière. Ça c’est super bien passé, c’était très drôle, ils ont réussi à piéger tout le monde ! Mais Frédéric François s’est opposé à la diffusion. Pour l’instant aucune chaîne ne veut prendre le risque de diffuser ce truc là, mais on le fera sûrement un jour. Pierre chante exactement comme Frédéric François, c’est tordant ! »

    En attendant de pouvoir savourer ce qu’on imagine déjà comme un grand moment de surréalisme, le public pourra bientôt apprécier une fiction réalisée par les comédiens lors du festival de Cannes et qui sera diffusée cet été. En attendant une nouvelle saison de l’émission à la rentrée ? « Oui, on reprend en septembre sur Canal, confirme Yves le Rolland, même si on ne sait pas encore trop dans quelles conditions. Ils sont contents et ça se passe bien, il n’y a pas eu trop de drames cette année. »

    Mais tu crois qu’on dort bien la nuit, nous ?

    L’objectif n’est jamais de se foutre de la gueule de l’interlocuteur pendant la caméra cachée. Enfin peut-être quand on est face à des puissants

    Soutenez StreetPress, tant qu’il est encore temps.

    La bataille contre l’extrême droite est rude. Nous la menons de tout notre coeur, de toute notre âme, avec toute notre énergie. Rien ne nous fera reculer, ni l’adversité, ni les menaces. Car nous ne savons que trop bien ce qu’il peut arriver si Jordan Bardella prend la tête d’un gouvernement.

    Nous faisons tout notre possible pour empêcher cette bascule. Nous devons aussi anticiper le pire. Si l’extrême droite arrive au pouvoir, le travail sera encore plus important et les obstacles plus nombreux. Financiers, notamment.

    👉 Demain nous ne pourrons compter que sur votre soutien pour financer notre rédaction de 16 journalistes et vidéastes. Il nous faut convaincre dès à présent 7700 donateurs mensuels. Vous êtes à ce jour déjà 954 donateurs à nous soutenir chaque mois.

    Je fais un don mensuel à StreetPress   
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER