En ce moment

    13 / 07 / 2012

    Pelouse sans herbe, piscines au bord du périf', crêpes qui font vomir... Balade dans la plus belle ville du monde

    L'itinéraire conseillé pour une journée d'été pourrie à Paris

    Par Charles Lelièvre

    Du Rosa Bonheur aux jardins de Versailles, sur StreetPress 10 vrai-faux bons plans te feront regretter d'être resté à Paris pour kiffer l'été. Un itinéraire à suivre de préférence en RER A.

    1La Piscine Roger Le Gall dans le 12e arrondissement

    Quoi de mieux pour commencer ses vacances qu’un petit plongeon dans une piscine de 50 mètres à ciel ouvert avec pelouse et le tout à Paris ?

    Ce que t’imaginais en arrivant : Une piscine de 50 mètres tranquille, de la pelouse, du soleil.

    Ce qu’il en est : Une piscine de 50 mètres au bord du périf’, pelouse interdite au public, un orage. L’entrée est passée de 3€ sur Internet à 5€ en réalité. Il y a 4 cabines pour se changer et elle ne se ferment pas, du coup, les mecs se baladent à poil.

    Tes souvenirs de vacances : Un rhume, un coup de soleil et une mycose des orteils.


    En vrai ce n’est pas comme ça

    2Quartier de l’Odéon

    C’est l’été, c’est les soldes, tu veux dévaliser les magasins puis t’allonger sur l’herbe du jardin du Luxembourg pour te relaxer ?

    Ce que t’imaginais en arrivant : Acheter en soldes ces chaussures à 150 euros qui me narguent depuis 4 mois. Rejoindre une amie au Luxembourg et faire bronzette sur la pelouse.

    Ce qu’il en est : Les chaussures à 150 euros non seulement ne sont pas en soldes, mais sont aujourd’hui à 170 euros. On sort du magasin énervé, avec un aimable sourire de la jolie vendeuse tout en disant : « Je vais réfléchir ». Au Luxembourg, les enfants ont envahi le parc, et les pelouses sont interdites. On t’indique un banc sous les marronniers.

    Tes souvenirs de vacances : « 170 euros !?! » et une fiente de pigeon sur l’épaule droite, marronniers oblige.


    Même au Sélecto d’Odéon les Skittles ne sont pas soldés

    3Le RER A

    Quoi de plus rapide pour se déplacer d’Est en Ouest dans Paris pour rejoindre tes amis que le RER A ?

    Ce que t’imaginais en arrivant : Un trajet tranquille de 10 minutes pour aller de l’Arc de Triomphe aux Halles.

    Ce qu’il en est : Il fait 50°C, c’est l’heure de pointe. Sur le quai, une femme te crie « aidez-moi ! ». Tu accourres, paniqué. Elle te murmure : « Vous n’avez pas une petite pièce ? »… Sérieusement ?

    Dans le wagon : pour une capacité de 60 personnes, vous êtes facilement 260. Tu es claustro mais tu tentes. Tu es toujours claustro mais ton RER se bloque entre Etoile et Auber. Ca fait 15 min que vous êtes bloqués, il n’y a plus d’air, il n’y a plus d’espace. Tu fais une crise d’angoisse, le RER redémarre tu sors à Auber et tu oublies tes amis.


    Les heures creuses du RER A

    Tes souvenirs de vacances : Des gouttes de sueur qui ruissellent doucement dans ton dos.

    4Les Champs Elysées

    C’est bientôt le 14 juillet et tu veux profiter de la soirée pour toi aussi défiler sur les Champs-Elysées avec ton âme-sœur ?

    Ce que t’imaginais en arrivant : La plus belle avenue du monde.

    Ce qu’il en est : L’avenue avec le plus de mendiants, de touristes et de mecs qui veulent se battre du monde.

    Tes souvenirs de vacances : Aucun, on t’a volé ton appareil photo.


    La plus belle avenue du monde, vraiment ?

    5Le Truskel

    Cette petite boîte des Grands Boulevards t’en as entendu parler, mais finalement tu n’y es jamais allé. Pour fêter les vacances, tu y vas avec tes potes.

    Ce que t’imaginais en arrivant : « Sympa la musique », « Salut beauté », « Un mojito s’il vous plaît »

    Ce qu’il en est : « Hey, mes chaussures restent collées sur le sol quand je danse ! », « Non merci, je ne suis pas intéressé par un plan à trois avec ton pote », « Ah vous n’avez que du gin fizz et du whisky coca en cocktail… »

    Tes souvenirs de vacances : Cette fille qui t’a renversé sa bière sur la tête en rigolant, mais t’a giflé quand tu lui as rendu la pareille.


    Au Truskel, la gent féminine est en supériorité numérique

    6Princess Crêpes, La crêperie « kawaii »

    Quelqu’un a dit : « Quand il ne fait pas beau en été, réfugie-toi dans la nourriture. » Cette personne t’a justement appelé pour que tu viennes te goinfrer avec elle dans cette crêperie aux airs de dessin animé japonais.

    Ce que t’imaginais en arrivant : Tu n’en avais aucune idée.

    Ce qu’il en est : Une crêpe thon-tomate-napage mayonnaise en plat
    En dessert la spécialité : une crêpe crème patissière-nutella-banane-cheesecake-chantilly-boule de glace au chololat-nappage fraise.

    Tes souvenirs de vacances : La photo du pigeon qui essayait de manger ton vomi dans le caniveau.


    Miam !

    7Montmartre

    Quoi de plus beau que d’admirer la vue de Paris depuis la butte Montmartre lors des douces soirées d’été ?

    Ce que t’imaginais en arrivant : Tu voyais l’esprit du Paris artiste flotter dans l’air telle une chanson de Piaf, toi admirant les toîts en zinc, un verre de vin à la main.

    Ce qu’il en est : L’alcool est interdit à la vente le soir. Alors tu te rabats sur les épiciers, qui eux te font un prix : 9€ la bouteille de piquette.

    Piaf ? Non, Julio Iglesias à la limite. A Montmartre tu peux apprendre l’espagnol en chantant sur les marches avec Javier, Ana, José Manuel, Juan, Pedro, Maria, Pilar, Francisco, Sebastian, Alvaro, bref, tous les touristes espagnols qui chantent en cœur leur dernier tube de l’Eurovision.

    Tu sauras que la soirée est finie quand tu entendras parler Français : « T’as pas une cigarette ? » « Hey, baisse les yeux ! » « Tu veux de la beuh ? »

    Tes souvenirs de vacances : « Bailando, bailando, amigos adios adios el silencio loco ! »

    A Montmartre tu peux apprendre l’espagnol en chantant sur les marches avec Javier, Ana, José Manuel, Juan, Pedro, Maria, Pilar, Francisco, Sebastian, Alvaro

    8Les jardins de Versailles

    Un magnifique jardin à 30 min de Paris, de quoi se relaxer un peu et profiter de la timide chaleur estivale.

    Ce que t’imaginais en arrivant : La cité des Rois. Le déjeuner sur l’herbe au bord du Grand Canal. Une romantique promenade en barque.

    Ce qu’il en est : Tu n’es pas le seul à vouloir te relaxer, les gosses à vélo, à rollers, en skate ont aussi envie de se relaxer mais en courant et en criant. Il n’y a que cet endroit boueux où étendre ta nappe pour un pique-nique royal. Et puis il fait 3° de moins qu’à Paris.

    Tes souvenirs de vacances : Tu es tombé dans l’eau en essayant de sortir de la barque. Heureusement il te reste ces fameux sandwiches aux fourmis.


    I am the King of the world !

    9Le Rosa Bonheur

    Le fameux bar des Buttes Chaumont ouvre avec l’été et tes potes te somment de les rejoindre pour passer la soirée avec eux.

    Ce que t’imaginais en arrivant : En vélo je découvrirai plein de choses sur mon chemin ! Je vais m’asseoir et discuter avec mes potes à l’air frais. On va bien rire.

    Ce qu’il en est : Tu as enfourché ton vélo, tu t’es tapé toute la butte de Belleville pour arriver à 20h aux Buttes Chaumont et tout suant tu te rends compte que non seulement il y a la queue mais qu’en plus, elle va jusqu’en dehors du parc.

    Une fois arrivé, il n’y a plus de place assise nulle part. Pour chercher à boire il faudra te battre. Tes amis, eux, sont déjà alcoolisés et ont sympathisé avec des poivrots notoires, à qui tu ne feras pas plus la conversation.

    Tes souvenirs de vacances : Cette quadra qui a essayé de t’embrasser dans la file d’attente pour aller aux toilettes et ce clochard qui t’as poursuivi quand tu t’es perdu pour sortir du parc.


    Le Rosa Bohneur, sa file d’attente, ses poivrots

    10Le Parc Astérix

    C’est dimanche ! Tes potes qui bossent sont enfin tous libres, pourquoi ne pas faire une virée au Parc Astérix ?

    Ce que t’imaginais en arrivant : Ouais ! On fait Osiris ! Puis le tonnerre de Zeus ! Je veux les faire au moins 3 fois !

    Ce qu’il en est : Calme-toi. Déjà, planifie le voyage en voiture, puis attends-toi à 2h de queue pour chaque attraction. Chaque attraction dure au grand maximum 1 minute et 30 secondes. Que tu le veuilles où non, tu seras mouillé et tu dépenseras le double de ton budget rien qu’en bonbons.

    Tes souvenirs de vacances : Une vertèbre qui s’est déplacée lors d’un looping, et ton portable qui est tombé dans la barque-menhir pleine d’eau.


    Attention Astérix est en train de chourer dans ta poche !

    StreetPress existe depuis déjà 10 ans. Aujourd’hui, il nous manque 40.000 euros pour boucler l’année et pouvoir frapper encore plus fort l’an prochain. Parce qu’aucun milliardaire n'est au capital, si nous ne les réunissons pas StreetPress s’arrêtera. Sauvez StreetPress en faisant un don, maintenant.

    Je donne pour sauver StreetPress