En ce moment

    29/03/2010

    Conseil National du MoDem: Bayrou vire aussi à Droite

    Par Maxime Jacquet

    Le conseil national du MoDem réunissait samedi 27 mars ses cadres dans la salle Lamartine de l'Assemblée Nationale. François Bayrou a regretté «l'alignement trop à gauche» de son parti.

    Ni de droite, ni de gauche, mais moins à gauche!

    « Notre position n’a pas été comprise. Nous avons voulu ouvrir des portes et cela a été perçu à tort comme un alignement sur la gauche ». C’est l’analyse que livre à tête reposée François Bayrou pour justifier le score national de 4,2% de son parti le MoDem. Il réaffirme néanmoins la ligne « ni de droite, ni de gauche » de son parti qui est selon lui la seule façon « de répondre à ceux qui ne se reconnaissent plus dans le débat démocratique.»

    Bayrou joue aussi la fermeture

    Après Sarkozy, c’est donc Bayrou qui joue la fermeture en blâmant « l’ouverture des portes ». Bien qu’il refuse toujours « la logique de bloc contre bloc », le départ de Corinne Lepage probablement pour Europe Écologie, peut être interprété comme le premier signe de cette fermeture.

    Bayrou le berbère

    François Bayrou se dit aussi prêt à endurer les souffrances de l’anonymat politique: « Il y a très longtemps que je suis un familier des déserts. Dans le désert, je trouve qu’il y a du beau et du juste. Ça permet de savoir qui on est. ». Certains de ses collaborateurs accusent sa mégalomanie d’être la principale cause de l’échec de son parti. Pas sur qu’avec ce genre de maximes, François le philosophe, remette en question leurs doutes.

    “Retrouvez l’implosion du MoDem, en direct de leur QG parisien sur StreetPress”:http://www.streetpress.com/sujet/383-mais-qui-a-piege-alain-dolium

    Source: Maxime Jacquet | StreetPress et Le Parisien

    Soutenez StreetPress, tant qu’il est encore temps.

    La bataille contre l’extrême droite est rude. Nous la menons de tout notre coeur, de toute notre âme, avec toute notre énergie. Rien ne nous fera reculer, ni l’adversité, ni les menaces. Car nous ne savons que trop bien ce qu’il peut arriver si Jordan Bardella prend la tête d’un gouvernement.

    Nous faisons tout notre possible pour empêcher cette bascule. Nous devons aussi anticiper le pire. Si l’extrême droite arrive au pouvoir, le travail sera encore plus important et les obstacles plus nombreux. Financiers, notamment.

    👉 Demain nous ne pourrons compter que sur votre soutien pour financer notre rédaction de 16 journalistes et vidéastes. Il nous faut convaincre dès à présent 7700 donateurs mensuels. Vous êtes à ce jour déjà 954 donateurs à nous soutenir chaque mois.

    Je fais un don mensuel à StreetPress   
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER