En ce moment

    10 / 06 / 2011

    2 mois avant les émeutes en Angleterre, quand Stéphane Gatignon et la droite populaire (feat Ségolène Royal) étaient inspirés par une intervention militaire à Sevran

    Best of de l'été | L'armée dans les cités: Droite populaire VS le reste du monde à l'Assemblée Nationale

    Par Mathieu Molard

    « Stupide et caricaturale ». Christian Jacob président du groupe UMP à l'Assemblée Nationale n'est pas tendre avec ceux qui dans la majorité comme Lionnel Luca approuvent le maire de Sevran et demandent l'envoi de l'armée dans les cités.

    1Les faits:

    Alors que les échanges de coups de feux entre bandes rivales se multiplient dans la commune de Sevran, Stéphane Gatignon son maire écologiste, a demandé l’intervention de « casques bleus ». Ségolène Royal s’est déclarée en accord avec une telle mesure le 5 juin sur i Télé .

    2Le contexte:

    Mercredi dernier, une fusillade avait lieu dans le quartier Montceleux à Sevran sur fond de trafic de drogue. Des fusillades récurrentes depuis plusieurs mois obligeant cet après-midi là les enseignants de l’école Montaigne à interdire de récréation les enfants à cause du danger.

    Nicolas Sarkozy avait fait campagne sur le thème de l’insécurité, pourtant depuis son arrivée aux manettes la délinquance n’a pas diminuée, bien au contraire: depuis 1996, le nombre des atteintes à l’intégrité physique des personnes a doublé . En parallèle, depuis quelques années le nombre de fonctionnaires de police diminue: entre juillet 2009 et juillet 2010, les effectifs de la Police nationale ont diminué de 2.603 personnes, ramenant le nombre total de policiers en service dans l’Hexagone à 141.879.

    3La question de StreetPress:

    L’armée doit elle intervenir dans les banlieues?

    On est dans un phénomène d’émeute, on est dans un phénomène de guerre civile

    4La réponse des députés:

    A la guerre comme à la guerre !

    Lionnel Luca – UMP – Alpes-Maritimes: « Je pense qu’il faut utiliser des armes lourdes, je vous rappelle que l’été dernier des armes lourdes ont été utilisées par des gangsters. Quand on vous tire dessus à la kalachnikov c’est difficile de répondre à la sarbacane. On doit avoir des unités professionnalisées, militaires. (…) Ce n’est que du bon sens, je me réjouis que ce soit un maire qui vient du PCF, qui est aujourd’hui écologiste, qui découvre le bon sens. »

    Jacques Myard – UMP – Yvelines: « On n’a pas besoin de casques bleus dans les banlieues, il y a la police républicaine, point bar ! (…) On est dans un phénomène d’émeute, on est dans un phénomène de guerre civile. Il est tout à fait légitime que si la police reçoit des balles, malheureusement il faut répliquer. »

    Je pense qu’il faut utiliser des armes lourdes

    C’est stupide et ridicule, on a déjà la police…

    Philippe Boennec – UMP – Loire-Atlantique: « Ah ben c’est peut être un peu fort tout ça… »

    Michel Raison – UMP – Haute-Saône: « On va pas mettre des casques bleus plein ma petite ville non-plus, Ce n’est pas sérieux ! (…) Ce dont on dispose aujourd’hui est suffisant, ce qu’il faut c’est qu’on le fasse fonctionner mieux. »

    Jean-Pierre Door – UMP – Loiret: « On ne parle pas d’arme lourde, pourquoi pas faire venir les avions aussi ? Pourquoi pas appeler les chars? »

    Christian Jacob – Président du groupe UMP à l’Assemblée: « Parler des casques bleus et de l’armée, je dis c’est stupide et ridicule, caricatural. »

    Edwige Antier – UMP – Paris: « Vous savez mois je suis pédiatre, je suis députée, mais je suis pédiatre. Il faut mieux accompagner les parents dans l’éducation de leurs enfants, dès le début. »

    Nicolas Dupont-Aignan – DLR – Essonne: « Il faudrait qu’il y ait une police républicaine plus que des casques bleus ! C’est tout ! »

    Michel Menard – UMP – Loire-Atlantique: « Nous ne sommes pas dans un cas de guerre civile et donc c’est bien à la police d’intervenir, à mon sens »

    Pourquoi pas faire venir les avions aussi ? Pourquoi pas appeler les chars?

    StreetPress existe depuis déjà 10 ans. Aujourd’hui, il nous manque 40.000 euros pour boucler l’année et pouvoir frapper encore plus fort l’an prochain. Parce qu’aucun milliardaire n'est au capital, si nous ne les réunissons pas StreetPress s’arrêtera. Sauvez StreetPress en faisant un don, maintenant.

    Je donne pour sauver StreetPress