En ce moment

    08/04/2010

    Vidéo: Les commémorations du génocide des Tutsi du Rwanda à Paris

    Par François Nazon

    Tous les 7 avril depuis 16 ans a lieu une commémoration du génocide des Tutsi du Rwanda à Paris, sur le Champs des Invalides. Organisée par l'association Ibuka, plusieurs associations et personnalités étaient présentes comme Alain Dolium ou l'UEJF.

    Depuis 16 ans, la communauté rwandaise se réunie le 7 avril à Paris, date des premiers massacres de Tutsi par les milices Hutu.

    Medecins du Monde, l’UEJF et le collectif Van

    Mercredi, à cotés du mur de la paix sur le Champ des Invalides, avaient répondu présents des représentants de Médecin du Monde, de l’UEJF, et du collectif Van, qui milite pour la reconnaissance de génocide arménien. Tous ont rappelé l’importance du devoir de mémoire face aux génocides, afin d’éviter qu’ils se reproduisent. Devant notre caméra, Séta Papazian, du collectif Vigilance arménienne contre le Négationisme, insiste sur le danger des tendances négationnistes: « Il faut les connaitre, les décrypter, afin de pouvoir les réfuter! »

    Alain Dolium: « De l’eau coulera sous les ponts » avant que le travail de mémoire soit fait

    Alain Dolium, s’est intéressé au rôle joué par la France pendant le génocide. « On le sait bien, nous autres français on a peut-être fait mine de ne pas voir ce qui se passait ». Quand on lui demande s’il espère un jour que les livres d’histoire évoqueront le rôle de la France dans le génocide, il répond que « de l’eau coulera sous les ponts, avant que cela se fasse ».Il conclut sur « la nécessité d’un travail de mémoire » sur le sujet.

    Pour en savoir plus, retrouvez l’interview de Patrick Saint-Exupéry dans le BD reportage de Jérémie Dres, sur StreetPress.

    Source: François Nazon | StreetPress

    Soutenez StreetPress, tant qu’il est encore temps.

    La bataille contre l’extrême droite est rude. Nous la menons de tout notre coeur, de toute notre âme, avec toute notre énergie. Rien ne nous fera reculer, ni l’adversité, ni les menaces. Car nous ne savons que trop bien ce qu’il peut arriver si Jordan Bardella prend la tête d’un gouvernement.

    Nous faisons tout notre possible pour empêcher cette bascule. Nous devons aussi anticiper le pire. Si l’extrême droite arrive au pouvoir, le travail sera encore plus important et les obstacles plus nombreux. Financiers, notamment.

    👉 Demain nous ne pourrons compter que sur votre soutien pour financer notre rédaction de 16 journalistes et vidéastes. Il nous faut convaincre dès à présent 7700 donateurs mensuels. Vous êtes à ce jour déjà 954 donateurs à nous soutenir chaque mois.

    Je fais un don mensuel à StreetPress   
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER