En ce moment

    08/04/2010

    Vidéo: Les commémorations du génocide des Tutsi du Rwanda à Paris

    Par François Nazon

    Tous les 7 avril depuis 16 ans a lieu une commémoration du génocide des Tutsi du Rwanda à Paris, sur le Champs des Invalides. Organisée par l'association Ibuka, plusieurs associations et personnalités étaient présentes comme Alain Dolium ou l'UEJF.

    Depuis 16 ans, la communauté rwandaise se réunie le 7 avril à Paris, date des premiers massacres de Tutsi par les milices Hutu.

    Medecins du Monde, l’UEJF et le collectif Van

    Mercredi, à cotés du mur de la paix sur le Champ des Invalides, avaient répondu présents des représentants de Médecin du Monde, de l’UEJF, et du collectif Van, qui milite pour la reconnaissance de génocide arménien. Tous ont rappelé l’importance du devoir de mémoire face aux génocides, afin d’éviter qu’ils se reproduisent. Devant notre caméra, Séta Papazian, du collectif Vigilance arménienne contre le Négationisme, insiste sur le danger des tendances négationnistes: « Il faut les connaitre, les décrypter, afin de pouvoir les réfuter! »

    Alain Dolium: « De l’eau coulera sous les ponts » avant que le travail de mémoire soit fait

    Alain Dolium, s’est intéressé au rôle joué par la France pendant le génocide. « On le sait bien, nous autres français on a peut-être fait mine de ne pas voir ce qui se passait ». Quand on lui demande s’il espère un jour que les livres d’histoire évoqueront le rôle de la France dans le génocide, il répond que « de l’eau coulera sous les ponts, avant que cela se fasse ».Il conclut sur « la nécessité d’un travail de mémoire » sur le sujet.

    Pour en savoir plus, retrouvez l’interview de Patrick Saint-Exupéry dans le BD reportage de Jérémie Dres, sur StreetPress.

    Source: François Nazon | StreetPress

    Cet article est à prix libre. Pour continuer la lecture, vous pouvez faire un don.

    StreetPress est un média indépendant qui repose sur les dons de ses lecteurs et lectrices. Pour bien finir l’année, aidez-nous à atteindre les 100 000 euros avant le 11 décembre. En savoir plus →

    Après déduction fiscale, un don de 30€ vous reviendra à 10€.

    Soutenir Streetpress Je fais un don
    mode payements
    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soient ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. StreetPress, c'est une équipe de 13 journalistes permanents, auxquels s'ajoute plusieurs dizaines de pigistes, photographes et illustrateurs.
    Soutenez StreetPress, faites un don à partir de 1 euro 💪🙏

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER