En ce moment

    22 / 09 / 2012

    Ici c'est Marseille !

    Fusillade métro Belleville : Les toutes dernières infos

    Par Robin D'Angelo

    "Des magouilleurs du quartier", "une moto", "une quinzaine d'impacts" : Les toutes dernières infos de la fusillade de Belleville (Paris), qui a fait 2 victimes. StreetPress est sur la scène de crime.

    Fusillade à Belleville. Vers 23h40, plusieurs coups de feu ont été tirés dans le quartier de Belleville à Paris (11e) laissant deux personnes sur le carreau. A 00h30 les équipes médicales étaient toujours sur place à l’angle des rues Bonnet et de l’Orillon, et dans les escaliers menant à la station de métro Belleville, distante d’une centaine de mètres. Le Parisien parle de “pronostic vital engagé” pour les deux victimes tandis qu’une source sur place évoque un homme touché à la cuisse et un autre gravement blessé.

    font color=red>> A lire : “Fusillade de Belleville : Le point 48 heures après”:http://www.streetpress.com/news/54146-fusillade-de-belleville-le-point-48-heures-apres

    Poursuite Sur StreetPress un témoin explique que deux hommes sur une moto ont déboulé dans la rue Bonnet, armés d’un fusil mitrailleur, avant d’ouvrir le feu. Le tireur serait descendu du véhicule pour tirer une quinzaine de balles sur ses victimes. D’après le temoin – qui a tout vu depuis son balcon, il aurait “visé les jambes” de sa première victime jusqu’à ce que le chargeur de sa mitraillette – “une scorpion ou une kalachnikov” – soit vide, laissant à sa deuxième cible le temps de s’échapper. S’en serait suivi une poursuite entre le tireur et sa deuxième cible dans la rue Bonnet. Elle se serait terminée par de nouveaux coups de feu dans les escaliers du métro Belleville, au pied du restaurant chinois Le Président. (“Une information démentie 48 heures après l’attaque”:http://www.streetpress.com/news/54146-fusillade-de-belleville-le-point-48-heures-apres )

    Le tireur serait reparti avec son chauffeur qui l’attendait à moto. D’après le Parisien, qui cite la RATP, un troisième complice se serait enfui dans la station de métro. (“Une information démentie 48 heures après l’attaque”:http://www.streetpress.com/news/54146-fusillade-de-belleville-le-point-48-heures-apres ) Le temoin, un homme d’une cinquantaine d’année qui habite depuis longtemps le quartier jure que la scène a duré “bien 3 minutes”. “J’ai eu la peur de ma vie !”

    font color=red>> A lire : “Fusillade de Belleville : Le point 48 heures après”:http://www.streetpress.com/news/54146-fusillade-de-belleville-le-point-48-heures-apres

    Règlement de comptes Autour de la scène du crime, la tension est palpable. Une cinquantaine de jeunes du quartier, dont certaines filles en pleurs, sont attroupés à proximité des bandeaux de la police. Un habitant de la rue l’Orillon explique qu’il croisait les victimes régulièrement au PMU : “un gros qui s’appelle Karim, et un membre de sa famille, Mohamed”. Une information que confirme un autre habitant du quartier. Les deux hommes n’auraient pas 30 ans.

    Le témoin assure que les deux victimes étaient bien connues des services de police. “Dans le quartier, tout le monde savaient qu’ils magouillaient”. Les rumeurs enflent à propos d’un règlement de comptes lié à une affaire de shit. L’homme qui a tout vu depuis son balcon, n’a pas souhaité témoigner à la police, “pour ne pas avoir d’embrouille.”

    Mise à jour: Le 23.09.2012 à 04h35

    On a choisi de faire bouger les lignes. Vous validez ?

    Depuis plus de 10 ans, nous assumons un regard et des engagements. Aujourd’hui, notre mission c’est d’avoir de l’impact. Particulièrement dans la crise actuelle, où les premiers à morfler sont les plus fragiles. Face à la pandémie, au confinement et à la crise économique qui l'accompagne, nous croyons encore plus à la nécessité de ce travail.

    Forcer le ministre de l’Intérieur à saisir la justice en mettant au jour les messages racistes échangés par des milliers de policiers sur des groupes Facebook. Provoquer une enquête de justice suite à la révélation d’un système de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris. Contraindre Franprix à cesser l’usage quasi illégal d'auto entrepreneurs durant le confinement...

    Nous recevons de plus en plus de pistes sur des sujets brûlants, mais nous manquons encore de moyens pour tout couvrir. L’idée n’est pas de se faire racheter par un milliardaire. Mais simplement de pouvoir faire appel à du renfort, lorsqu’un sujet le nécessite.

    Pour que cela continue, malgré la crise, nous avons sincèrement besoin de votre soutien.

    StreetPress doit réunir au moins 27.000€, avant le 4 décembre.
    Soutenez un média d’impact qui fait bouger les lignes.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER