En ce moment

    05/10/2012

    « ''3,50'' ! C'est le premier mot j'ai appris »

    Le jeune Rom de la semaine : Mitko, 27 ans, en CDI dans une entreprise de nettoyage

    Par Robin D'Angelo

    Quand Mitko est arrivé en France, le premier truc qu'il a fait, c'était de vendre des cigarettes au noir à Bagnolet. 8 ans après le gus est en CDI dans une entreprise de nettoyage. Et a eu le temps d'expérimenter une histoire d'amour compliquée.

    Quand on rencontre Mitko aux alentours du foyer de jeunes travailleurs où il vit à Saint-Ouen, il a le regard noir et la mine abattue. « J’ai quelques problèmes de santé en ce moment. »

    Avec sa voix hésitante et le regard fuyant, il raconte ses frustrations depuis qu’il est arrivé en France en 2004 : l’abandon de la Fac à cause du manque d’argent, la solitude au foyer de jeunes travailleurs, les galères au boulot…

    Mais Mitko retrouve la pêche quand il s’agit de parler de musique des Balkans et de ses souvenirs au bidonville de Bagnolet : « C’était vraiment super là-bas ! On se réunissait le soir autour du feu ! »

    Tu sors de l’hôpital. Qu’est-ce qui t’es arrivé ?

    J’ai une hernie discale. En fait, ça va faire presqu’un an que j’ai mal. C’est arrivé à mon travail, une entreprise de nettoyage de chantier. Dès que je portais les gravas, les bennes, ça passait pas…  Au bout de 6 mois je suis allé voir le médecin qui m’a dit que c’était grave. Là, je suis en arrêt maladie depuis le mois de mai. Ils ont essayé avec des médicaments, la kinésithérapie et cette semaine c’était les piqûres…

    Pourquoi tu as attendu si longtemps avant d’aller chez le médecin ?

    J’étais en période d’essai. Dès la première semaine j’ai commencé à avoir mal au dos. Mais je n’ai rien dit, parce que j’avais trop peur qu’ils ne me gardent pas. En fait, c’est grâce à eux que j’ai eu mes papiers. Ils m’ont fait une promesse d’embauche et c’est comme ça que j’ai pu avoir ma carte pour rester 10 ans sur le territoire. J’habitais dans un village d’insertion pour les Roms à Bagnolet. Mais quand ils l’ont fermé il y a deux ans, ils ont expulsé tous les Roms sans papiers qui y habitaient. Jusqu’au dernier moment, j’ai cru que ça allait m’arriver aussi. Mais grâce à cette embauche j’ai pu rester en France. C’est très très dur de trouver des entreprises qui veulent t’embaucher. Parce que le patron doit payer une taxe. Après la contrepartie pour ça, c’est qu’ils m’ont fait beaucoup travailler.

    T’as 27 ans, t’es célibataire, t’es dans une ville où il y a plein de filles : Comment ça se passe de ce côté là ?

    J’ai eu une copine il y a 4 ans. C’était une Algérienne. Elle était tous les jours dans un parc que je traversais pour aller rendre visite à ma soeur. J’arrêtais pas de la regarder. Et un jour pendant que je mangeais une glace, le fils de mon beau-frère m’a chambré en disant : « t’es pas gentil, t’as acheté de la glace que pour toi ! » Le lendemain on avait un paquet de glace pour tout le monde. Et c’est comme ça qu’on a commencé à parler !

    J’ai du rester 9 mois avec elle. Mais ça s’est terminé parce qu’elle n’était pas très claire. Elle mentait beaucoup. Elle ne m’avait pas dit qu’elle avait été mariée, qu’elle avait des enfants… Tout se passait en cachette.

    T’es déjà sorti avec une Française ?

    Non. Je n’ai jamais essayé. J’ai des amies Françaises. Mais tu vois, amie pas plus… Je ne sais pas pourquoi. Elle n’ont pas la même mentalité que nous. Pour ça je n’essaie pas. Il faut qu’on puisse se comprendre, qu’on ait les mêmes problèmes, les mêmes vies. Par exemple si je suis avec des amies françaises, on parle tout le temps de Paris, des transports… ce n’est pas très intéressant.

    Avant, mon rêve, c’était d’être avec une fille qui ne soit pas tsigane. Mais avec le temps, en grandissant, je me rends compte que je veux une tsigane. J’ai gardé mon côté tsigane.  Quand je ne vois pas de tsiganes, je m’ennuie trop ! Au bout d’une semaine, je dois aller à Bagnolet voir mes amis tsiganes sinon ça me manque trop ! Mes amis français, je ne peux pas aller chez eux sans prévenir, il faut prendre rendez-vous, que tu te demandes « peut-être qu’il dort », « peut-être qu’il n’est pas bien ». Chez mes amis tsiganes, t’ouvres la porte, direct. Tu peux les appeler à minuit, deux heures du matin, il n’y a pas de problèmes.


    Mitko, ze story :

    > 1985 : Naissance dans la région de Varna (Bulgarie)
    > 2004 : Diplôme en auto-mécanique en Bulgarie. Arrive en France au bidonville de Bagnolet où vivent ses parents depuis 1 an.
    > 2006 : Trouve une place avec sa famille dans un village d’insertion
    > 2008 : Etudie deux ans à l’Inalco. Gagne de l’argent à côté en faisant des tours en camionette pour récupérer des encombrants.
    > 2011 : S’installe dans un foyer de jeunes travailleurs. Employé dans une société de nettoyage en CDI.

    Avant, mon rêve, c’était d’être avec une fille qui ne soit pas tsigane

    Tu fais quoi les samedis soir ?

    Ca dépend quels amis sont libres. Des fois je passe la soirée à jouer du synthétiseur. Avec trois amis Français avec qui je vis au foyer de jeunes travailleurs. Ils aiment la musique balkanique alors on répète ensemble. Bon, comme ils ne sont pas super bons, ce sont eux qui me suivent.

    J’ai aussi un pote DJ qui mixe de la musique tsigane. Des fois je vais à des concerts avec lui.  Et des fois je mixe avec lui ! Mais ça  c’est juste pour le plaisir, moi ce que je veux c’est jouer dans un gros groupe. Mais là, je ne trouve personne pour faire des concerts. Mes amis du foyer de jeunes travailleurs, c’est un peu compliqué. On peut jouer un morceau mais pas un programme de deux heures .

    Tu te souviens du premier truc que tu as fait en arrivant à Paris en 2004 ?

    Je suis allé à la Tour Eiffel. Non … Ca c’était plus tard … Le premier le truc que j’ai fait c’était de vendre des cigarettes au noir à Bagnolet ! Je ne connaissais rien et mon beau frère m’a laissé des paquets et m’a juste appris à dire « 3,50 » ! C’est le premier mot j’ai appris ! Je disais juste « 3,50 » ! Les gens ils venaient me parler et je leur répétais « 3,50 » ! Ils me disaient « y’a la police, y’a la police » ! Je leur répondais « 3,50 » ! J’ai du vendre deux ou trois paquets ! Mais je ne l’ai fait qu’une fois. J’ai compris que c’était trop dangereux.

    Au moment de se quitter, on demande à Mitko s’il imagine retourner en Bulgarie où ses parents sont rentrés. Sa réponse est catégorique : « Non, c’est strictement impossible. J’ai construit ma vie ici, et je n’ai plus aucun ami en Bulgarie. »

    bqhidden. Au bout d’une semaine, je dois aller à Bagnolet voir mes amis tsiganes sinon ça me manque trop !

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER