En ce moment

    12/07/2011

    Tu veux mettre un(e) canon politisé(e) dans ton lit ?

    Le guide de la drague aux soirées jeunes du Parti Radical

    Par Lola Palmier

    Vendredi 8 juillet les jeunes centristes organisaient la soirée «Night Invasion : La Nouvelle Génération va faire fondre la glace ! ». Lola a tout essayé pour pécho un Borloo Boy: Suivez la guide !

    J – 3: Réserver sa place ou demander à un ami de préférence centriste de le faire pour vous (chez StreetPress on a Gauthier).

    J – 1: Se renseigner sur les divers courants de jeunes centristes pour pouvoir suivre les conversations.

    Le jour J :

    Etape 1 : avant de se rendre sur place

    1 Enfiler une tenue de soirée. Pour les mecs le costume s’impose et la cravate n’est pas en option, pour les filles robe de soirée de préférence griffée Chanel et talons.

    2 Manger ! Officiellement un « buffet estival » est prévu. Officieusement le buffet se compose de taboulé, de jambon et de pain de mie Leader Price. Avec en bonus des bananes, seul fruit présent et en quantité dans d’énormes saladiers. Gauthier étant bien sûr le seul convive à avoir souligné le coté phallique de la chose.


    Afficher Le QG des Borloo boys sur une carte plus grande

    Etape 2 : en bas des locaux des jeunes radicaux avec une bonne demi-heure de retard sur l’horaire indiqué

    1 Faire comme si on n’était pas étonné par la beauté du lieu. Le local des radicaux se trouve dans le premier arrondissement, 1 place Valois, dans un bel immeuble haussmannien qui donne sur une cour pavée, normal.

    2 Fumer une clope en papotant pour tâter le terrain, ou pour les non fumeurs regarder, écouter et sourire aux autres pendant qu’ils pourrissent leurs poumons. Là ne soyez pas surpris de les entendre dire en rigolant aux nouveaux entrants « Bienvenue dans la secte ! ».

    A la question ‘t’es encarté au parti ?’ répondre : ‘Non mais je suis curieux/se’

    Etape 3 : dans les locaux des jeunes radicaux

    1 Faire vérifier son nom sur la liste. Et oui c’est une soirée archi select’, on ne rentre pas si on n’a pas réservé.

    2 Encore une fois, faire comme si on n’était pas étonné par la beauté du lieu. Moulures au plafond, parquet et balcon, normal ! Ne pas faire attention non plus aux étranges imitations de Marianne version porno sur les murs.

    3 Se servir/ faire servir un verre. Du blanc ou du rouge en cubi au choix, c’est tout.

    4 Laissez la connaissance que vous vous serez faites en fumant vous présenter à tout le monde. Et oui c’est un petit monde les jeunes centristes tout le monde connaît tout le monde.

    5 « Quel âge avez-vous ? » « Quels sont vos horaires de travail ? » … Un voisin me met en garde: « Attention ce sont des questions pour savoir si tu es Francs-Maçons ». Je rigole sans vraiment savoir pourquoi.

    Etape 4 : toujours dans les locaux des jeunes radicaux mais depuis plus de 30 minutes

    1 Repérer sa cible. Si vous êtes une fille vous aurez l’embarras du choix la composition de la salle étant à 80% masculine. Seul petit bémol : à ces 80% il faut enlever 25% de vieux et 5% de gays.

    2 S’approcher de sa target, il/elle viendra vous parler tout seul sans que vous n’ayez rien à faire, trop content de voir une nouvelle tête. Un vrai bon plan pour les timides !


    Ambiance Paris Dernière chez les Borloo Boys

    3 Le/la laisser entamer la conversation. Une bonne astuce : à la question t’es encarté au parti ? répondre : Non mais je suis curieux/se… A votre cible de trouver comment combler votre curiosité.

    4 Aller faire un tour pour créer un peu de manque. Mais faire attention aux vieux qui commencent par un baise main, enchainent en vous disant que vous avez « la beauté du Diable », ce à quoi vous répondez avec un regard noir de rigueur. Mais ils ne lâchent rien: « alors c’est la beauté de l’ange !».

    5 Revenir en courant vers sa target.

    6 Laisser faire l’alcool, l’ambiance, la musique …

    7 Au moment du départ en boite pour la deuxième partie de soirée, l’accompagner boire un dernier verre … « Et c’est quoi ton 06 ? »

    bqhidden. Il viendra vous parler tout seul sans que vous n’ayez rien à faire, un vrai bon plan pour les timides !

    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soit ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. StreetPress, c'est une équipe de 13 journalistes permanents, auxquels s'ajoute plusieurs dizaines de pigistes, photographes et illustrateurs.
    Soutenez StreetPress, faites un don à partir de 1 euro 💪🙏

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER