En ce moment

    07/11/2012

    « Quelle est la différence entre les Mexicains d'Obama et nos arabes à nous ? »

    Au café politique de la « Droite forte » : blagues racistes, mamies peroxydées et jeunes premiers

    Par Carole Bailly

    Guillaume Peltier, Camille Bedin et Geoffroy Didier avaient donné rendez-vous à leurs troupes de «la Droite forte» mardi soir à Montrouge pour préparer la reconquista. « Ici on est Copé parce que Fillon est trop pacifique », explique une groupie.

    Où ? Rendez-vous au Bar du théâtre à Montrouge dans les Hauts-de-Seine (fief de Sarkozy oblige), six mois jour pour jour après la tragédie électorale du 6 mai. Comme les neg’marrons, les ultra-sarkozystes ont envie de faire le bilan du début de mandat « sans cap, sans vision et sans avenir » de François Hollande et d’évoquer pêle-mêle « le choc d’amateurisme », « l’obsession des loisirs » d’une France qui « ne veut plus bosser », Valérie« Tweetweiler », et la mère de famille banlieusarde à qui on va devoir expliquer que « le ministre de l’éducation veut légaliser les drogues. » Tout un programme !

    Les VIP inconnus : Ils sont jeunes, ils sont beaux, ils sentent bon la banlieue chaude (hum …), le trio infernal à l’origine du mouvement de la Droite Forte (Camille Bedin , Guillaume Peltier et Geoffroy Didier) était réuni ce soir-là pour le plus grand plaisir des militants – conquis bien que pas toujours très au fait de qui est qui.

    « Il est bien le petit jeune à cheveux là, comment il s’appelle déjà ? » demande un papi d’origine croate. Le petit jeune à cheveux c’est Geoffroy Didier, qui malgré un brushing spectaculaire, n’est pas encore très connu des militants (et s’est pris quelques jolis vents en arrivant dans le bar). Pas grave, car comme il le résume lui-même, la droite forte c’est avant tout « jeunesse, fougue et passion ».

    Il est bien le petit jeune à cheveux là, comment il s’appelle déjà ?

    Pourquoi ce rassemblement : Réanimer le corps du président déchu en transférant l’esprit de sa dépouille à Jean-François Copé. « Nicolas Sarkozy n’est pas mort ! » s’exclame Guillaume Peltier, qui reproche à certains d’avoir « trop vite tourné la page ». « Nous n’avons pas le droit d’oublier. »

    Le plan est simple pour Camille Bedin, un peu comme Stallone, elle pense qu’il « faut tout péter. » Bon, en fait il faut surtout voter. Voter pour la présidence de l’UMP le 18 novembre et sur ce point, pas de consigne de vote officielle bien que, Caroline, jeune militante de 26 ans le dise sans hésitation, « ici, on est Copé », « parce que Fillon est trop pacifique », ajoute Mariza, une mamie d’origine croate, «révolutionnaire depuis toujours ». Première dans l’histoire de l’UMP, les militants vont aussi voter pour un courant (six sont officiellement en lice dont la Droite Forte, le courant de Camille Bedin, Guillaume Peltier et Geoffroy Didier) qui bénéficieront de moyens financiers et de postes dans l’exécutif proportionnellement à leur score.

    Le public : La moyenne d’âge doit être d’environ 40 ans dans le bar. Mais le quinquagénaire se fait rare dans la salle, à peine deux ou trois : ici, tu es soit très jeune, soit très vieux. Côté bar, une flopée de jeunes militants, à peine la vingtaine, squattent le comptoir et boivent des bières en plaisantant. Une vitrine UMP des plus séduisante. « Vous êtes journaliste ? » me demande-t-on. Les vieux s’effacent et on me laisse en compagnie de Caroline (26 ans), Etienne (18 ans) et Nicolas (22 ans).

    Côté salle, des retraités ont pris d’assaut les premiers rangs, public fort enthousiaste et qui parle fort : « France Inter, c’est une horreur ! », « Les impôts, c’est maintenant ! » ou encore « Vive la peau noir ! » (lorsque l’on évoque Yannick Noah). Mais pour Guillaume Peltier les questions d’âge c’est dans la tête tout ça, il y a « des jeunes si vieux et des anciens si jeunes ».

    France Inter, c’est une horreur !


    Geoffroy Didier, en novembre 2011

    Les meilleures blagues : Pendant la discussion, les devinettes et les bons mots foisonnent. Idéal pour animer tes soirées entre amis. Best of : quel est le point commun entre Guillaume Peltier et François Hollande ? Le chiffre 36. L’un a 36 ans, l’autre 36 % dans les sondages. PTDR. Ou encore, « quelle est la différence entre les Mexicains d’Obama et nos arabes à nous ? » souffle une grand-mère blonde, brushing impeccable, à sa copine tout aussi blonde. « Les Mexicains sont chrétiens … et pas les arabes ! » Hum… l’abus de blague raciste peut être dangereux en société, à consommer avec modération donc…

    Le scandale : Une grand-mère en anorak furax vient agiter sa pochette plastique sous le nez de Marie, jeune militante de 19 ans. Que quoi, qu’est-ce ? Je tends l’oreille à l’affût du scandale. La militante zélée aurait apparemment été gentiment éconduite alors qu’elle offrait ses louables services aux Jeunes UMP. Et elle n’en démord pas, on n’a pas voulu d’elle à cause de son âge. Alors, après le racisme anti-blanc, le racisme anti-vieux ?

    Bilan de la soirée : De la bière pas trop chère (3,60 le demi), du beau gosse UMP, des baby Hortefeux en veux-tu en voilà. Un sacré mardi soir en mode « Sarko, métro, dodo ».

    Les Mexicains sont chrétiens … et pas les arabes !

    Edit 7.11 14h46 : Changement du dernier paragraphe. Suppression de la blague raciste sur Yannick Noah « vive la peau noire ! », parce qu’elle nous a vraiment pas faire rire.

    Cet article est à prix libre. Pour continuer la lecture, vous pouvez faire un don.

    StreetPress est un média indépendant qui repose sur les dons de ses lecteurs et lectrices. Pour bien finir l’année, aidez-nous à atteindre les 100 000 euros avant le 11 décembre. En savoir plus →

    Après déduction fiscale, un don de 30€ vous reviendra à 10€.

    Soutenir Streetpress Je fais un don
    mode payements
    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soient ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. StreetPress, c'est une équipe de 13 journalistes permanents, auxquels s'ajoute plusieurs dizaines de pigistes, photographes et illustrateurs.
    Soutenez StreetPress, faites un don à partir de 1 euro 💪🙏

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER