En ce moment

    01/06/2010

    Journée mondiale sans tabac: Où squatter le plus de clopes à Paris?

    Par Marine Selles

    Le 31 mai c'était la journée mondiale sans tabac. Pour l'occasion, deux journalistes de StreetPress ont taxé des cigarettes pendant 1h30 à 3 endroits de Paris. Résultat: mieux vaut être une fille et aller dans les quartiers populaires.

    Lundi 31 mai, c’était la journée mondiale sans tabac. Marine et Jacques, nos journalistes d’investigation, en ont déduit que c’était le meilleur moment pour aller taxer des cigarettes et se livrer à un concours. Le défi: 3 lieux, 2 techniques, et 15 minutes pour récolter un maximum de clopes. Histoire de voir qui du garçon ou de la fille a le plus de succès, et à quels endroits.

    Le charme VS la tchatche

    Trois lieux sont passés au banc d’essai: Les Halles (rue Lescot), la Place de Clichy et la rue Clerc, métro La Tour Maubourg. En résumé, un lieu plutôt touristique et populaire, un autre très populaire, et une rue huppée du 7ème arrondissement de Paris. Les 3 entre midi et 15h.

    Deux techniques différentes ont été essayées par Marine et Jacques. Quand l’une jouait de ses charmes avec un malicieux « excusez-moi, vous n’auriez pas une cigarette », l’autre, fort de son expérience de taxeur devant la rédaction de StreetPress, proposait aux badauds de leur acheter une cigarette, 20 centimes en main, prétextant, à ceux qui avaient le malheur d’hésiter une seconde, qu’il avait « arrêté et ne voulait pas acheter un paquet entier ».

    Alors d’après vous, qui aura réussi à taxer le plus de clopes? Et quels auront été les meilleurs spots parisiens ?

    9,54 euros par heure

    En 3 fois quinze minutes (chaqu’un), ils ont reussi à taxer 53 cigarettes. Avec 3 clopes de plus au compteur, Marine emporte le match, serré: 8/7, 11/11, 9/7. Le premier enseignement à tirer, c’est finalement la relative facilité avec laquelle on peut récolter des clopes. Si on s’amuse à faire un petit calcul, 53 cigarettes en 1h30, cela fait 0,58 cigarette par minute. A 27 centimes d’euros la cigarette, (sur la base du paquet à 5,40 euros), ce sont 9,54 euros gagnés chaque heure. Soit plus de 27% qu’un smic, à 6,96€/h net.

    L’autre enseignement de la journée: pour les mecs tous les efforts du monde ne vous rendront pas plus efficaces qu’une fille mignonne et souriante. L’inégalité homme/femme existe toujours bel et bien.

    Le 7ème, les Halles ou le XVIIIème ?

    Question géographie: La plus grosse différence de cigarettes taxées s’est faite chez les bourges, dans le 7ème : 9 à 7 pour Marine. Jacques y a mis 5 minutes avant d’obtenir sa première clope. L’humour n’avait apparement aucun effet chez les cadres en costard, à part celui de lui faire perdre son précieux temps pour multiplier les cibles.De son coté, Marine a enchainé les “résultats positifs”, bien que ce spot était le moins fréquenté des 3. C’est ici aussi que Jacques a dû lâcher, pour la seule et unique fois, ses 20 centimes à une jeune du quartier.

    Le lieu le plus prolifique: Place de Clichy. Et là-bas pas de discrimination, avec 11 cigarettes partout. Petit bémol, c’est aussi là que le plus de cigarettes bon marché – Basic ou Fortune – ont été récoltées. Marine s’y ait faite aussi beaucoup plus draguer qu’ailleurs, ce qui lui a fait perdre quelques précieuses secondes pour battre définitivement Jacques!

    Les Halles, contrairement aux préjugés, ne sont pas un lieu où les jeunes fument beaucoup. Pas mal de touristes anglophones “sain et sportifs “ et de jeunes en baggy, tout aussi clean des poumons, qui s’excusaient presque de ne pas fumer. Mais c’est aussi là que Jacques a réussi à un récolter 2 cigarettes, tellement un jeune a eu pitié de lui.


    Afficher Où taxer des clopes à Paris ? sur une carte plus grande




    Source: Jacques Torrance et Marine Selles | StreetPress

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit. Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société. Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, soutenez StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    En savoir plus sur Streetpress

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER