En ce moment

    11/03/2013

    « De l'électricité propre à Fukushima »

    Katou Katsuichi lance une nouvelle centrale électrique à Fukushima

    Par Romain Le Jeune

    Les habitants, réunis en comité local, ont réfléchi ensemble à des solutions pour sauver le village. Et ils ont trouvé une idée : une nouvelle centrale !

    Situés à une quinzaine de kilomètres de la ville de Fukushima, les thermes de Tsuchiyu ont subi de plein fouet la chute du tourisme. En l’espace d’un an, la fréquentation des hôtels a baissé de 65 %. Six des seize résidences du petit village ont déjà jeté l’éponge. Le nombre d’échoppes mettant la clé sous la porte ne cesse d’augmenter.

    Pourtant, les habitants ne baissent pas les bras. Réunis en comité local, ils ont réfléchi ensemble à des solutions pour sauver le village. Et ils ont trouvé une idée.

    Centrale électrique Après la catastrophe de Fukushima, la majorité des réacteurs nucléaires nippons ont été mis à l’arrêt, plaçant, de fait, le pays en situation de pénurie chronique d’électricité. Dans ce contexte, l’accent est mis sur les énergies alternatives. Justement, le petit village de Tsuchiyu possède un atout inatendu : ses sources naturelles d’eau chaude.

    En octobre dernier, les habitants ont créé une entreprise coopérative en vue d’implanter une centrale électrique sur la source principale jaillissant à 155°C. A terme, les turbines activées par la vapeur de la source devraient produire entre 200 et 400 kilowatts d’électricité (une puissance équivalente à celle d’une éolienne). « Ça représente un investissement entre 3 et 6 millions d’euros, explique Katou Katsuichi, le président du comité local. La centrale devrait être rentabilisée en 10 ans. » Ensuite, l’argent gagné servira à participer au redressement du village.

    Tourisme Le président du comité voit déjà plus loin : « Cette centrale sera aussi une opportunité de changer notre image auprès des touristes. On peut envisager une forme de tourisme industriel, les gens venant apprendre au sujet de la production d’électricité. »

    Cerise sur le gâteau, le système de refroidissement de la centrale produira de l’eau chaude qui pourrait être utilisée pour développer de nouvelles cultures sous serre dans le village de montagne. Alors, bientôt des oranges de Tsuchiyu ? « Pas des oranges, des mangues », sourit le président du comité.


    Katou Katsuichi

    CLIQUEZ POUR DECOUVRIR TOUS LES PORTRAITS DE FUKUSHIMA :








    Les portraits

    « De l’électricité propre à Fukushima » Katou Katsuichi lance une nouvelle centrale électrique à Fukushima

    « Du tourisme en zone irradiée » Shinobu Nakazato va ouvrir une chambre d’hôtes à Fukushima

    « On a choisi de venir quand même » Massanori et Yoshié Kobayashi ont déménagé à Fukushima après la catastrophe

    « Bien sûr, on va faire un vin atomique ! » Motohiro Seki et Seiji Saito viennent de planter un vignoble à Fukushima

    « Maintenant, ils ont pris l’habitude » Setsuko Kurihara dirige la crèche de Fukushima

    « Ici les légumes sont plus sûrs qu’ailleurs » Noboru Saito fait la promotion des légumes made in Fukushima

    Cet article est à prix libre. Pour continuer la lecture, vous pouvez faire un don.

    StreetPress est un média indépendant qui repose sur les dons de ses lecteurs et lectrices. Pour bien finir l’année, aidez-nous à atteindre les 100 000 euros avant le 11 décembre. En savoir plus →

    Après déduction fiscale, un don de 30€ vous reviendra à 10€.

    Soutenir Streetpress Je fais un don
    mode payements
    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soient ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. StreetPress, c'est une équipe de 13 journalistes permanents, auxquels s'ajoute plusieurs dizaines de pigistes, photographes et illustrateurs.
    Soutenez StreetPress, faites un don à partir de 1 euro 💪🙏

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER