En ce moment

    11/03/2013

    « Maintenant, ils ont pris l'habitude »

    Setsuko Kurihara dirige la crèche de Fukushima

    Par Romain Le Jeune

    Pour protéger les enfants de la crèche, la nourriture est importée et les enfants ne sont pas autorisés à sortir jouer dans la cour plus d'une heure par jour. Un combat de tous les instants pour la directrice.

    Au milieu de la cour de la crèche, un compteur affiche, en temps réel, le taux de radiation dans l’air. Ce matin de mars, le taux est presque normal: 130 nanosievert/heure. A peine supérieur à la moyenne française.

    Ici, plus qu’ailleurs, la lutte contre les radiations est un combat de tous les instants. Les enfants sont la population la plus affectée par la radioactivité. Alors, depuis deux ans, Setsuko Kurihara, la directrice de la crèche, met tout en œuvre pour les protéger.

    importation « La nourriture est importée des autres régions. Elle est testée avant et après préparation, explique celle qui a commencé sa carrière d’enseignante il y a 38 ans. Nous avons aussi des purificateurs d’air dans chaque pièce. » Les bâtiments de l’école, construits après la catastrophe, ont été conçus pour offrir une meilleure protection pour les enfants. « Tous les matériaux utilisés provenaient d’autres régions du Japon, explique la directrice. On a aussi prévu des salles de jeux plus vastes pour permettre aux enfants de se défouler à l’intérieur. »

    Après la catastrophe, l’école a fermé pendant un mois. Au moment de la reprise, plusieurs enfants avaient des difficultés à dormir. Les enseignants se sont chargés de leur expliquer, en image, la situation. « Nous leur avons dit qu’il y avait une sorte de poison à l’extérieur. Et qu’ils devaient faire attention. Mais on a aussi insisté pour qu’ils continuent à manger. » Les enseignants ont aussi inventé des jeux pour que les enfants puissent faire des activités physiques à l’intérieur.

    habitude Depuis avril dernier, en accord avec les parents, la crèche a assoupli ses règles. Les enfants sont désormais autorisés à sortir jouer dans la cour, pas plus d’une heure par jour. Pour autant, la directrice ne relâche pas son attention : « Ce qui me fait peur, c’est que les gens commencent à trouver la radioactivité normale. Au début, ils faisaient très attention et maintenant, ils ont pris l’habitude. »


    Setsuko Kurihara

    Cliquez pour découvrir TOus LES PORTRAITS DE FUKUSHIMA :








    Les portraits

    « De l’électricité propre à Fukushima » Katou Katsuichi lance une nouvelle centrale électrique à Fukushima

    « Du tourisme en zone irradiée » Shinobu Nakazato va ouvrir une chambre d’hôtes à Fukushima

    « On a choisi de venir quand même » Massanori et Yoshié Kobayashi ont déménagé à Fukushima après la catastrophe

    « Bien sûr, on va faire un vin atomique ! » Motohiro Seki et Seiji Saito viennent de planter un vignoble à Fukushima

    « Maintenant, ils ont pris l’habitude » Setsuko Kurihara dirige la crèche de Fukushima

    « Ici les légumes sont plus sûrs qu’ailleurs » Noboru Saito fait la promotion des légumes made in Fukushima

    Cet article est à prix libre. Pour continuer la lecture, vous pouvez faire un don.

    StreetPress est un média indépendant qui repose sur les dons de ses lecteurs et lectrices. Pour bien finir l’année, aidez-nous à atteindre les 100 000 euros avant le 11 décembre. En savoir plus →

    Après déduction fiscale, un don de 30€ vous reviendra à 10€.

    Soutenir Streetpress Je fais un don
    mode payements
    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soient ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. StreetPress, c'est une équipe de 13 journalistes permanents, auxquels s'ajoute plusieurs dizaines de pigistes, photographes et illustrateurs.
    Soutenez StreetPress, faites un don à partir de 1 euro 💪🙏

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER