En ce moment

    11/03/2013

    « Du tourisme en zone irradiée »

    Shinobu Nakazato va ouvrir une chambre d'hôtes à Fukushima

    Par Romain Le Jeune

    Dans quelques semaines, les premiers clients passeront la porte de la chambre d'hôtes. Shinobu Nakazato espère leur faire oublier la radioactivité.

    Le soleil hivernal perce à travers les portes coulissantes du salon. Agenouillé autour de la table basse, Shinobu Nakazato sert le thé et les petits gâteaux. Dans quelques semaines, ses premiers clients s’assiéront dans le salon de sa magnifique maison traditionnelle japonaise.

    Alors que l’activité touristique est en chute libre dans la région, le jeune homme a décidé d’ouvrir sa propre chambre d’hôte à la frontière de la zone évacuée après la catastrophe nucléaire. « Ce ne sera pas un lieu comme un autre, assure-t-il en faisant visiter les deux chambres dédiées aux visiteurs. Je veux offrir l’occasion aux gens de découvrir un autre visage de Fukushima. »

    Aides Pour développer son projet, le fermier a bénéficié d’aides financières pour la revitalisation de Fukushima. 25 000 euros qui lui ont permis de rénover sa maison et de la mettre aux normes d’accueil touristique.
    Dans une partie de la bâtisse, il envisage de créer un petit café. « Un lieu d’échange et de discussion, explique le natif des îles tropicales du sud du Japon. Les touristes pourront rencontrer les gens du coin et découvrir comment la vie se passe ici. »

    Découverte Est-ce que les touristes voudront venir à la frontière de la zone évacuée ? « Ce ne sera pas des touristes comme les autres, admet-il, dans un sourire. Ce seront des gens qui veulent aider Fukushima et qui veulent découvrir véritablement quelle est la situation ici. »
    Lui-même avoue ne pas vraiment se soucier de la radioactivité. « Les niveaux sont identiques depuis un an et demi, note-t-il. Je m’y suis habitué. J’y pense parfois lorsque je regarde la forêt et que je pense aux champignons et au gibier que l’on ne peut plus consommer. »
    Sur le pas de porte, il désigne les collines alentours. « L’été toute la campagne est couverte de fleurs. Ici, les gens pourront redécouvrir le mode de vie traditionnel japonais, participer aux travaux des champs. Oublier un peu la ville. » Le défi sera aussi de leur faire oublier la radioactivité.


    Shinobu Nakazato

    CLIQUEZ POUR DECOUVRIR TOUS LES PORTRAITS DE FUKUSHIMA :








    Les portraits

    « De l’électricité propre à Fukushima » Katou Katsuichi lance une nouvelle centrale électrique à Fukushima

    « Du tourisme en zone irradiée » Shinobu Nakazato va ouvrir une chambre d’hôtes à Fukushima

    « On a choisi de venir quand même » Massanori et Yoshié Kobayashi ont déménagé à Fukushima après la catastrophe

    « Bien sûr, on va faire un vin atomique ! » Motohiro Seki et Seiji Saito viennent de planter un vignoble à Fukushima

    « Maintenant, ils ont pris l’habitude » Setsuko Kurihara dirige la crèche de Fukushima

    « Ici les légumes sont plus sûrs qu’ailleurs » Noboru Saito fait la promotion des légumes made in Fukushima

    Cet article est à prix libre. Pour continuer la lecture, vous pouvez faire un don.

    StreetPress est un média indépendant qui repose sur les dons de ses lecteurs et lectrices. Pour bien finir l’année, aidez-nous à atteindre les 100 000 euros avant le 11 décembre. En savoir plus →

    Après déduction fiscale, un don de 30€ vous reviendra à 10€.

    Soutenir Streetpress Je fais un don
    mode payements
    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soient ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. StreetPress, c'est une équipe de 13 journalistes permanents, auxquels s'ajoute plusieurs dizaines de pigistes, photographes et illustrateurs.
    Soutenez StreetPress, faites un don à partir de 1 euro 💪🙏

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER