En ce moment

    24/05/2013

    Suite aux révélations de StreetPress, la SNCF supprime un post de blog compromettant

    Par Johan Weisz

    Jeudi StreetPress révélait que le concours « Choisissez l'ambiance musicale de votre gare ! », lancé par Transilien cachait un dispositif anti-jeunes. Vendredi, l'entreprise avait déjà retiré un post de blog de 2012 détaillant le dispositif.

    “La SNCF”:http://www.streetpress.com/tag/hassan-sehef nous prend-elle pour des jambons ? Au lendemain de la publication de l’enquête de StreetPress sur le lancement d’un dispositif anti-jeunes généralisé aux gares RER et Transilien des lignes A et J, l’entreprise a supprimé le post de blog qu’elle avait publié l’an passé et qui détaillait le dispositif.

    > Lire notre article d’hier :RER : Un concours musical pour faire accepter un dispositif anti jeunes”:http://www.streetpress.com/sujet/90899-rer-un-concours-musical-pour-faire-accepter-un-dispositif-anti-jeunes

    Petit rappel : Hier, un article de StreetPress s’intéressait au jeu concours musical lancé cette semaine par Transilien, à grand renfort de communication : Le jeu concours propose aux passagers de voter pour le morceau de musique classique qu’ils souhaitent écouter dans leur gare. Et les responsables de la SNCF de présenter le projet en prétendant que ce sont les passagers qui ont les premiers exprimé une « envie » de musique classique lors d’ « interviews » et après une « première expérimentation ».

    Sauf que l’expérimentation en question, détaillée en 2012 sur un blog institutionnel de Transilien, expliquait le véritable objectif de l’installation de musique classique : « rétablir l’ordre » dans les gares, en cas d’attroupements de jeunes : « Dorénavant, quand les agents constatent qu’un groupe de jeunes vient semer le trouble, ils peuvent diffuser de la musique classique », pouvait-ton lire sur ce billet publié le 31 mai 2012, qui ajoutait :

    « Figurez-vous que ça marche ! Soumettre ces personnes à des airs auxquels ils ne sont pas habitués a le mérite de les faire fuir. »

    Surprise ce matin : Au lendemain de la publication de notre enquête, la SNCF a (bizzarement) supprimé le post de blog en question. Evidemment, la page est toujours visible via le cache de Google. Et comme on est bonne poire, on vous met ci-dessous l’impression d’écran et la copie du texte du post « De la musique classique pour rétablir l’ordre ». A lire, en écoutant du Chopin ou du Vivaldi. C’est vous qui choisissez :

    Vivaldi et Chopin, pour « améliorer l’ambiance » dans les gares

    « DE LA MUSIQUE CLASSIQUE POUR RÉTABLIR L’ORDRE

    Bonjour à tous, nous menons de nombreuses actions pour faire face aux incivilités.

    Sûreté ne rime pas toujours avec répression et l’initiative dont je vais vous parler, l’illustre très bien.

    A la suite d’un voyage à l’étranger, l’un de nos agents de la SUGE, nous a sollicité pour nous présenter une idée.

    Lors de ses nombreuses interventions, il constate que régulièrement, il doit intervenir pour disperser des groupes de jeunes qui s’agglutinent soit au niveau des barrières des Contrôles Automatiques des Billets (CAB), soit devant les bornes libre service, ou bien devant les accès réservés aux poussettes et personnes à mobilité réduite.

    Ces groupes de personnes utilisent les gares comme des lieux de squatte et les comportements qui vont avec (fumer, cracher, crier, chahuter et écouter de la musique, etc..) affectent l’ordre publique et instaure un sentiment d’insécurité.

    La gare doit rester un lieu de passage, agréable et les voyageurs ne devraient pas être confrontés à ce type de comportement.

    Donc comme se qui ce fait au Canada, où cette solution a été utilisée avec un certain succès, nous avons souhaité expérimenter sa proposition dans certaines de nos gares.

    Dorénavant, quand les agents constatent qu’un groupe de jeunes vient semer le trouble, ils peuvent diffuser de la musique classique.

    Figurez-vous que ça marche ! Soumettre ces personnes à des airs auxquels ils ne sont pas habitués a le mérite de les faire fuir.

    Nous avons donc commencé à tester cette formule depuis quelques temps.

    Dès que nous aurons pu mesurer les bienfaits de la musique classique dans nos gares sur une période plus ou moins longue, nous généraliserons ou pas ce dispositif à l’ensemble des gares.

    A ce jour, il faut savoir que cette solution a fait ses preuves dans d’autres pays (Danemark, Allemagne,…).

    En dehors de l’analyse des résultats attendus, l’idée est très intéressante car son coût de mise en place est peu élevé. Au niveau des installations, elles sont déjà présentes et pour les droits de diffusion, l’idée est de choisir des œuvres tombées dans le domaine public.

    Si les résultats s’avèrent vraiment bons, il ne devrait pas y avoir de frein pour une généralisation rapide de ce dispositif.

    Bien évidement, les interventions de la SUGE ne sont pas suspendues pour autant. Mais vous le savez comme moi, nous ne pouvons pas avoir une équipe dans toutes les gares en même temps. Et ce genre d’initiative peut nous permettre d’enrayer ce phénomène de groupe que nous rencontrons dans les gares. »

    «A la suite d’un voyage à l’étranger, l’un de nos agents de la SUGE, nous a sollicité pour nous présenter une idée»

    bqhidden. «Figurez-vous que ça marche ! Soumettre ces personnes à des airs auxquels ils ne sont pas habitués a le mérite de les faire fuir»

    Pour continuer le combat contre l’extrême droite, on a besoin de vous

    Face au péril, nous nous sommes levés. Entre le soir de la dissolution et le second tour des législatives, StreetPress a publié plus de 60 enquêtes. Nos révélations ont été reprises par la quasi-totalité des médias français et notre travail cité dans plusieurs grands journaux étrangers. Nous avons aussi été à l’initiative des deux grands rassemblements contre l’extrême droite, réunissant plus de 90.000 personnes sur la place de la République.

    StreetPress, parce qu'il est rigoureux dans son travail et sur de ses valeurs, est un média utile. D’autres batailles nous attendent. Car le 7 juillet n’a pas été une victoire, simplement un sursis. Marine Le Pen et ses 142 députés préparent déjà le coup d’après. Nous aussi nous devons construire l’avenir.

    Nous avons besoin de renforcer StreetPress et garantir son indépendance. Faites aujourd’hui un don mensuel, même modeste. Grâce à ces dons récurrents, nous pouvons nous projeter. C’est la condition pour avoir un impact démultiplié dans les mois à venir.

    Ni l’adversité, ni les menaces ne nous feront reculer. Nous avons besoin de votre soutien pour avancer, anticiper, et nous préparer aux batailles à venir.

    Je fais un don mensuel à StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER