En ce moment

    22 / 11 / 2013

    On vous fait visiter le disque dur de la banlieue

    Fracture numérique, WTF ?

    Par StreetPress

    StreetPress pose son dossier « l'Internet dans les quartiers », en partenariat avec « la Fonderie, l'agence numérique d'Île-de-France ».

    Fracture numérique Sous ces mots qu’on jurerait écrits en 1995 pour un discours de Jacques Chirac (le WTF en moins), difficile de trouver une définition ne serait-ce que partielle. La formule se veut juste un raccourci accrocheur pour associer quartiers, internet et société, soit autant de sujets qui demanderaient peut-être plus qu’une métaphore traumatologique.

    Ils méritent d’ailleurs d’être précisés : en parlant de quartiers, à Nanterre ou à Aubervilliers où nous ont menés nos reportages, on évoque autant les pavillons que les barres d’immeubles, les retraités que les gamins. En parlant d’internet, on s’attarde aussi bien sur son usage pour les démarches administratives que sur les heures passées sur Instagram ou CandyCrush. Sans oublier qu’explorer le web, c’est aussi explorer la société et que, pour nous, une partie du futur de la France de demain se joue sur le WWW.

    Alors qu’est discuté en ce moment au parlement le « projet de loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine », StreetPress fait le focus sur le numérique dans les quartiers : Comment les habitants des quartiers populaires utilisent-ils le web ? Les politiques d’inclusion numérique ont-ils un impact socio-économique sur nos quartiers ?

    Soutenue par La Fonderie, agence numérique d’Île de France, pour la réalisation de ce dossier, la rédaction de StreetPress s’est promenée dans les départements en 9-quelque-chose et vous fait visiter le disque dur de la banlieue parisienne.

    font size=+1>Retrouvez le sommaire du dossier :

    font size=+1>Déjà en ligne :

    > iPad, vieux PC ou Nintendo DS : dans l’intimité numérique des habitants des quartiers

    6 foyers équipés (ou pas) posent pour StreetPress

    font color=grey>Depuis qu’ils utilisent Skype, Fatima et Mohamed, retraités, ont l’impression de « boire le café » chaque semaine avec la famille restée en Algérie. Abdou, 21 ans, passe toute la journée sur Instagram avec son iPhone.

    center>

    > La cité « Pablo Picasso » est-elle 2.0 ?

    Au cybercafé, c’est la crise : « tout le monde a un PC ! »

    font color=grey>« Pablo Picasso », 14.000 habitants qui résident à 99,5% en H.L.M. Une cité désormais reliée à la fibre, suréquipée en espaces numériques. Mais est-ce que le très haut débit change quelque chose pour des habitants très marginalisés socialement ?

    center>

    > “FOCUS #1 : A Montreuil, 28 recrues apprennent le code dans un « camp d’entraînement »”:http://www.streetpress.com/sujet/115449-a-montreuil-28-recrues-apprennent-le-code-dans-un-camp-d-entrainement

    Retour à Simplon, l’école qui paie ses étudiants pour monter des start-ups solidaires

    font color=grey>Apprendre le code pour développer des start-ups solidaires, le tout en étant rémunéré et en favorisant l’insertion professionnelle. C’est le pari de Simplon, « une fabrique de codeurs entrepreneurs » à Montreuil (93).

    center>

    > “FOCUS #2 : Booska P, la petite startup du rap français”:http://www.streetpress.com/sujet/116776-le-site-booska-p-defend-le-rap-made-in-france

    A Courcouronnes, la startup de Fif, Amadou et Alexis séduit plus d’un million d’internautes

    font color=grey>«Le rap est la musique la plus écoutée mais on ne nous respecte pas» s’agace Fif, 30 ans, fondateur du site Booska-P. Du référencement au montage vidéo, il a tout appris sur le tas. Aujourd’hui sa startup fait 300.000€ de chiffre d’affaires.

    font color=red>Mercredi 4.12 :

    > “Dans les quartiers, le succès des espaces publics numériques malgré l’absence de stratégie”:http://www.streetpress.com/sujet/117574-aide-au-cv-surf-cours-d-anglais-on-fait-de-tout-dans-les-espaces-publics-numeriques

    Depuis 15 ans, ces cyber espaces accueillent les déclassés du numérique. Mais pour quoi faire ?

    Initiés par Jospin au tournant des années 2000, les 4.700 espaces publics numériques devaient disparaître une fois la « fracture numérique » résorbée. StreetPress dresse le bilan, sur le terrain, de 15 ans de politiques publiques du numérique.

    font color=red>Mercredi 11.12 :

    > “Un smartphone dans la caravane”:http://www.streetpress.com/sujet/118301-un-smartphone-dans-la-caravane

    Les gens du voyage développent leurs entreprises grâce aux applis mobiles

    Longtemps éloignés de l’internet fixe, les gens du voyage se servent aujourd’hui des technos mobiles pour développer leurs business. Des pratiques tellement efficaces qu’une association d’insertion en a tiré une formation.

    font color=red>Lundi 16.12 :

    > “Maissam, 14 ans et 4.000 fans pour ses «chroniques d’une bomba»”:http://www.streetpress.com/sujet/118854-maissam-14-ans-et-4-000-fans-pour-ses-chroniques-d-une-bomba

    Chez les miss des quartiers, le carton des «chroniques»

    Sur Facebook, Maissam, 14 ans, raconte l’histoire de Thalya, jeune brésilienne amoureuse d’un chef de gang. Une page que la collégienne et ses « administratrices » gèrent en vraies pros de la com’ : cliffhangers, concours…

    font color=red>Lundi 16.12 :

    > “A la cité des Larris (94), on parie sur le web pour créer du lien social”:http://www.streetpress.com/sujet/118840-a-la-cite-des-larris-94-on-parie-sur-le-web-pour-creer-du-lien-social

    On a suivi un cours d’informatique pour retraités

    Des ordis à prix cassés, des cafés-débats sur le numérique et des ateliers où les seniors apprennent à naviguer sur le web : A Fontenay-sous-Bois on espère que le WWW peut recréer du lien dans la cité.

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit.

    Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société.

    Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, devenez supporter de StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER