Le pire de la presse d'extrême droite, spéciale quenelle

Le pire de la presse d'extrême droite, spéciale quenelle

« Dieudonné, plus grand humoriste français depuis le regretté Pierre Desproges »

La Pastille Vichy | Pastille Vichy | par | 10 Janvier 2014

Le pire de la presse d'extrême droite, spéciale quenelle

La presse d'extrême-droite est divisée à propos de la quenelle : si Rivarol encense le courage de Dieudonné, les marinistes de Minute tirent à boulets rouges sur « le Parti de la Quenelle seul mouvement Black-Blanc-Beur de France ».

Si les médias mainstream sont unanimes à condamner Dieudonné, la presse nationaliste s’entre-déchire sur le sujet. Pour les uns, Dieudonné a réalisé un tour de force en propageant ses idées extrémistes au cœur du système. Pour les autres, Dieudo incarne la France des communautés, multiculturaliste, qui invoque la liberté d’expression uniquement quand ça l’arrange. Revue de presse.

Les articles les plus enthousiastes de la semaine sur Dieudonné sont à lire dans le Rivarol du 9 janvier. « Vive la quenelle ! » s’exalte le chroniqueur vedette Robert Spieler tandis que Jérôme Bourbon – le red’chef, qualifie Dieudonné de « plus grand humoriste français depuis le regretté Pierre Desproges ». Plus surprenant, l’éditorialiste François-Xavier Rochette est, lui, subjugué par « son élégante épouse Noémie Montagne ».

Dieudonné est un ami du journal pétainiste Rivarol à qui il avait accordé un long entretien en 2011. En plein quenelle-gate, la rédaction rappelle pourquoi elle « admire » et exprime « toute sa sympathie » à l’interprète de Shoananas :

« Dieudonné a réussi le tour de force de faire connaître l’intellectuel révisionniste [Robert Faurisson] à un public nombreux tout en parvenant à accroître son audience : l’insolence au service de la diffusion d’un très important combat intellectuel ! »

Car pour l’hebdo pétainiste :

« La question du révisionnisme historique départage ceux qui font partie du système et ceux qui s’y opposent. La Shoah est en effet la clef de voûte du nouvel ordre mondial »

Rivarol dénonce aussi « la nuit de cristal contre les mîmes » et « l’offensive juive » qui veut « enfiler de force » un costard de nazi à Dieudonné :

« Tout est organisé pour le salir, le détruire socialement, professionnellement, et, qui sait, physiquement. »

« On sait maintenant de façon certaine qui dirige la France, qui donne les ordres tant aux politiques qu’aux médias », se délecte Jérôme Bourbon pour qui François Hollande – « petit caniche à rubans de Roger Cukierman (le président du Crif, ndlr) » – et Manuel Valls, « qui porte occasionnellement la Kippa »,  ont exécuté « sur-le-champ les desseins du grand Sanhédrin ».


Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Manuel Valls, qui porte occasionnellement la Kippa

Les articles les plus hostiles à Dieudonné sont à lire dans Minute « L’hebdo politiquement incorrect » prend le positionnement inverse de Rivarol en dézinguant à tout va la quenelle, « un geste parfaitement indigeste ». Le journal, qui colle à la nouvelle ligne mariniste, va jusqu’à dénoncer l’antisémitisme de Dieudonné et trouve même « à gerber » qu’il invite sur scène Robert Faurisson ou faire applaudir le nom de Youssouf Fofana ! Mais Minute n’est pas à une contradiction près, en titrant en Une « Une quenelle sauce yiddish »…

Le plus inquiétant pour Minute, c’est que Dieudonné et ses quenelles sèment « la confusion » chez « les braves patriotes » dont certains sont prêts à considérer « Dieudo » comme un des leurs. Minute met les choses au clair en rappelant que « le Parti de la Quenelle est le seul mouvement Black-Blanc-Beur de ce pays »  et qu’il compte parmi ses membres des « barbus » comme … Nicolas Anelka. La quenelle serait le Frankenstein des « socialistes qui ont joué aux apprentis sorciers » en « [transformant] la France en de multiples communautés irréductibles. »

L’autre point, pour le journaliste Hervé Escrimal, c’est que l’argument de la liberté d’expression ne tient pas :

« Quand Dieudonné et ses troupes viendront défendre la liberté d’expression de ceux qui critiquent l’islamisation de la France ou l’immigration massive, alors peut-être ses affaires de quenelles et d’ananas nous intéresseront-elles. »

le Frankenstein des socialistes qui ont joué aux apprentis sorciers

Municipales : Vive le roi ! « L’Action Française » ne consacre pas une ligne à l’affaire Dieudonné. C’est que les royalistes ont du pain sur la planche : leur organisation présente un candidat aux municipales à Paris. Dans le numéro du 2 janvier, Elie Hatem, rédacteur et avocat du journal, annonce dans une tribune « briguer la maire du 4e arrondissement de Paris ».

Les royalistes de l’Action Française désormais démocrates ? Elie Hatem met les choses au clair en rappelant que l’AF « n’aspire pas à la participation au pouvoir » mais se doit de « noyauter le système ». La stratégie : profiter du « déclin » de la République et du « sentiment de répugnance des Français à l’égard du système politique accaparé par les partis ». Avec l’objectif de s’engouffrer dans la brèche pour proposer un roi…

Le coup de gueule de la semaine est à lire dans Rivarol Le « spécialiste des lobbys » Emmanuel Ratier s’y émeut du saccage de sa librairie nationaliste. Située rue de Clichy, la librairie Facta est une des dernières adresses à Paris où vous pouvez trouver à peu près tout ce qui se fait de mieux en matière d’auteurs nationalistes. Dans la nuit du 9 au 10 décembre des individus ont « réussi à faire un trou » dans la devanture :

« Avec un compresseur à peinture, ils ont aspergé de peinture rouge environ 800 livres… Sans parler des meubles, tapis, ordinateur etc. »

Le coup est rude pour Ratier qui propose beaucoup de livres en un seul exemplaire. Le directeur de la lettre confidentielle Faits et documents ne croit pas non plus que les vandales soient un jour inquiétés par la police :

« De moins en moins d’affaire sont résolues et si la DCRI a des membres infiltrés dans les Antifas ou la LDJ (les deux pistes les plus probables), elle ne va pas les griller pour quelques milliers d’euros de destruction. »

A Paris, une demi-douzaine de librairies se spécialisent dans les ouvrages nationalistes.

Et sinon, c’était Noël et la presse nationaliste a été gâtée Minute a reçu l’agenda de la Manif pour tous. « Un magnifique objet, farci de témoignages » à destination des nostalgiques de cette belle année de mobilisations. « Chaque image vous rappellera des souvenirs », promet l’hebdo.

A l’Action Française, on est plutôt BD avec le dernier tome de Blake et Mortimer, les personnages célèbres d’Edgard P. Jacobs. « Avec L’Onde Septimus, il ne s’agissait ni plus ni moins que de donner une suite à la plus mythique de ses œuvres, La marque Jaune. » Pari réussit selon l’A.F, même si c’était mieux avant : « Mon coup de cœur m’entraine du côté du Serment des cinq lords. (…) Loin de la science-fiction, qui avouons-le, n’est pas ma tasse de thé, l’intrigue plus classique et envoûtante se rapprochait d’avantage d’Agatha Christie que de Wells. Avec en prime et en toile de fond, le destin brisé de Lawrence d’Arabie. Un régal. »

Tandis que vous pouvez retrouver l’offre spéciale Noël de Rivarol. Pour aider « l’hebdomadaire le plus ancien de la résistance sans concession au mondialisme sous toutes ses formes, pourquoi ne pas (vous) offrir un abonnement à prix réduit à Rivarol ? » Seulement 99 euros pour un an au lieu de 114 !


L'actu