En ce moment

    14 / 04 / 2014

    Ambiance punk à Ljubljana ou vieux rade polack à Cracovie

    Où faire la fête en Europe sans croiser ton voisin ?

    Par Côme Bastin

    On nous rabâche les oreilles avec Berlin et Barcelone, mais savais tu qu'à Skopje il y a des purs clubs de rock indé ? Ou que c'est à Glasgow qu'on trouve les meilleurs afters électros ?

    Ljubljana – capitale européenne des keupons

    Pourquoi c’est cool ? : Parce qu’au cœur de la capitale Slovène, il y a Metelkova : une zone autonome et alternative installée dans une ancienne base militaire yougoslave. Les casernes ont été transformées en boites, squats, ou galeries artistiques et recouvertes de tags. Toutes les nuits, l’endroit est envahi par les teufs anars, rythmées par des concerts de punk, rock, reggae et jazz. Il y aussi une grosse communauté LGBT.

    Cours de la pinte : 2 euros.

    Romain y était : « Ne ratez pas surtout les shots de “sang d’ours”, une gnôle locale qui a donné son nom à une chanson de the Crookes… et qui m’a rendu fou le soir ou j’ai débarqué à Metelkova. »

    Les 3 hot spots :

    1 Channel Zero : On ne reconnaît plus du tout la caserne qui abrite ce bar/club tant elle a été couverte de graffs et de mosaïques. Concerts de métal et grosses soirées club tous les weekends.

    2 Jalla Jalla : Au cœur de Metelkova, cette bicoque en bois multicolore est squattée par de gentils punks buveurs de bière. Grande terrasse ouverte tout l’été avec des concerts.

    3 Hotel Celica : au cœur de Metelkova, Celica propose tous les jours concerts, cocktails et barbecues. En plus l’hôtel est installé dans une ancienne prison et vous propose de dormir dans des ex-cellules décorées par les artistes du quartier.

    Le saviez-vous ? Metelkova est le berceau du « Nouvel Art Slovène », un mouvement qui, à l’indépendance de la Slovénie, s’est constitué en micro-nation, et duquel se revendique le groupe d’indus Laibach comme le philosophe Slavoj Zizek.

    StreetPress existe depuis déjà 10 ans. Aujourd’hui, il nous manque 40.000 euros pour boucler l’année et pouvoir frapper encore plus fort l’an prochain. Parce qu’aucun milliardaire n'est au capital, si nous ne les réunissons pas StreetPress s’arrêtera. Sauvez StreetPress en faisant un don, maintenant.

    Je donne pour sauver StreetPress