En ce moment

    14 / 04 / 2014

    Où faire la fête en Europe sans croiser ton voisin ?

    Cracovie - la Pologne, sans le bling-bling

    Par Côme Bastin

    On nous rabâche les oreilles avec Berlin et Barcelone, mais savais tu qu'à Skopje il y a des pures clubs de rock indé ? Ou que c'est à Glasgow qu'on trouve les meilleurs afters électros ?

    Pourquoi c’est cool ? : Loin du coté bling-bling des nouveaux riches de Varsovie, Cracovie est la capitale artistique, culturelle et étudiante de la Pologne. Les ruelles et places de la vieille ville grouillent de bars et il y en a pour tous les goûts, du vieux rade polack au club arty underground.

    Cours de la pinte : 1,50 euros.

    Ania y était : « Ce que je regrette le plus depuis que je suis à Paris, ce sont les innombrables petits bars ou la vodka – délicieuse – est à moins d’un euro. Mais attention en rentrant chez soi : je me suis déjà cassé un membre en tombant tellement j’étais bourrée »

    Les 3 hot spots :

    1 Café Singer : Ce bar est installé dans une ancienne boutique de machine à coudre au cœur du quartier juif de Cracovie. Pas cher, ouvert toute la nuit, et éclairé à la bougie !

    2 Pauza : Ambiance arty et relax dans cet espace qui fait bar, cinéma, galerie d’art contemporain et club à la fois. La cave voutée accueille concerts et spectacles et on y sert d’excellents mojitos.

    3 Forum Przestrzenie : C’est le club le plus connu et branché de la ville, installé dans un ancien hôtel. Grand jardin avec transat, les pieds dans le sable, au bord du fleuve Vistule. Idéal aussi pour bruncher après une nuit arrosée.

    Le saviez-vous ? Rendez-vous au Rynek, la plus grande place médiévale d’Europe, pour commencer les hostilités festives. À partir de mai, c’est une scène quasi-permanente.

    Aujourd’hui, nos emplois sont sauvés. C’est grâce à vous. Merci. Nous avons choisi de poursuivre cette campagne pour pérenniser notre modèle économique bien-sûr, et surtout pour inventer une autre façon d’être un média. Objectif : 70.000 euros avant le 15 novembre

    Je donne pour sauver StreetPress